Colombine plumifère

Geophaps plumifera - Spinifex Pigeon

Systématique
  • Ordre
    :

    Columbiformes

  • Famille
    :

    Columbidés

  • Genre
    :

    Geophaps

  • Espèce
    :

    plumifera

Descripteur

Gould, 1842

Biométrie
  • Taille
    : 24 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 68 à 115 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les Colombines plumifères, la tête et le cou varient du brun clair au brun-roux. Les ornements faciaux sont nettement marqués et très expressifs : un net sourcil noir commence à la base de la mandibule supérieure et se poursuit jusqu'au-dessus des couvertures auriculaires, surmontant un très large masque rouge brillant. Ce dernier est bordé au-dessus par un front et une ligne dégressive grise qui couvre les côtés du capuchon. La moustache se confond avec le menton, se développant de la base de la mandibule inférieure jusqu'en dessous du masque. Une large bande blanche traverse la zone gutturale, s'amincissant sous l'œil. Le bas de la gorge et la partie inférieure des oreillons sont noirs, tranchant avec les couleurs de la crête, de la nuque et de l'arrière du cou qui sont brun rougeâtre.
Le manteau est gris-brun clair, avec des barres brun sombre sur le dos, les scapulaires sont brun sombre avec des barres plus pâles. Le reste du dessus et la queue sont bruns avec des terminaisons noires sur les rectrices externes. Les couvertures secondaires sont brun-roux avec des barres noires et grises. Les rémiges sont brunes, mais avec des petites fioritures sur le bord de traîne.
Les parties inférieures sont majoritairement roux pâle avec une nuance blanchâtre au niveau du ventre et la zone anale. La poitrine est traversée par une double bande noire et blanche. Le bec est noir, l'anneau orbital rouge. Les pattes et les pieds sont gris violacé foncé. Le mâle et la femelle sont semblables. Les juvéniles ont une tête et un cou roussâtres et sans ornements faciaux excepté le sourcil. Les oisillons ont une huppe plus brève que celle des adultes. Le dessus est écaillé et barré. Le dessous brun-chamois clair affiche une bande pectorale très discrète. Les parties nues sont sensiblement équivalentes à celles des parents. Les autres sous-espèces se distinguent par les parties inférieures plus claires, la race leucogaster ayant un bas de poitrine, un abdomen et une zone anale très blanchâtres.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Geophaps plumifera plumifera (c to ne Australia)
  • Geophaps plumifera ferruginea (wc Western Australia)
  • Geophaps plumifera leucogaster (n Western Australia, w Northern Territory)

Noms étrangers

  • Spinifex Pigeon,
  • Paloma Plumífera,
  • Pomba-cornuda,
  • Rotschopftaube,
  • rőtbóbitás galamb,
  • Spinifexduif,
  • Piccione dello spinifex,
  • Spinifexduva,
  • Spirdue,
  • holúbok prepeličí,
  • holub křepelčí,
  • Spinifexdue,
  • keihäskivikyyhky,
  • colom plumífer cremós,
  • aborygenek lancetoczuby,
  • Острохохлый каменный голубь,
  • ショウキバト,
  • 冠翎岩鸠,
  • 針羽鴿,

Voix chant et cris

Les colombines plumifères ont un répertoire assez classique pour un pigeon. Elles émettent des "ooo" et des "ooo/OOO-ooo" doux et haut-perchés. On peut également entendre un "cooo-r-r-r" guttural et profond. Lorsqu'il parade avec une partenaire le mâle produit un grognement suivi par une inspiration qui n'est audible qu'à une très faible distance. Les plumifères à ventre roux ont soit-disant une vocalisation différente de celle de la race nominale à ventre blanc. Ceci demande confirmation.

Habitat

De façon très caractéristique, les colombines plumifères fréquentent les prairies arides dominées par les grosses touffes de spinifex du genre Triodia. On peut aussi les apercevoir dans une grande variété de zones boisées ouvertes, notamment celles qui sont situées sur des crêtes rocheuses de collines et dans lesquelles les touffes de spinifex sont remplacées par d'autres sortes d'herbes. Elles évitent les endroits insuffisamment arrosés dans lesquels les sources ou les points d'eau sont absents.

Comportement traits de caractère

C'est pratiquement le seul oiseau de la zone aride qui soit sédentaire. Il entrprend toutefois quelques mouvement locaux et il se regroupe autour des points d'eau pendant la sècheresse. Il fait preuve d'un comportement réservé et il ne s'éloigne guère des habitations.Les colombines plumifères sont grégaires et vivent en groupes familiaux en dehors de la période de nidification. Leurs rassemblements sont variables et peuvent regrouper de 5 à 50 individus. La plupart du temps, elles sont positionnées à terre mais quand elles prennent leur envol, elles font vibrer leurs ailes comme des cailles puis elles se laissent glisser avec les ailes légèrement courbées vers le bas. Elles répugnent à décoller et elles préfèrent courir et sauter avant de quitter le sol. Ces pigeons de moyenne taille sont connus pour pénétrer dans les fermes et pour chaparder le grain qui est habituellement distribué aux volailles. Ils sont actifs surtout le matin et dans la soirée, mais ils se désaltèrent à tout moment de la journée.
Leurs parades de salutation sont assez semblables à celles des colombines longup, les mâles se penchant profondément vers le sol, pointant du bec, déployant leurs rectrices et dressant les ailes. Ce rituel est parfois détourné de son but initial, il prend alors une tournure agressive et sert comme dissuasion contre les intrus.

Alimentation mode et régime

Les colombines plumifères ont un régime presque exclusivement granivore. Les insectes ne constituent qu'une partie très infime de leur menu. Dans une étude assez récente, les graines d'herbes représente 56% de la diète, les graines tombées des buissons et des arbres forment un complément non négligeable avec plus de 30%

Reproduction nidification

Les colombines plumifères peuvent se reproduire pendant toute l'année, mais apparemment ils accordent leur préférence à la période qui s'étend du printemps au début de l'été. Leur activité est stimulée par la chute des pluies mais ces oiseaux sont aussi capables de déposer leurs pontes dans les pires conditions de sècheresse.
Le nid est une sorte de grattage dissimulé sous une touffe de spinifex, sous un buisson, ou sous un rocher. La femelle y dépose 2 œufs blancs qu'elle couve pendant 16 ou 17 jours. A leur naissance, les poussins pèsent un peu moins de 5 grammes et sont recouverts d'un long duvet couleur sable. Ils quittent leur lieu de naissance au bout de 7 ou 8 jours et ils suivent leurs parents.
En captivité, la croissance de toutes les parties du corps dure jusqu'à l'âge de 32 jours. Leur poids continue à progresser jusqu'à 70 jours.

Distribution

Les colombines plumifères sont endémiques du nord et du nord-ouest du continent australien, dans le Territoire du Nord et le nord de l'Australie Occidentale. L'aire de distribution déborde quelque peu sur l'ouest du Queensland. L'espèce est divisée en 5 races qui sont elles-mêmes réparties en 2 groupes : le groupe plumifère contient les 3 premières races, le groupe ferrugineux comprend 2 races qui sont plus méridionales. Dans la dernière version du Handbook des oiseaux du Monde, les 2 dernières ont été "splitées" et sont désormais considérées comme espèce à part entière sous le nom de colombine ferrugineuse. Dans la version ancienne, voici les 5 sous-espèces qui sont officiellement reconnues :

G. p. plumifera - Australie Occidentale, des monts Edgar jusqu'au Territoire du Nord en passant par la région de Kimberley (limite est à Top Springs).
G. p. leucogaster - centre-est de l'Australie, des monts Petermann en direction du nord-est jusqu'à la base de la Péninsule du cap York , et de la rivière McArthur jusqu'en Australie Méridionale.
G.p.proxima - sud-ouest de la péninsule de Kimberley.
G.p. ferruginea - (nord-ouest de l'Australie Occidentale et sud-ouest du Great Sandy Desert).
G.p. mungi - (nord-ouest de l'Australie entre le Great Sandy Desert et la péninsule de Kimberley).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle varie de commune à abondante, même dans les parties les plus arides de son aire de distribution. Contrairement à la plupart des autres pigeons australiens, la destruction ou la dégradation de son habitat n'est pas ressentie comme une catastrophe, compte-tenu du fait qu'elle est habituée à s'adapter à des milieux naturels difficiles. Néanmoins, dans certaines régions, le surpâturage des moutons est perçu comme une atteinte à son mode de vie.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Colombine plumifèreFiche créée le 29/01/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net