Campyloptère violet

Campylopterus hemileucurus - Violet Sabrewing

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Trochilidés

  • Genre
    :

    Campylopterus

  • Espèce
    :

    hemileucurus

Descripteur

Deppe, 1830

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Les adultes sont sexuellement dimorphiques, mais chez les 2 sexes, les 3 primaires les plus externes sont plus ou moins larges et fortement courbées, ce caractère étant plus marqué chez les mâles que chez les femelles.
Chez les adultes mâles, le front et le capuchon sont sombres mais le reste de la tête, excepté la tache oculaire blanche, sont bleu-violet métallique brillant, cette couleur se poursuivant sur le dos et les parties inférieures et devenant plus verdâtre sur le haut des couvertures caudales et des couvertures alaires.
Les rémiges sont noir terne ou avec de légers reflets pourpres. La paire moyenne de rectrices est noir bleuâtre alors que les 3 paires latérales sont largement terminées de blanc. Les iris sont brun sombre, les pieds bruns, le bec noir.
Les femelles sont généralement plus ternes et plus vert métallique là où les mâles sont violets. Il y a souvent du bleu ou du violet sur la gorge, soit sous forme de tache compacte, soit sous forme de mouchetures. Le dessous est grisâtre.
Les immatures mâles ressemblent aux femelles adultes, mais ils sont enduits de bleu brillant et ils sont de plus en plus violet métallique sur le dessus au fur et à mesure qu'ils vieillissent.
Les jeunes femelles ont un dos plus vert-bronzé que les mâles. La tâche bleue de la gorge est discrète ou absente.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Campylopterus hemileucurus hemileucurus (s Mexico to sc Nicaragua)
  • Campylopterus hemileucurus mellitus (Costa Rica, w Panama)

Noms étrangers

  • Violet Sabrewing,
  • Colibrí Morado,
  • Purpurdegenflügel,
  • lila kardoskolibri,
  • Violette Sabelvleugel,
  • Sciabolatore violetto,
  • Violett sabelvinge,
  • Fiolettsabelvinge,
  • kolibrík svietivý,
  • kolibřík fialkový,
  • Violet Sabelvinge,
  • violettisapelikolibri,
  • colibrí violaci,
  • zapylak fioletowy,
  • Пурпурный саблекрыл,
  • ムラサキケンバネハチドリ,
  • 紫刀翅蜂鸟,
  • 紫刀翅蜂鳥,

Voix chant et cris

La communication s'effectue grâce à une longue série de notes perçantes qui varient de faibles cris jusqu'aux puissants grincements plus ou moins espacés. Les notes sont débitées au rythme d'environ une par seconde.
Ces oiseaux s'expriment également par des "chip" simples et tranchés qui alternent avec des gazouillements.

Habitat

Les Campyloptères violets fréquentent les forêts épaisses de montagne et les forêts de nuage, y compris les clairières et les lisières des parcelles boisées. Ils résident généralement à 500 mètres d'altitude, nichent aux environs de 1 000 mètres et peuvent éventuellement grimper jusqu'à 2 500 mètres.
Ils peuvent également descendre jusqu'au niveau de la mer, du moins de façon passagère.
Dans l'ouest du Mexique, leur habitat préféré est constitué principalement d'une association de chênes, de pins et de sapins dans près de 89% des observations. Le reste des habitats (11%) est formé de forêts tropicales d'arbres à feuilles caduques. Au Costa Rica, les Campyloptères violets fréquentent les forêts humides de montagne et leurs lisières. Ils sont absents dans les forêts de basse altitude et ils sont non-nicheurs au niveau de 1 000 mètres ou dans les collines qui précèdent le versant atlantique.
A Monteverde, ils nichent couramment dans les forêts de montagne entre 1 300 et 1 500 mètres. Au Panama, on peut les observer aussi bas que 400 mètres en dehors de la saison de nidification. A la période de reproduction, on les trouve entre 1 500 et 2 400 mètres.

Comportement traits de caractère

Lorsque les Campyloptères violets rencontrent d'autres espèces d'oiseaux de leur catégorie dans leur quête de nourriture, ils les dominent assez aisément et les chassent sans ménagement de l'aire qu'ils contrôlent sans contestation. Les Campyloptères violets semblent être des oiseaux sédentaires. En tous cas, on ne possède aucun rapport de déplacement ou de migration de faible distance. Néanmoins, d'après Howell et Webb, les populations du Mexique effectuent de courts mouvements pendant la saison hivernale.
Lorsqu'ils atterrissent sur les fleurs, les Campyloptères violets dressent les ailes verticalement comme pour faire fuir les éventuels concurrents qui occupent provisoirement l'espace qu'ils revendiquent.

Alimentation mode et régime

Les Campyloptères violets recherchent leur nourriture dans les broussailles des sous-bois tels que les Cephalis et les marcgraviacés en pleine floraison. Ces oiseaux boivent une grande quantité de nectar et capturent un grand nombre d'insectes ainsi que des arthropodes qui sont attirés par les petites fleurs vertes des légumineuses. La plupart des observateurs scientifiques remarquent que les oiseaux en général sucent le pollen des hélicornes et des fleurs trouvées dans les plantations de bananiers.
Les jeunes immatures sont particulièrement intéressés par les fleurs de la passion qu'ils récupèrent dans les passiflores malgré leur épais tissu qui constitue un obstacle parfois difficile pour le bec fragile des juvéniles.

Reproduction nidification

La seule explication cohérente concernant la nidification et les mœurs reproductives de cette espèce est fournie par Skutch. Il a observé une assemblée chantante de 4 individus mâles disposés à une distance de 15 mètres les uns des autres au-dessus des bordures broussailleuses de la forêt ou à proximité de ravins profonds couverts de végétation. Les mâles sont perchés généralement à une hauteur de 5 mètres et sont bien dissimulés. Ils sont visibles seulement lorsque les perchoirs sont situés à proximité de prairies. Leur chant est une série allongée de notes simples et perçantes émises à un rythme lent (voir plus haut, rubrique "chant").
Ils déploient leur queue et font vibrer rapidement leurs rectrices, provocant un effet visuel particulièrement étourdissant. Les chants commencent très tôt à l'aube et se poursuivent jusqu'à l'après-midi. Les groupes de chant et les parades durent quasiment toute l'année au Costa Rica, on peut les entendre jusqu'à la moitié du mois de septembre. On possède quelques informations sur les parades aériennes. Les mâles plongent devant leur partenaire et font vibrer leurs rectrices.
Les nids de campyloptères sont situés dans les forêts de montagne au-dessus de 1 100 mètres, ils sont placés sur la branche horizontale d'un petit arbre qui surplombe un ravin profond. Ils sont installés à 4 mètres au-dessus du fond du ravin et ont la forme d'une coupe ouverte dont les parois sont entièrement enrobées de mousse. Ils sont si larges et si volumineux qu'ils ressemblent à des nids de gobemouche.
La ponte contient 2 œufs qui sont couvés par la femelle dont les ailes recouvrent les rebords de la coupe. La présence de la femelle est estimée à 64% de son emploi du temps du matin. Chaque séance de couvaison dure environ 12 minutes.
La saison de nidification bat son plein au mois de mai. Au Costa Rica, des nids sont également visibles au début du mois de juillet.

Distribution

Il y a officiellement 2 sous-espèces :
C. h. hemileucurus - sud du Mexique (Guerrero, Sud- Veracruz) nord du Nicaragua.
C. h. mellitus - du Costa Rica au Panama.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Campyloptères violets sont facilement différenciables des autres espèces de colibris qui vivent dans la même zone géographique d'Amérique centrale : ils ont un magnifique plumage violet et métallique qui permet aisément de les distinguer et de faire un inventaire de leurs effectifs. L'espèce la plus proche visuellement est le Campyloptère à queue blanche qui vit dans le nord du Venezuela et à Trinité-et-Tobago.
D'après Birdlife International, son aire de répartition est supérieure à 1 million de kilomètres carrés et cette espèce n'est pas globalement menacée. En l'absence de dangers véritables, ses effectifs semblent stables.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/04/2017 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net