Colibri corinne

Heliomaster longirostris - Long-billed Starthroat

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Trochilidés

  • Genre
    :

    Heliomaster

  • Espèce
    :

    longirostris

Descripteur

Audebert Vieillot, 1801

Biométrie
  • Taille
    : 12 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes mâles, le front et le capuchon sont bleu métallique brillant, l'occiput est bronze foncé avec une légère nuance bronze. Les parties supérieures sont vert-bronze jusqu'au croupion et aux rectrices centrales, excepté au milieu du croupion où il y a une tache allongée blanche. Les rectrices latérales ont une couleur majoritairement bronze avec des taches terminales blanches.
Un évident trait malaire blanc se développe à partir du dos et aboutit sur les lores, mettant en valeur les oreillons bruns et la tache post-oculaire claire qui les surmontent. En dessous de cette ligne blanche, on aperçoit une jolie bavette pourpre rougeâtre et un superbe menton noirâtre. La poitrine verdâtre se dégrade progressivement en blanc sur le ventre. Les côtés et les flancs bronze métallique sont ornés par une grosse touffe de plumes soyeuses blanches. Les iris sont bruns, les pieds sombres, le bec noir.
Les femelles sont assez semblables à leur partenaire mais le dessus de la tête est vert pâle et le menton est noirâtre, avec des infiltrations de pourpre. Le bas-ventre est un peu plus pâle.
Les immatures ressemblent à leur mère, mais sans plumes pourpres sur le menton blanc sale. Les très jeunes oisillons des 2 sexes peuvent afficher des bordures roussâtre pâle ou cannelle sur les liserés des plumes du dos.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Heliomaster longirostris pallidiceps (s Mexico to Nicaragua)
  • Heliomaster longirostris longirostris (Costa Rica to Bolivia and Brazil, Trinidad)
  • Heliomaster longirostris albicrissa (w Ecuador, nw Peru)

Noms étrangers

  • Long-billed Starthroat,
  • Colibrí Piquilargo,
  • Bico-reto-cinzento,
  • Rosenkehlchen,
  • hosszúcsőrű bíborbegy,
  • Langsnavelsterkeelkolibrie,
  • Golastella beccolungo,
  • Långnäbbad stjärnkolibri,
  • Langnebbstjernestrupe,
  • medovec dlhozobý,
  • kolibřík hvězdohrdlý,
  • Langnæbbet Stjernestrube,
  • säiläkolibri,
  • colibrí becllarg,
  • aksamitek długodzioby,
  • Длинноклювый ангел,
  • ハシナガハチドリ,
  • 长嘴星喉蜂鸟,
  • 長嘴星喉蜂鳥,

Voix chant et cris

Les cris de reconnaissance et de communication sont des "tsiip" ou des "tssiou" riches et puissants. Pendant les parties de chasse, on entend des gazouillements grinçants.

Habitat

Les Colibris corinne fréquentent les forêts humides pourvues d'arbres à feuilles permanentes. On les trouve également dans les plantations de café du niveau de la mer jusqu'à environ 1 200 mètres d'altitude au Mexique et jusqu'à 1 500 mètres au Guatemala. Au Honduras, ils grimpent jusqu'à 750 m et au Costa Rica jusqu'à 1 400 mètres.
Les Colibris corinne sont courants là où les humains ont implantés des bananiers et des parcelles de haricots. Toutefois, leurs endroits favoris demeurent les jardins et les parcelles d'arbustes fluorescents.

Comportement traits de caractère

Les Colibris corinne essaient souvent d'établir un territoire dans les arbres et d'en prendre la possession. Ils en excluent sans ménagement leurs congénères et les autres espèces d'oiseaux-mouches aussi longtemps que les branches sont en fleurs. Les Colibris corrine sont très attirés par les plantes qui produisent une grande profusion de fleurs tels que les tabebuias et les mandevillas qui sont des plantes grimpantes qui donnent une grande quantité de nectar. Ils apprécient les fleurs blanches, surtout si elles ont la propriété de séduire les insectes.
Ces oiseaux poursuivent les insectes qui volent en essaim. Leur tactique préférée consiste à suivre les essaims pendant quelque secondes puis ils les attaquent. Après avoir passé en revue le groupement à plusieurs reprises, les Colibris corinne regagnent leur point d'observation.

Alimentation mode et régime

Leur très long bec est caractéristique de leur régime insectivore. Il leur permet également de fouiller dans la corolle des fleurs à long tube. Il les autorise aussi à capturer les arthropodes qui sont attirés par les fleurs à pollen. Ils vagabondent dans les jardins où ils sont sûrs de trouver des plantes du genre Ixora.

Reproduction nidification

Les parades nuptiales du Colibri corinne ne sont pas encore décrites. Cependant, chez les Colibris d'Angèle (Heliomaster furcifer) qui ont un lien de parenté assez proche, les mâles volent devant leur partenaire comme s'ils grimpaient à un escalier invisible, maintenant leur corps dans une position très rigide et érigeant leurs huppes latérales. 2 nids de Colibri corinne ont été découverts dans l'état du Oaxaca, au début du mois de novembre. Sur le littoral du Pacifique, des rapports signalent la présence de nids entre novembre et mars.
Les nids sont souvent différents dans leur apparence et leur localisation. Certains sont placés dans des cécropias, sur une branche fortement recourbée à 15 mètres au-dessus du sol. D'autres ne sont pas plus élevés que 3 mètres dans des broussailles qui composent le sous-bois.
Dans tous les cas, ces édifices ont la la forme d'une coupe. L'un d'entre eux est décoré de lanières d'écorce sur le côté, d'autres sont ornés de touffes de lichens.
Occasionnellement, le Colibri corrine niche au Costa Rica entre les mois de novembre et février. Son nid est décoré essentiellement de mousses et d'hépatiques. Il y a un délai d'une semaine entre la fin de la construction du nid et la ponte du premier œuf. L'édifice est bâti dans un arbre mort situé au milieu d'une pâture. À sa découverte, il est très visible extérieurement, mais au bout d'une semaine, il a tendance à disparaitre en raison de la couleur des bois morts qui l'environnent.
La ponte contient 2 œufs dont l'incubation est estimée à 18 ou 19 jours. Quand ils ont atteint l'âge de 10 jours, les oisillons sont nourris 1 fois par heure, puis 2 fois par heure entre 16 et 23 jours. Les petits sont emplumés à l'age de 14 jours et leurs rémiges présentent une belle longueur vers 20 jours.
Les oisillons s'envolent vers 26 jours et ils continuent à dépendre de leurs parents pendant 23 jours supplémentaires.

Distribution

H. l. pallidiceps - sud du Mexique (de Guerrero à Veracruz) jusqu'au Nicaragua.
H. l. longirostris - est et sud-ouest Costa Rica, Panama, Colombie vers le Pérou et la Bolivie, vers l'est, en direction des Guyanes et de l'est de l'Amazone, Trinidad.
H. l. albicrissa - Amérique du Sud, ouest de l'Équateur jusqu'au nord-ouest du Pérou (Cajamarca).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Colibris corinne ne sont pas globalement menacés. Ils sont assez courants dans à peu près toutes les régions et ils s'accommodent volontiers de nombreuses sortes de perturbations. Ils tolèrent à des degrés divers la déforestation et même ils en profitent dans la mesure où les habitats qu'ils fréquentent conservent un certain quota d'arbres et de fourrés.
Les Colibris corinne peuvent être observés dans de nombreuses aires protégées au Costa Rica, à Trinidad, en Colombie et au Brésil.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 22/03/2017 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net