Coucou des buissons

Cacomantis variolosus - Brush Cuckoo

Systématique
  • Ordre
    :

    Cuculiformes

  • Famille
    :

    Cuculidés

  • Genre
    :

    Cacomantis

  • Espèce
    :

    variolosus

Descripteur

Vigors Horsfield, 1827

Biométrie
  • Taille
    : 28 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 34 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les Coucous des buissons, les adultes ont une tête grise. La gorge et les parties inférieures affichent une teinte pâle, la queue se termine en carré. Sur les parties supérieures, le plumage varie du du brun-olive au brun clair, ce qui provoque un contraste assez saisissant avec le roux ou le chamois du dessous.
Dans la partie septentrionale des îles Salomon, l'anneau orbital est jaune, alors qu'en Nouvelle-Guinée, en Australie et dans l'archipel Bismarck, il vire légèrement au gris.
Les femelles peuvent être observées sous 2 formes différentes : une barrée et une non-barrée.
Les populations du nord des Moluques ont un plumage qui varie du gris au brun. Dans l'aire de distribution qu'ils partagent, les Coucous des buissons diffèrent des Coucous plaintifs (C. merulinus) par la couleur plus sombre de leur dessus. La tête est aussi foncée que le dos, les parties inférieures varient du roux ou brun pâl , excepté la gorge et la poitrine qui sont grisâtres. Le roux des parties inférieures contraste avec le gris des joues. La démarcation entre les 2 couleurs est nette chez le Coucou plaintif.
La discrimination avec le Coucou à la queue en éventail (C. flabelliformis) est assez aisée. Comme son nom l'indique bien, la différence s'effectue principalement au niveau des rectrices qui sont beaucoup plus longues et ont une terminaison arrondie chez ce dernier. Le Coucou des buissons a une silhouette très ressemblante à celle du Coucou pâle, mais ses parties inférieures sont moins roux clair ou moins chamoisées.
Les juvéniles ont un dessus barré et un dessous roux ou fauve barré de noir. Le dos est plus sombre, la gorge est barrée et non pas striée. Les barres sombres sont plus épaisses que les barres claires. La queue est recouverte de taches brunes ou rousses en forme de "V".

Indications subspécifiques 8 Sous-espèces

  • Cacomantis variolosus tymbonomus (Timor. e Lesser Sundas.)
  • Cacomantis variolosus infaustus (n and e Moluccas to n and c New Guinea)
  • Cacomantis variolosus oreophilus (e and s New Guinea, D'Entrecasteaux Arch.)
  • Cacomantis variolosus blandus (Admiralty Is.)
  • Cacomantis variolosus macrocercus (New Britain, New Ireland and Tabar Is.. Bismarck Arch..)
  • Cacomantis variolosus websteri (New Hanover. Bismarck Arch..)
  • Cacomantis variolosus addendus (Solomon Is.)
  • Cacomantis variolosus variolosus (n, e Australia)

Noms étrangers

  • Brush Cuckoo,
  • Cuco Varioloso,
  • Buschkuckuck,
  • vörhenyeshasú kakukk,
  • Treurkoekoek,
  • Cuculo di macchia,
  • Vanlig buskgök,
  • Krattgjøk,
  • kukučka pralesná,
  • kukačka pokřovní,
  • Kratgøg,
  • pensaskäki,
  • cucut dels matolls,
  • kukułka płowa,
  • Щетинистая кукушка,
  • Wiwik rimba,
  • ハイガシラヒメカッコウ,
  • 灌丛杜鹃,
  • 叢杜鵑,

Voix chant et cris

Le chant est une série de 7 ou 8 sifflements lugubres "fear fear fear". Chaque note commence assez haut et descend progressivement ou garde la même tonalité. On peut également entendre une phrase stridente, légèrement interrogative et composée de 3 notes que nos amis anglophones retranscrivent de la façon suivante : "where's the tea". A Bougainville, la fin des phrase est légèrement plus trillée.

Habitat

Les Coucous des buissons vivent dans les forêts pluviales, les forêts secondaires, les buissons, les mangroves et les bouquets de myrtacées qui poussent le long des cours d'eau. On les trouve également dans les plantations, les bosquets des villages et les sous-bois fournis. Ils apprécient également les parcelles de vieux gommiers, les bords des routes, les terres cultivées et les jardins. Selon les régions, leur habitat est situé à des altitudes diverses : de 600 mètres en Thaïlande jusqu'à 1 200 m dans la péninsule malaise, les Grandes îles de la Sonde et les îles Salomon, jusqu'à 1 300 mètres en Nouvelle-Guinée, de 1 500 à 2 500 mètres à Sulawesi et du niveau de la mer jusqu'à environ 2 000 mètres aux îles des Philippines.

Comportement traits de caractère

Les Coucous des buissons, en particulier les mâles, ont leur perchoir attitré. Ils se dissimulent dans les feuillages et ils émettent leurs cris, sans doute pour marquer leur territoire. On ne connaît qu'un seule parade, il s'agit d'une offrande rituelle de nourriture au cours de laquelle le mâle procure des chenilles à sa partenaire.
Dans la péninsule malaise et les Grandes îles de la Sonde, les Coucous des buissons sont majoritairement sédentaires. Toutefois, les populations du sud de l'Australie migrent en direction du nord après la saison de nidification. A partir de janvier, les oiseaux en provenance de ces régions parviennent à Timor, dans le nord des Moluques et en Nouvelle-Guinée.

Alimentation mode et régime

Les Coucous des buissons ont un régime insectivore, ils consomment principalement des chenilles, qu'elles soient chevelues ou non. Ils ingurgitent aussi des œufs de lépidoptères. Les sauterelles, les coléoptères, les punaises, les guêpes, les araignées représentent une part non négligeable du menu. Les Coucous des buissons glanent dans les feuilles et dans les branches des arbres et des buissons.

Reproduction nidification

Les Coucous des buissons se reproduisent en Australie pendant la saison des pluies, soit de septembre à janvier dans le nord du Queensland ou de décembre à mars sur le plateau de Kimberley. Ces oiseaux sont parasitiques, ils usurpent les nids de plus de soixante hôtes involontaires. Il serait trop fastidieux de nommer toutes les espèces qui subissent cette occupation intempestive mais parmi les passereaux qui subissent ce préjudice, les plus courantes sont les Enicures rousse-cape (Enicurus ruficapillus) à Bornéo, les Souimangas à dos vert (Nectarinia jugularis) à Sulawesi, les Couturières (Orthotomus) à Sumatra, les Pies-grièches schach et les gobemouches, les Rhidipures et les tariers à Java. Les Tariers pies à Flores, les zosterops sur Buru, subissent le même sort. Sur la multitude d'oiseaux qui sont parasités sur le continent australien, on peut citer différentes sortes de malures et de méliphages ainsi que des miros du genre Petroica. Ces oiseaux ont indifféremment des structures ouvertes ou fermées, ce qui n'empêche pas les coucous de s'y adapter. Aux îles Salomon, les Coucous des buissons marquent une préférence pour les nids de Monarques à ventre marron (Monarcha castaneiventris).
En Australie, les œufs sont de couleur variable, ils sont blanchâtres avec des tâches brunes sur le bord large de la coquille ou blancs avec des petites mouchetures noires, chaque type correspondant avec la couleurs des œufs des hôtes. Ils mesurent environ 14 mm sur 18 et ils sont couvés pendant 13 jours. Lorsqu'ils naissent, les jeunes coucous sont une peu noirâtres, ils s'empressent de supprimer les oisillons de l'espèce parasitée afin de bénéficier totalement de la nourriture apportée par les parents. Ils prennent leur envol au bout de 17 à 19 jours et continuent à bénéficier du ravitaillement parental pendant au moins un mois.

Distribution

Les Coucous des buissons sont originaires de l'Asie du Sud-Est, des grands archipels de l'Australasie (Philippines, Indonésie et Salomon) ainsi que de la Nouvelle-Guinée, du littoral nord et est de l'Australie. La race sepulcralis est parfois séparée et traitée comme une espèce à part entière sous le nom de Coucou à ventre roux.

C. v. sepulcralis - Coucou à ventre roux - sud de la Thaïlande et de la Birmanie, (Tenasserim) péninsule malaise, Sumatra, Bornéo, Java, Bali ainsi que les Philippines et les petites îles de la Sonde (Lombok, Sumbawa, Flores, Sumba, Alor).
C. v. everetti - sud-ouest des Philippines (Basilan et Sulu).
C. v. virescens - Sulawesi, Banggai Is (Peleng), Butung et Tukangbesi. probablement aussi Sula Island.
C. v. infaustus - nord et est des Moluques (Morotai, Ternate, Tidore, Halmahera, Bacan, Seram Laut, Watubela, Kai Island et sans doute Obi), Nouvelle-Guinée et îles avoisinantes au nord et à l'est.
C. v. oreophilus - zones montagneuses de l'est et du sud de la Nouvelle-Guinée.
C. v. blandus - îles de l'Admirauté.
C. v. macrocercus - archipel Bismarck (excepté la Nouvelle-Hanovre), Tabar.
C. v. websteri - Nouvelle- Hanovre.
C. v. addendus - îles Salomon.
C. v. variolosus - Brush Cuckoo - nord-est de l'Australie ; hiverne dans les petites îles de la Sonde (Timor, Wetar, Kisar, Babar, Tanimbar), aux Moluques, aux îles Aru et dans les îles de la Papouasie Occidentale, Nouvelle-Guinée.
Cette espèce (probablement sepulcralis ou infaustus) niche aussi dans l'île Tanimbar.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Coucous des buissons ne sont pas globalement menacés. Ils sont communs aux Philippines, répandus dans les forêts de plaine à Sabah, abondants dans les boisements clairsemés de Nouvelle-Bretagne.
Bien qu'assez rares en Thaïlande, ils deviennent plus denses plus au sud de la péninsule malaise et dans la grande Sonde. A Sulawesi et en Australie, les densités sont assez irrégulières. D'après Birdlife, la population et les effectifs semblent stables sur une superficie proche de 4 millions de kilomètres carrés.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 13/03/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net