Coucou de Horsfield

Chrysococcyx basalis - Horsfield's Bronze Cuckoo

Systématique
  • Ordre
    :

    Cuculiformes

  • Famille
    :

    Cuculidés

  • Genre
    :

    Chrysococcyx

  • Espèce
    :

    basalis

Descripteur

Horsfield, 1821

Biométrie
  • Taille
    : 17 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 22 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, les sexes sont identiques. Les parties supérieures, de la tête au croupion, sont bruns, avec parfois un lavis bronzé sur le dos. Le capuchon, plus brun que noir, est souligné par un long sourcil blanc et par un trait oculaire sombre. La queue est bordée de roux et est ornée de petites entailles blanches. Les parties inférieures sont blanches mais la gorge est légèrement striée de noir.
Il y a des barres bronzées sur les flancs et les côtés de la poitrine. Les sous-caudales ont une tache centrale rousse, elles sont barrées de noir et de blanc. Le dessous des rémiges affiche une fine bande rousse nuancée de blanc. Les couvertures sous-alaires ont souvent des fraiches bordures pâles, ce qui constitue un caractère extrêmement rare chez les autres congénères.
L'anneau orbital est gris, il entoure les iris qui varient du brun au rouge. Le bec est noir, les pattes grises.
Les juvéniles sont semblables à leurs parents mais leur plumage est plus terne. Les plumes du dessus sont gris-brun uni, avec parfois des bordures chamoisées. Les flancs affichent des barres très discrètes. Les iris varient du gris au brun clair.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Horsfield's Bronze Cuckoo,
  • Cuclillo de Horsfield,
  • Rotschwanzkuckuck,
  • Horsfield-rézkakukk,
  • Horsfield Bronskoekoek,
  • Cuculo bronzeo di Horsfield,
  • Horsfields glansgök,
  • Mulgagjøk,
  • kukučka bronzová,
  • kukačka bronzová,
  • Rødgumpet Bronzegøg,
  • australianpronssikäki,
  • cucut bronzat de Horsfield,
  • kukułeczka brązowa,
  • Краснохвостая бронзовая кукушка,
  • Kedasi australia,
  • マミジロチリカッコウ,
  • 霍氏金鹃,
  • 狹嘴金鵑,

Voix chant et cris

Coucou de Horsfield
juvénile

Les coucous de Horsfield émettent un "peeer" aigu, sifflant et descendant qu'ils répètent régulièrement toutes les 5 secondes après une pause. Ces vocalises sont généralement plus hautes et plus rapides que celles du Coucou oreillard (Chrysococcyx osculans). Les bégaiements et les cris de sollicitation des jeunes oisillons sont assez différents de ceux des parents-hôtes, ce qui pose naturellement de graves problèmes d'adaptation et de reconnaissance pour ces familles créées artificiellement. Les parents refusent parfois de nourrir une progéniture dont ils ne reconnaissent pas la voix. Par contre, dans la région de Kimberley les jeunes coucous qui s'envolent ont des cris tout à fait semblables à ceux de leurs parents acanthizes ou leurs parents malures, ce qui facilite leur alimentation post-nidification.

Habitat

Les coucous de Horsfield fréquentent les zones boisées ouvertes, les mulgas et les broussailles. On peut parfois les apercevoir à l'intérieur des terres dans les prairies sèches de spinifex. Près des côtes, ils occupent les marais salants, les zones arides et semis-arides.
Pendant la période hivernale, ces coucous vivent dans les arbustes et les petites parcelles arbustives en cours de régénération. A ce moment, de l'année, ils privilégient les endroits proches des côtes et ils demeurent à des altitudes proches du niveau de la mer. Cependant, il leur arrive de grimper jusqu'à 1 800 mètres à Sulawesi.

Comportement traits de caractère

Le mâle est territorial et couvre par ses chants une superficie de plus d'un kilomètre carré. Il n'y a apparemment aucune interaction entre le coucou de Horsfield et les autres coucous (Coucou oreillard et Coucou éclatant, qui appartiennent également au genre Chrysococcyx) qui vivent dans la même sorte d'habitat. Avant l'accouplement, le mâle effectue des offres rituelles de nourriture à sa partenaire. Après l'envol, il retrouve parfois ses petits et participe à leur alimentation.
Les coucous de Horsfield sont partiellement migrateurs. Certaines populations demeurent toute l'année dans l'est, à l'est de la cordillère australienne. D'autres résident au nord où ils passent la saison en dehors de la reproduction. Certains individus passent les détroits et parviennent en Nouvelle-Guinée et dans les îles du sud de l'Indonésie. Ils sont notamment visibles dans le nord de Java aux mois de mars et avril. Quelques rares individus poussent vers l'ouest jusqu'à Sumatra et Singapour.

Alimentation mode et régime

Les coucous de Horsfield se nourrissent presque exclusivement d'insectes. Ils apprécient principalement les chenilles, mais également les coccinelles de la famille des coléoptères et les punaises. Les oisillons survivants, qui sont des intrus exclusifs (voir plus haut, le sort des jeunes hôtes) sont nourris uniquement par les parents des nids parasités. Ces derniers recherchent leur nourriture dans les feuillages proches du sol. Ils chassent aussi dans les airs d'un vol rapide et direct. Ils prospectent en solitaire, excepté en hiver où ils forment des petits groupes.

Reproduction nidification

Dans l'ouest de l'Australie, la nidification coïncide avec la saison des pluies. Dans le sud-ouest, elle varie plus particulièrement du mois d'août au mois d'octobre et dans les environs de Perth, elle s'étend d'octobre à décembre. Dans la subdivision administrative du Pilbara qui est une vaste bande côtière de terrain qui va du lac MacLeod jusqu' aux environs de Broome (Australie Occidentale), la période de reproduction est divisée en 2 parties, de mars à mai et d'août à septembre. Enfin, pour la dernière région, pour laquelle on possède des renseignements précis, c'est à dire la proximité de Kimberley, les pontes se déroulent de janvier à mars. Dans la partie intérieure aride du continent, les coucous de Horsfield nichent vraisemblablement au printemps et en automne.
Les coucous de Horsfield parasitent de nombreux espèces de passereaux. Les victimes sont sélectionnées dans la catégorie des acanthizes, dans celle des robins australiens de la famille des pétroïcidés, chez les malures et chez les ephtianures de la famille des méliphagidés. 28 sortes d'hôtes sont ainsi répertoriés, habitant habituellement dans des nids recouverts d'un dôme (76%)ou dans des structures qui ont une forme ouverte (24%). Les œufs sont blancs avec des taches brunes, ils mesurent 16 millimètres sur 12 et ils sont couvés par les parents hôtes aux alentours de 12 jours (11 à 13).
Lorsqu'ils naissent, les poussins ont une peau nue rose et grise qui s'obscurcit de plus en plus avec l'âge. La commissure de leur bouche est blanche et la bordure du bec est garnie de plumes jaunes. Les intrus n'hésitent pas à exclure leurs frères et sœurs d'adoption en les balançant par dessus bord. Ils s'envolent du nid au bout au bout de 17 à 19 jours mais ils restent dépendants de la famille d'accueil pendant 4 semaines supplémentaires. L'échec des nichées est dû, dans près de 50% des cas, à la saisie des œufs par les prédateurs.

Distribution

Les coucous de Horsfield vivent majoritairement en Australie et en Tasmanie. En hiver, ils se dirigent au nord jusqu'à Java et parfois plus loin vers l'ouest, atteignant la péninsule malaise.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les coucous de Horsfield ne sont pas globalement menacés. Compte-tenu de l'abondance des passereaux qui vivent dans les régions qu'ils fréquentent, ils peuvent trouver des conditions favorables à leur mode de reproduction et ils peuvent ainsi se développer dans la plupart des régions. Dans le Territoire du Nord et la région de Kimberley, cette espèce est assez clairsemée. Ailleurs, dans les autres régions, les densités qui sont annoncées paraissent anormalement élevées pour cette espèce.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Coucou de HorsfieldFiche créée le 17/09/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net