Brachyptérolle de Crossley

Atelornis crossleyi - Rufous-headed Ground Roller

Systématique
  • Ordre
    :

    Coraciiformes

  • Famille
    :

    Brachyptéraciidés

  • Genre
    :

    Atelornis

  • Espèce
    :

    crossleyi

Descripteur

Sharpe, 1875

Biométrie
  • Taille
    : 27 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 77.5 à 85 g
Longévité

1 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Le plus petit des rolliers terrestres possède une silhouette relativement frêle et de longues pattes. Les deux partenaires ont une tête et des parties inférieures roux-foncé, virant au chamois plus clair sur le ventre et au verdâtre sur la zone anale. La gorge et la partie supérieure de la poitrine sont noires avec de remarquables stries blanches. Les plumes du dos et la queue sont vert foncé, avec de vagues centres plus foncés sur le bas des scapulaires, le croupion et les tertiaires. Une tache bleu-ciel et blanc irisé marque les petites couvertures. Les primaires brun sombre ont des bases blanches qui provoquent une petite barre alaire blanche. L'iris est brun. Le bec est noir et fin, avec de longues vibrisses qui masquent partiellement les narines. Les pattes sont brun foncé.
Les juvéniles sont généralement plus ternes. Leur tête est teinté de violet bleuâtre. Contrairement aux adultes, la gorge est à peine noire.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Rufous-headed Ground Roller,
  • Carraca-terrestre Cabecirrufa,
  • Lätzchenerdracke,
  • pettyesbegyű földiszalakóta,
  • Crossley's Grondscharrelaar,
  • Coracia terragnola testarossiccia,
  • Rödbrun markblåkråka,
  • Rustmarkråke,
  • krakľovec hrdzavohlavý,
  • kurolec Crossleyův,
  • Rødbrun Ellekrage,
  • ruskomarhi,
  • gaig terrestre cap-rogenc,
  • kurtokraska rudogłowa,
  • Кросслеева земляная ракша-ателорнис,
  • チャガシラハシリブッポウソウ,
  • 栗头地三宝鸟,
  • 栗頭地寶鳥,

Voix chant et cris

Le cri territorial est un "whoop" clair, légèrement infléchi dans sa partie terminale. Il est assez semblable à celui du Brachyptérolle pittoïde, mais un peu plus aigu et plus disyllabique. De tous les brachyptérolles qui vivent dans la forêt pluviale, c'est celui qui possède le cri le plus élevé.

Ce dernier est répété tous les 3 à 6 secondes à partir d'un perchoir situé entre zéro et dix mètres. Son cri de contact est un croassement paisible ou un "bok" gloussant délivré de façon très tranquille.

Habitat

Les brachyptérolles de Crossley fréquentent les parties humides des forêts pluviales de plaine et de haute altitude. On les trouve surtout dans les forêts vierges peu éclairées, et plus particulièrement dans les forêts moussues de montagne possédant de grands arbres et un sous-bois composé par un fouillis inextricable de plantes et de fourrés. Le sous-bois, dont le sol est très imprégné d'eau, est également recouvert de nombreuses souches pourrissantes et d'une litière de feuilles épaisse. Les brachyptérolles de Crossley sont répartis du niveau de la mer jusqu'à environ 2000 m, mais ils sont plus courants entre 1250 et 1750 mètres. Ils évitent les versants des montagnes qui ne sont pas arrosés par les précipitations car ils sont trop arides. Par contre, on soupçonne leur présence dans les forêts secondaires dominées par les arbres du voyageur (ravenala madagascariensis), entre le niveau de la mer et 500 mètres d'altitude. Tous les brachyptérolles sont endémiques de Madagascar. Excepté le Brachyptérolle à longue queue qui vit dans le sud-ouest de l' île, les quatre autres espèces ont une aire de répartition commune, le long du littoral est, de la réserve de Tsaratanana au nord jusqu'au Parc National d'Andohahela au sud.

Comportement traits de caractère

Les brachyptérolles de Crossley recherchent leur nourriture presque exclusivement à terre. Ils restent parfois quelques temps sans bouger, mais ces périodes de relative attente sont interrompus par des courses rapides, des escalades, des franchissements d'obstacles et des périodes de recherches très actives sur le sol. De temps en temps, ils se promènent le long des feuillages pour y glaner des insectes. Leur activité se déploie au crépuscule et pendant la la nuit, mais également pendant la journée. Les brachyptérolles de Crossley sont généralement sédentaires. Des observations anciennes tendent à indiquer des mouvements saisonniers, mais ces informations n'ont jamais été vérifiées.

Alimentation mode et régime

Les brachyptérolles de Crossley consomment presque exclusivement des invertébrés tels que les fourmis, les coleoptères et leurs larves, les papillons, les chenilles, les cafards, les mouches, les mille-pattes, les papillons de nuit, les petits serpents et les guêpes. La liste n'est pas exhaustive.

Reproduction nidification

La présence de juvéniles non encore parvenus à maturité à la fin du mois de mars suggère que la saison de nidification se déroule vraisemblablement de décembre à janvier. Les brachyptérolles de Crossley creusent des tunnels dans des berges terreuses légèrement en pente. Ces terriers ont un longueur de 30 à 50 centimètres et mesurent environ 15 cm de diamètre. Ils se terminent par une chambre de ponte à l'intérieur de laquelle la femelle dépose généralement deux oeufs. On ne possède aucun renseignement sur la période d'incubation ni sur la durée du séjour des jeunes au nid. Pendant la parade, les mâles agitent la tête et simultanément donnent un petit coup de queue vers le haut tout en produisant des cris.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Ses moeurs discrètes et son absence de cris en dehors de la période de reproduction en font un oiseau qui passe assez facilement inaperçu pendant une grande partie de l'année. Conséquence directe de ce constat, ses effectifs doivent être largement sous-évalués. A Madagascar, les cinq espèces de rolliers terrestres sont toutes chassées pour la nourriture, non pas que leur chair soit considérée comme succulente ou parée de vertus médicinales. Le brachytérolle de Crossley est chassé principalement parce qu'il constitue une proie facile. Le fait qu'il évolue presque toujours à terre et qu'il soit doté d'une assez importante corpulence en font à priori une cible assez aisée. La chasse constituant une menace sérieuse pour son avenir, l'espèce est classée comme "presque menacée (NT)". Elle est présente dans au moins douze zones protégées.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 23/04/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net