Un petit canard, pas vilain

 Sarcelle d'hiver - Anas crecca © Aurélien Audevard
Le moment est venu et durera jusqu'en février prochain pour faire plus ample connaissance avec ce canard hivernant assez commun en Lorraine. Bien présent pendant -la mauvaise saison- sur les nombreux étangs de notre région, le mâle possède un plumage attrayant qui permet de l'identifier sans difficultés.
C‘est d'ailleurs à partir d'octobre que sa voyante robe nuptiale apparaît progressivement après la période dite d'éclipse où les mâles ressemblent aux femelles à la robe toujours discrète.
La sarcelle d'hiver est le plus petit et agile canard de surface ( ne plongeant pas ) d'Europe. Sa zone de reproduction couvre toute l'Europe de l'Est et du Nord, de l'Oural jusqu'en Scandinavie. En France, elle est surtout de passage migratoire et hivernante. L'effectif des visiteurs en France est de l'ordre de 80000 individus alors que la population reproductrice y est seulement estimée entre 500 et 1000 couples. En Lorraine, ce canard est un nicheur très rare.
Toutefois, dès septembre, on peut voir ces oiseaux sur nos étangs. Ainsi le 10 septembre , 151 individus étaient déjà observés sur l'étang de Lindre. Pendant la journée, ces anatidés se regroupent sur les plans d'eau ( remises ) à la visibilité dégagée. Ils s'y reposent, y effectuent leur toilette et y manifestent leur sociabilité. Ce sont en effet des animaux très grégaires.
Ces rassemblements constituent une bonne opportunité pour détailler grâce à une paire de jumelle et mieux, une longue-vue, leur apparence. Le mâle se distingue d'emblée pat la tête roux marron avec une grande tâche verte en virgule sur l'Sil et un triangle jaune crème ou citron de chaque coté du croupion noir.
La nuit, les sarcelles se dispersent en petits groupes sur des zones d'alimentation propices ( gagnages ), à savoir des endroits d'eau peu profonde. Ces canards inaptes à s'immerger sont limités à des profondeurs inférieures à 15 cm où dans la vase, elles collectent puis filtrent à travers les lamelles du bec les graines qui constituent leur nourriture principale en hiver. Pendant l'été, le régime est de plus constitué d'invertébrés:larves de chironomes, phryganes, coléoptères aquatiques etc. Les Sarcelles d'hiver consomment environ 25 gr ( poids sec ) de nourriture par jour.
C'est dans les quartiers d'hivernage que la formation des couples s'effectue déjà. Les premières parades nuptiales peuvent être constatées dès le mois de novembre. Il semble que de nouveaux couples se forment chaque année. De mi- février à mi-avril, mâles et femelles migrent ensemble vers leurs sites de reproduction, en général dans la zone de naissance de la femelle.
Les principaux prédateurs des hivernants qui ont la taille adulte sont le rare faucon pèlerin et les innombrables chasseurs. Les sarcelles ne bénéficiant d'aucune mesure de protection, sauf localement dans des réserves, comme les étangs du domaine de Lindre. Rien qu'en France, les hécatombes infligées à ces migrateurs se chiffrent à des dizaines de milliers d'individus.
Les amoureux de la nature se contentent du spectacle que nous donnent ces oiseaux vivants et libres par leurs vols rapides et brusques, par la vitesse et la précision de leurs évolutions collectives.

Créé le 13/10/2013 par Gilbert Blaising © 1996-2017 Oiseaux.net