Conure de Molina

Pyrrhura molinae - Green-cheeked Parakeet

Systématique
  • Ordre
    :

    Psittaciformes

  • Famille
    :

    Psittacidés

  • Genre
    :

    Pyrrhura

  • Espèce
    :

    molinae

Descripteur

Massena Souancé, 1854

Biométrie
  • Taille
    : 26 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 62 à 81 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le dessus de la tête, du front jusqu'à la nuque, est brun terne. La zone de peau nue qui forme l'anneau orbital est blanc crème. Les joues sont vertes, ce qui est un caractère discriminant essentiel. Les couvertures auriculaires sont brun cendré.
Le menton, la gorge et les côtés du cou sont recouverts d'écailles brunes et blanchâtres. Il y a du brun et jaune sur la poitrine. Le reste du corps est vert excepté le ventre qui est rougeâtre terne, les rémiges qui sont bleuâtres et les rectrices qui ont la même couleur que l'abdomen. Les immatures n'ont pas de tache ventrale.
Chez la race phoenicura, le dessus de la queue a une base verte. Les individus de la race restricta ont du bleu sur les joues, ils affichent un collier bleu et une tache abdominale réduite. La race sordida a des écailles moins nettes sur la poitrine et un capuchon plus pâle. Australis a une tache ventrale plus pâle et moins développée.
Chez les adultes, le bec et les pattes sont gris. La cire est blanche, les iris sont bruns. Les 2 partenaires sont identiques.

Indications subspécifiques 6 Sous-espèces

  • Pyrrhura molinae flavoptera (w Bolivia)
  • Pyrrhura molinae molinae (highlands of e Bolivia)
  • Pyrrhura molinae phoenicura (ne Bolivia, w Brazil)
  • Pyrrhura molinae hypoxantha (extreme e Bolivia, sw Brazil)
  • Pyrrhura molinae restricta (lowlands of e Bolivia)
  • Pyrrhura molinae australis (s Bolivia to nw Argentina)

Noms étrangers

  • Green-cheeked Parakeet,
  • Cotorra de Molina,
  • Tiriba-de-cara-suja,
  • Molinasittich,
  • zöldarcú vörösfarkú papagáj,
  • Groenwangparkiet,
  • Parrocchetto guanceverdi,
  • Grönkindad parakit,
  • Grønnkinnparakitt,
  • klinochvost zelenolíci,
  • papoušek zelenolící,
  • Grønkindet Conure,
  • siniposkiaratti,
  • cotorra de Molina,
  • rudosterka zielonolica,
  • Зеленощёкий краснохвостый попугай,
  • ホオミドリウロコインコ,
  • 绿颊鹦哥,
  • 綠頰鸚哥,

Voix chant et cris

Les cris émis en vol sont des notes aiguës, ont une qualité grinçante et sont répétées en séries rapides, c'est à dire "krree krree krree". On peut également entendre un "kuree" simple. Lorsqu'elles sont perchées, les conures de Molina émettent des sons plus mélodieux et disyllabiques du type "rreekeet" ou 'keew".
En vol, les membres d'un groupe chantent fréquemment ensemble et produisent des bavardages bruyants, rudes, et stridents.

Habitat

Les conures de Molina fréquentent habituellement les forêts denses de plaine qui sont pourvues d'arbres à feuilles caduques. On les trouve aussi dans les zones boisées qui ont des clairières et dans les forêts primaires ou secondaires qui sont bien entretenues, y compris les bordures de chaco et les savanes arborées.
Dans le Pantanal, on peut les observer dans les parcelles de feuillus, alors que dans les Andes de l'Est, ils grimpent jusqu'à 2 900 mètres dans les forêts de nuage dont les troncs humides sont recouverts de mousse. Dans cette dernière région, on peut l'apercevoir jusqu'à la limite supérieure des arbres. Au Brésil, la race sordida s'installe dans les parcelles qui perdent leurs feuilles au-dessus de 500 mètres.

Comportement traits de caractère

Ces conures sont grégaires, du moins en ce qui concerne la période qui est en dehors de la saison de nidification. On peut généralement les observer en bandes de 10 à 20 individus et parfois beaucoup plus. Ces oiseaux recherchent leur nourriture au sommet des arbres.

Alimentation mode et régime

On ne possède aucune information détaillée sur la composition du régime alimentaire de cet oiseau qui prospecte au sommet de la canopée. D'après Juniper, son menu est probablement identique à celui de ses congénères du genre Pyrrhura. Les conures voisines du Brésil, de l'Argentine et de la Bolivie consomment principalement des fruits et du nectar de fleur.

Reproduction nidification

La saison de nidification commence en février dans le nord-ouest de l'Agentine. Le nid est placé dans une cavité d'arbre, souvent à 5 mètres au-dessus du sol. La ponte comprend 3 ou 4 œufs qui sont couvés pendant 22 à 24 jours (information provenant d'oiseaux en captivité). Les petits sont nidicoles et fréquentent le nid pendant environ 7 semaines.

Distribution

Les conures de Molina sont originaires du centre du continent sudaméricain. Leur aire de distribution couvre le Mato Grosso et le Mato Grosso du Sud dans le sud-ouest du Brésil. Elle se poursuit dans l'est de la Bolivie, dans les provinces de Beni, La Paz, Cochabamba, Chuquisaca, Tarija et Santa Cruz et atteint la bordure du chaco. On peut sans doute les trouver dans le nord de la Bolivie, à la frontière avec le Pérou, mais ils sont absents des plaines du Pantanal
Dans le bassin du Rio Paraguay, ils sont confinés aux îlots résiduels de chaco sur les hautes terres qui surplombent la rive droite de ce fleuve. Dans le nord-ouest de l'Argentine, ces oiseaux sont visibles dans les provinces de Salta, Jujuy et, dans une moindre proportion, dans celles de Tucuman et Catamarca.
Sur ce territoire assez réduit mais compact, on reconnaît officiellement 5 sous-espèces peu démarquées les unes des autres : P. m. phoenicura (nord-est de la Bolivie et sud-ouest du Brésil) - P. m. molinae, la race nominale (montagnes de l'est de la Bolivie) - P. m. restricta (plaines de l'est de la Bolivie) - P. m. sordida (extrême-est de la Bolivie et ouest du Brésil) - P. m. australis (sud de la Bolivie et nord-ouest de l'Argentine).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée, mais sa présence dans le nord du Paraguay est loin d'être prouvée. La conure de Molina est commune sur l'ensemble de son aire de distribution. Son habitat de prédilection est assez bien conservé.
Cet oiseau n'est pas l'objet de la convoitise des braconniers. Un peu plus d'un millier d'individus seulement ont été exportés dans les années 1985-90. Depuis 1993, sa commercialisation est interdite.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 29/04/2014 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net