Colibri de Rivoli

Eugenes fulgens - Rivoli's Hummingbird

Systématique
  • Ordre
    :

    Apodiformes

  • Famille
    :

    Trochilidés

  • Genre
    :

    Eugenes

  • Espèce
    :

    fulgens

Descripteur

Swainson, 1827

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : 18 cm.
  • Poids
    : 7.7 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les Colibris de Rivoli se distinguent principalement par le dessus de la calotte violet métallique ou pourpre royal. Chez les mâles adultes, le front affiche des reflets irisés verts ou bleu-vert. Le reste des parties supérieures, y compris la queue, est à dominante bronzée. Les rectrices sont légèrement fourchues et ont une terminaison blanche. Les rémiges sont ardoise brunâtre ou gris sombre avec une discrète nuance pourprée. Le menton vert-émeraude métallique est bien développé vers le bas. La poitrine noir pourpré sur le haut vire au vert-bronze vers le bas, ce qui crée un remarquable effet contrasté. Les plumes de la gorge ont des liserés blanc grisâtre, produisant un système d'écailles. Les plumes fémorales sont blanches. On voit une petite tache blanche en arrière de l'œil. Les couvertures sous-caudales sont brun clair. Le bec est noir-terre, les iris brun foncé.
Chez les femelles adultes, la bavette gutturale est absente. Les ailes et la queue sont colorées de bronze. Les parties inférieures sont grisâtres.
Les immatures ressemblent aux femelles adultes.
La race spectabilis est assez identique à la race nominale. La bavette du mâle est bleu-vert, le dessous est légèrement plus pâle.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Rivoli's Hummingbird,
  • Colibrí Magnífico,
  • Dickschnabelkolibri,
  • tündöklő kolibri,
  • Rivoli's Kolibrie,
  • Colibrì magnificente,
  • Rivolikolibri,
  • Purpurissekolibri,
  • medovec tmavobruchý,
  • kolibřík skvostný,
  • Purpurisset Kolibri,
  • huppukolibri,
  • colibrí magnífic,
  • ametyścik (cienkodzioby),
  • greznais kolibri,
  • Колибри-герцог,
  • アオノドハチドリ,
  • 大蜂鸟,
  • 大蜂鳥,

Voix chant et cris

Johnsgaard fournit des renseignements laconiques sur la vocalisation de cette espèce et mentionne un "chic" très fin et tranchant. D'après Del Hoyo, Le Colibri de Rivoli produit une longue série de "tchik" ou de "tcheep" qui sont débités à la cadence de 12 à 18 notes par seconde. Les notes utilisées dans les poursuites aériennes rappellent beaucoup les bavardages et les réprimandes. Quand il est perché ou pratique le vol stationnaire, ce colibri émet également des "tisk" ou "chip" ainsi qu'un grincement bref.

Habitat

En Arizona, à la période estivale, les Colibris de Rivoli sont aperçus principalement dans les parcelles d'érables qui bordent le cours des rivières qui s'écoulent dans les massifs montagneux de faible altitude. Il leur arrive de grimper sur les versants plus élevés de plus hautes montagnes entre 1 500 et 2 250 mètres dans des zones de pins ponderosa. Les mâles atteignent parfois la ligne supérieure des sapins.
Dans les monts Huachuca, ces oiseaux sont assurément plus courants à la limite inférieure de la ceinture de pins pourvu qu'on y trouve des agaves fleurissants en nombre relativement important. De même, dans les monts Chiricahua, on trouve les Colibris de Rivoli dans les zones ouvertes de pins où les incendies ont détruit une grande partie des grands arbres qui ont été remplacés par des étendues de pentsemons et de chèvrefeuilles.
Au Nouveau-Mexique, ces oiseaux passent la belle saison aux alentours de 2 000 mètres dans les monts San Luis, ils peuvent descendre dans les forêts à feuilles permanentes et dans les parcelles qui bordent les cours d'eau. Pendant la migration, ces colibris trouvent leurs aises dans les plaines et dans les zones résidentielles occupées par l'homme.
Au Texas, dans les montagnes Chisos, ils occupent sans doute toute l'année les sites de reproduction bien qu'aucune découverte de nid n'ait été faite. Dans l'isthme de Panama, les versants volcaniques recueillent les faveurs de ces nicheurs.

Comportement traits de caractère

Quand il recherche sa nourriture, le Colibri de Rivoli recherche plutôt l'effet de surprise, il profite rarement de la possession d'un territoire qu'il domine et dont il dispose pour imposer sa loi. Il n'en profite pas moins pour usurper l'espace occupé par les femelles et par certains Colibris à gorge bleue dont l'acquisition ne demande pas trop d'efforts. Il ne fait pas usage de la force si l'espace qu'il occupe est pourvu de suffisamment de ressources en nectar.
Les mouvements migratoires affectent principalement les populations du nord de l'aire, c'est à dire celles qui vivent dans le sud-ouest des États-Unis, le nord et éventuellement le centre du Mexique. En Arizona, ils ont lieu d'avril à septembre. Au Texas du début avril à la fin septembre. Au Nouveau-Mexique, ils ont été observés de mai à octobre. Après la nidification, des déplacements conduisent les ex-nicheurs à quitter le territoire habituel pour rejoindre l'intérieur du continent dans les états du Nevada, de l'Utah et du Colorado à partir de juin jusqu'à septembre. Les oiseaux du centre et sud du Mexique sont des migrateurs partiels, ils effectuent surtout des mouvements altitudinaux après la saison de nidification. La recherche de régions plus clémentes, où ils trouvent des conditions plus favorables ne sont pas la seule raison du déplacement, par exemple dans les montagnes de Oaxaca. Si ces colibris ont tendance à se sédentariser au sud, c'est qu'ils trouvent des sources de nourriture plus constantes et capables de les faire subvenir pendant toute l'année.
Dans ce cas, au Oaxaca, les mâles de Colibris de Rivoli établissent des petits territoires dont la superficie équivaut environ à 720 mètres carrés, les femelles un peu moins.

Alimentation mode et régime

Les Colibris de Rivoli sont de minuscules oiseaux qui possèdent un régime alimentaire mixte. Ils consomment principalement du nectar qui provient des fleurs de chardons (Crisium), de penstemon et d'agaves. Ils fouillent également grâce à leur long bec les corolles des erythrinas, des fuchsias et des lobelias qui attirent l'œil par leurs magnifiques couleurs.
Les arthropodes sont les insectes qui sont capturés en priorité (coléoptères, mouches, punaises, cigales, pucerons). Les araignées complètent le menu. Comme chez de nombreuses espèces d'oiseaux-mouches, ces oiseaux utilisent régulièrement les mangeoires artificielles.

Reproduction nidification

En Arizona, la nidification des Colibris de Rivoli dure une brève période. 24 nids contenant chacun un seul œuf blanc ont été découverts entre le 6 mai et le 25 juillet. En mars au Mexique, ces oiseaux sont en état de se reproduire entre le 24 juin et le 24 juillet. L'ensemble du cycle reproducteur peut durer de mars à novembre. Au Guatemala, les dates de la saison des nids s'étend de décembre à février, au Salvador, la reproduction est réputée pour se dérouler pendant les mois d'hiver mais elle pourrait bien durer toute l'année.
Les Colibris de Rivoli installent leur nid à une assez grande hauteur dans les arbres. Sur six nids découverts au cours des récentes années, ils étaient placés entre 3 et 16 mètres au-dessus du sol. La moyenne générale s'approche de 9 mètres. Une grande variété de supports est utilisée pour l'opération : des peupliers, des érables de montagne, des sycomores, des aulnes, des pins, des sapins de Douglas et parfois même des noyers. Les arbres d'assez grande taille prennent la priorité sur une multiplicité d'autres espèces.
Le nid est coincé ou calé par des branches horizontales dont le diamètre est souvent inférieur à celui de l'édifice. Il mesure généralement 50 mm de diamètre et 50 mm de profondeur et possède la forme d'une coupe de 25 millimètres. Il ressemble, à quelques dimensions près, à un nid de Colibri à gorge rubis. Il est confectionné avec de la mousse et d'autres végétaux souples, du duvet et des lichens qui servent principalement à la décoration. La coupe est suffisante pour accueillir 2 œufs blancs. On ne possède aucune information sur la période d'incubation et sur le développement des jeunes oisillons. On sait simplement que le Colibri de Rivoli s'hybride parfois avec les Colibris à queue large (platycercus). Aucun rapport n'a été écrit sur la cohabitation de cet oiseau avec le Colibri à gorge bleue qui mettrait ce dernier en situation d'infériorité dans les conflits qui les opposent.

Distribution

On reconnaît officiellement 2 sous-espèces : E. f. fulgens - Magnificent Hummingbird - montagnes du sud-ouest des États-Unis (Sud-Est-Arizona, Sud-Ouest-Nouveau-Mexique, et probablement sud-ouest du Texas), majeure partie du Mexique jusqu'au Guatemala, El Salvador, Honduras et nord-centre du Nicaragua.
E. f. spectabilis - Admirable Hummingbird - zones montagneuses du Costa Rica et de l'ouest du Panama.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Colibris de Rivoli ne sont pas globalement menacés. L'utilisation de mangeoires artificielles leur procure un supplément de ressources et permet de maintenir les effectifs à un bon niveau. Toutefois, le développement de cette espèce est gêné par l'irruption temporaire d'incendies qui endommagent son habitat forestier. Cette dégradation est très visible au Costa Rica dans le Parc National des Volcans.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Colibri de RivoliFiche créée le 02/01/2018 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net