Cacatoès laboureur

Cacatua pastinator - Western Corella

Systématique
  • Ordre
    :

    Psittaciformes

  • Famille
    :

    Cacatuidés

  • Genre
    :

    Cacatua

  • Espèce
    :

    pastinator

Descripteur

Gould, 1841

Biométrie
  • Taille
    : 45 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 600 g
Longévité

50 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Les cacatoès laboureurs sont blancs, avec une huppe de moyenne longueur et une mandibule supérieure allongée. Les bases dissimulées des plumes de la tête et du cou sont rouge-saumon, se présentant comme des variations des zones rouges de la face et du front.
Le dessous des ailes est nuancé de jaune. La peau nue qui recouvre les orbites est bleu grisâtre, contrastant avec les iris qui sont brun sombre. Le bec est couleur corne, les pattes grises. Le mâle et la femelle sont identiques.
Le cacatoès laboureur se distingue du Cacatoès corella par sa plus grande taille, sa crête plus longue, mais aussi par son répertoire de cris qui est changeant.
Les juvéniles ressemblent aux adultes, encore que le bec soit plus court et que la peau orbitale paraisse plus grise, ils atteignent la maturité sexuelle vers 5 ans. La race derbyi a un bec plus bref que la nominale.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Cacatua pastinator pastinator (Lake Muir and Unicup region. sw Western Australia.)
  • Cacatua pastinator derbyi (sw to wc Western Australia)

Noms étrangers

  • Western Corella,
  • Cacatúa Cavadora,
  • Cacatua-pastinator,
  • Wühlerkakadu,
  • Pastinator-kakadu,
  • Oostelijke Langsnavelkaketoe,
  • Corella occidentale,
  • Västaustralisk kakadua,
  • Vestkakadu,
  • kakadu kopáč,
  • kakadu hrabavý,
  • Næsekakadu,
  • lännenkoukkukakadu,
  • cacatua cavadora,
  • kakadu długodzioba,
  • Западный какаду,
  • ヒメテンジクバタン,
  • 西长嘴凤头鹦鹉,
  • 西方鳳頭鸚鵡,

Voix chant et cris

Les cris du cacatoès laboureur sont considérés comme semblables à ceux du Cacatoès corella (Cacatùa sanguinea). Il délivre des notes variables, douces, tremblantes, gloussantes et composées de 3 syllabes.
En alarme, quand il se sent en danger, il pousse des séries de hurlements rudes. Pas de renseignements supplémentaires.

Habitat

Les cacatoès laboureurs fréquentent les forêts ouvertes et les boisements d'eucalyptus, spécialement les parcelles qui longent les cours d'eau. On peut également les apercevoir dans les terres cultivées voisines, surtout celles qui sont pourvues d'arbres de grande taille. Plus occasionnellement, on les trouve aussi dans les étendues de mallee et de mulgas locaux (acacias).

Comportement traits de caractère

Passée leur période d'apprentissage, les jeunes sont obligés de s'adapter aux mœurs des groupes qui se déplacent en hiver pour trouver de la nourriture. Les oiseaux de la ceinture céréalière (race nominale) parcourent alors parfois entre l50 et 250 km après la saison de nidification et reviennent vers leurs aires de nidification en mars. Sans être aussi performants que les grands migrateurs, ils progressent dans leurs aptitudes à voler.
Le vol : Les cacatoès laboureurs ne peuvent pas être catégorisés dans la catégories des grands voiliers. Les lieux où ils se restaurent ne sont guère éloignés de ceux où ils nichent habituellement, si bien que les immatures n'accompagnent leurs parents dans leurs randonnées nomadiques et n'intègrent les groupes qui se déplacent qu'au mois de novembre, soit à la fin de l'automne ou au début de l'hiver.

Alimentation mode et régime

Les cacatoès laboureurs sont des granivores qui se nourrissent généralement en groupes, mais ils consomment aussi les insectes adultes et leurs larves. Leurs longues mandibules supérieures les autorisent à creuser pour acquérir leur nourriture, ce qui leur a procuré leur nom vernaculaire. Les plantes dont ils étaient très friands, les droséras ou les rossolis, poussant dans les zones boisées, ont commencé à se raréfier avec l'arrivée des colonisateurs européens. Les cacatoès laboureurs ont donc procédé à un changement de régime, les remplaçant par des céréales domestiques de la même catégorie que les avoines ou les épeautres, tout en gardant une certaine habilité pour creuser les herbes à bulbes telles que les Romuléas et à perpétuer ainsi leur tâche de laboureur. Les cacatoès laboureurs mangent parfois en compagnie des Cacatoès rosalbins (Eolophus roseicapilla). Ils visitent régulièrement les mares artificielles pour se désaltérer.

Reproduction nidification

Chez les cacatoès laboureurs, la ponte se déroule pendant la période qui va du mois de juillet au mois d'octobre. Le couple établit des liens conjugaux solides qui durent toute l'année. Le nid est un lit de copeaux de bois qui tapissent généralement le fond d'une cavité d'un arbre local, le plus souvent un eucalyptus dont la canopée est clairsemée et le bois parvenu au dernier stade de maturité.
La nichée contient 2 ou 3 œufs qui sont couvés pendant 22 à 26 jours par les 2 parents à tour de rôle. Les 2 partenaires ravitaillent aussi les oisillons, si bien que ces derniers éclosent simultanément et que le petit le plus chétif meure habituellement dans les 2 premières semaines de son séjour au nid.
A la naissance, les petits ont un duvet épars jaunâtre, ils sont nidicoles et ne quittent pas leur lieu de naissance tant qu'ils n'ont pas atteint l'âge de 60 jours. Ils restent en contact avec les parents jusqu'à l'automne de leur première année (avril-mai), c'est à dire presque jusqu'au début de la saison suivante. Sur une moyenne de plusieurs années, un juvénile parvient chaque année à la maturité sexuelle. Le taux d'éclosion et de fertilité est proche de 70%, 8% des couvées échouent totalement.

Distribution

Le cacatoès laboureur est endémique d'Australie. Cette espèce est subdivisée en 2 races bien distinctes qui sont toutes les deux confinées dans l'état de l'Australie Occidentale.
C. p. derbyi - nord-ouest de l'Australie Occidentale, des environs de Geraldton jusqu'au 32º de Latitude Sud.
C. p. pastinator - sud-ouest de l'Australie Occidentale (alentours d'Unicup et du lac Muir).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, la population globale des cacatoès laboureurs atteint désormais entre 1 300 et 1 500 individus alors que dans les années 40, elle était pratiquement considérée comme éteinte. Elle est toutefois toujours considérée comme en danger et cela est particulièrement pertinent lorsque cet oiseau se restaure. La race derbyi sort d'une longue période de persécutions (1860-1960) où elle a été la cible des chasseurs et l'objet du harcèlement et de l'empoisonnement par les agriculteurs, car le cacatoès laboureur est considéré comme un véritable fléau pour les cultures. Grâce à une législation protectrice, cette espèce entame une nouvelle période d'expansion. depuis les années 50. Sa dépendance pour les grands arbres en matière de nidification continue cependant à constituer un obstacle car le cacatoès doit faire face à la concurrence de nombreux autres oiseaux.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Cacatoès laboureurFiche créée le 05/03/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net