Elégante starlette ailée

L'avocette à nuque noire peut être très bien observée sur les lieux de vacances affectionnés par les touristes, à savoir la côte méditerranéenne et atlantique. Elle y fréquente, souvent en nombre, les rives vaseuses des lagunes et des étangs d'eau saumâtre ou salée.


Son identification est aisée. Son plumage contrasté blanc et noir, ses hautes pattes bleu gris pâle et surtout son insolite long et mince bec nettement recourbé vers le haut ne prêtent à aucune confusion.


Ses comportements sont aussi très spécifiques. En quête de nourriture, elle arpente les eaux peu profondes et les vases, se servant de son bec très incurvé comme d'un sabre dans un mouvement de va et vient d'essuie-glace horizontal ( d'où son nom vernaculaire allemand Säbelschnäbler ) Grâce à la sensibilité tactile du bec, elle est apte à capter ses proies à l'aveuglette, les mandibules légèrement ouvertes. Sa nourriture est constituée pour l'essentiel d'invertébrés:minuscules crustacés, larves, vers et insectes. Ses besoins alimentaires sont évalués à environ 150 gramme par jour. Vu la petite taille de proies absorbées, il lui faut donc déployer une grande activité et trouver des gagnages à forte productivité biologique. C'est pourquoi, les avocettes privilégient les vasières des estuaires et des baies maritimes où les apports de la marée montante renouvelle de façon forte le stock alimentaire.


Au contraire, les sites de nidification adoptés ne sont pas aussi dépendant des marées et peuvent se situer assez éloignés de la mer, sur des bancs de limon ou de sable, des îlots et digues de marais salants, mais à végétation nue ou rase.
Ces oiseaux sont très grégaires. Outre qu'ils se nourrissent souvent en bande, ils aiment à nicher en colonies, les nids étant toutefois bien séparés d'un à deux mètres en moyenne. Ce sont des simples cuvettes grattées dans le sol et d'environ 12 cm de diamètre ainsi que de 4 à 5 cm de profondeur. Garnis d'une grande diversité de matériaux:coquillages, plumes, herbes et brindilles sèches, ils restent bien rudimentaires.


Les avocettes ont un autre comportement bien particulier pendant la période nuptiale. L'accouplement est précédé d'un rite remarquable. Le couple fait mine de procéder à une minutieuse toilette, le mâle se pose ensuite derrière la femelle qui l'attend tête penchée en avant, pattes écartées ; lui meut son bec de gauche à droite avant de se décider à féconder sa partenaire. Après quoi, le mâle étend son aile sur son élue, puis tous deux s'envolent unis par leurs becs entrecroisées !


Les avocettes sont des migrateurs ; mais, leurs déplacements hivernaux sont complexes et variés selon leurs cantonnements d'été. Une partie des natifs de Camargue restent sur place, d'autres émigrent au Maroc et en Tunisie.Les avocettes de la côte atlantique sont rejointes d' août à la mi-octobre par les oiseaux de la Mer du Nord, des Pays -Bas et du Danemark en particulier. Elles vont ensuite s'établir en grande partie du Portugal jusqu'au Sénégal et à la Gambie. Elles reviendront de fin mars jusqu'en mai sur leurs lieux de nidification.

Créé le 14/07/2013 par Gilbert Blaising © 1996-2017 Oiseaux.net