Razzias hivernales

Grive litorne - Didier CollinPendant la -mauvaise saison-, les Grives litornes sont souvent visibles en grand nombre çà et là dans les pâturages, les labours et les haies. Elles sont alors la plupart du temps en compagnie d'une foule d'étourneaux. Avec ceux-ci, elles quêtent en ordre dispersé les éléments encore disponibles de leur régime de base:vers, mollusques, insectes, baies et fruits.
Ces hordes parfois considérables sont en majorité formées d' individus venus de l'Est et du Nord de notre continent où est située l'aire de répartition principale et originelle des Grives litornes en Europe.
Toutefois après les années cinquante du siècle dernier, ces oiseaux ont commencé à nicher dans la moitié Est de la France. A présent, ils font partie toute l'année de notre faune aviaire régionale au même titre que les Grives musiciennes et les Grives draines de présence estivale depuis des temps plus anciens.
La litorne ne peut pas être confondue avec ses -cousines- dont le plumage est plus uniforme et terne en même temps que leur chant est bien plus varié et mélodieux. Les émissions sonores bien audibles de la grive litorne se limitent à un tchac-tchat-tchac rauque et jacassant qui permet de les identifier facilement avant de les avoir vues.
Au contraire des deux autres espèces de grives nicheuses dans notre région, les litornes sont
très grégaires toute l'année. C'est ainsi qu'elles installent même souvent leurs nids en petites colonies lâches, alors que la majorité des couples de passereaux sont solitaires et revendiquent à cette période un territoire excluant d' autres congénères.
Les nids constitués d'herbes sèches et garnis de boues sont installés entre 2 et 20 m dans des arbres. A cette occasion, la sociabilité des litornes les protège bien contre les prédateurs. Corneilles, buses, éperviers et faucons sont houspillés collectivement et au besoin bombardés de fientes. On a vu des rapaces dont le plumage était en partie englué de ce fait.
En dehors de la période de nidification, ces grives sont très nomades. Leur erratisme les conduit de préférence dans des espaces découverts frais et humides plantés de boqueteaux isolés et de rideaux d'arbres ou situés en lisière de forêts. Ces oiseaux aiment la proximité des cours et plans d'eau.
Les effectifs de litornes sont considérés comme stables au contraire de bien d'autres espèces inféodées aux milieux ouverts et donc touchées par l'amenuisement, voire la disparition, de certaines ressources alimentaires à cause des traitements chimiques appliqués de façon massive à ces espaces.
A cet égard, leur régime mixte à la fois animal et végétal, constitue un avantage pour ces grives. S'y ajoute leur très grande aptitude au vagabondage dans des milieux nécessairement ouverts certes, mais variés et éventuellement situés à de grandes distances les uns des autres. D'autre part, les concernant, il se vérifie une fois de plus que le grégarisme constitue un atout majeur.( L'union fait la force ) Enfin, les litornes bénéficient en moyenne d'une longévité supérieure à beaucoup d'autres espèces de passereaux. Leur aire de répartition est d'ailleurs en expansion vers l'Ouest et le Sud de l'Hexagone où ces oiseaux deviennent hélas des gibiers prisées à l'excès.

Créé le 12/02/2012 par Gilbert Blaising © 1996-2017 Oiseaux.net