Chanteur caché

Caille des blés © Gilbert Blaising
La caille des blés est l'un des oiseaux les plus difficiles à apercevoir. Beaucoup de naturalistes, même assidus du terrain, n'ont jamais réussi à la voir, alors qu'elle est encore assez commune, sinon abondante, pendant la belle saison dans nos champs de céréales, de luzerne, de trèfle et dans les friches.

Cependant, sa présence est aisément perceptible grâce au chant trisyllabique très typique, et retentissant du mâle émis de jour et de nuit au printemps. Son bull-bull-ut ou tuit-uituitt a donné lieu à diverses expressions populaires. En France, cela c'est traduit par - Paye tes dettes -, en Allemagne par - Bück den Rücken - ( courbe le dos ) et en Angleterre par - Wet my lips - ( mouille mes lèvres )


Ce sont peut-être les chasseurs qui ont répandu ces traductions, car cet oiseau était et demeure un gibier convoité. Pourtant, en plus dodu certes, sa taille ne dépasse pas celle d'un étourneau. Mais la difficulté de sa traque excite sans doute les ardeurs. D'un plumage très mimétique et toujours camouflé dans la végétation où elle se meut presque en rampant et en s'aplatissant au sol à la moindre alerte, elle n'est à la portée d'un fusil qu'après avoir été levée par un chien de chasse. La fuite en vol rapide et rasant est un défi supplémentaire.
Les envolées sont toujours brèves, comme si l'oiseau avait hâte de se reposer. Il est donc stupéfiant que ce petit gallinacé trapu soit capable lors de la migration automnale et printanière de franchir des distances considérables pour rejoindre ses quartiers d'hivernage et en revenir.. En effet, ces derniers se situent surtout au Sud du Sahara entre le Sénégal et l'Ethiopie dans la zone sahélienne ainsi que dans les savanes soudanaises. Ne voyageant que de nuit, il fait en outre preuve d'un sens aiguë de l'orientation.


Ces cailles réapparaissent en Lorraine au cours de moi de mai. La végétation herbacée est alors déjà assez avancée pour pouvoir s'y cacher. Dès leur arrivée, les mâles se mettent en quête de femelles en chantant souvent et fort, jour et nuit C'est donc le moment idéal pour repérer les cantonnements de ces oiseaux, à défaut de pouvoir les observer.. D'ailleurs la connaissance de leurs mSurs nuptiales relève d'observations rares de la part de quelques spécialistes.


Au contraire, leur régime alimentaire est plus établi. Il est apparu que les cailles recueillent d'abord les graines de plantes champêtres adventices:graminées, renouées, mourons, coquelicots etc. Celles des céréales ne sont prises qu'après la moisson. Le menu est complété par des insectes et leurs larves, des araignées et des lombrics, en particulier pendant la reproduction pour fournir aux oisillons les protéines dont ils ont besoin afin d'acquérir la force de quitter rapidement le nid à terre où ils sont très exposés.
De façon plus générale les menaces qui guettent cette espèce rurale sont fortes.. L'emploi massif des produits phytosanitaires entraîne la raréfaction des insectes et la disparition des - mauvaises herbes - La chasse au filet et au fusil, certes moins intense que dans le passé, provoque toujours une importante mortalité. A des fins cynégétiques, s'ajoutent les nombreux lâchers des cailles d'élevage d'origine japonaise qui sont de nature à engendrer une - pollution génétique - par hybridation.

Créé le 12/05/2013 par Gilbert Blaising © 1996-2017 Oiseaux.net