Coucou du Pacifique

Eudynamys orientalis - Pacific Koel

Systématique
  • Ordre
    :

    Cuculiformes

  • Famille
    :

    Cuculidés

  • Genre
    :

    Eudynamys

  • Espèce
    :

    orientalis

Descripteur

Linnaeus, 1766

Biométrie
  • Taille
    : 46 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Lorsqu'il est aperçu, le mâle est immédiatement identifiable grâce à son plumage noir qui est entièrement lustré et teinté de bleu et de vert. Un autre trait remarquable est le bel iris rouge et saisissant. La femelle est très différente de son partenaire : elle présente des parties supérieures brunes et brillantes qui sont abondamment tachetées de blanc. Le capuchon est noir. Les parties inférieures sont généralement chamois-crème avec de fines barres noires. Selon les races, le nombre de bandes sombres est différent et elles sont plus ou moins régulièrement espacées sur les rectrices centrales.
Les juvéniles ressemblent aux femelles mais ils ont un apport considérable de chamois et des yeux sombres.
Les femelles des coucous du Pacifique peuvent être confondus avec celles des coucous de Nouvelle-Zélande (Eudynamis taitensis).
En Australie, les coucous du Pacifique sont localement appelés "rainbirds" ou "stormbirds" car leurs vocalisations annoncent souvent les précipitations ou bien même les tempêtes. Cette espèce est aussi nommée "coucou bleuté" en raison du lustre bleuâtre qui recouvre les parties supérieures du plumage.

Indications subspécifiques 9 Sous-espèces

  • Eudynamys orientalis orientalis (s Moluccas)
  • Eudynamys orientalis picatus (Sumba to Timor and Kai Is.)
  • Eudynamys orientalis rufiventer (New Guinea)
  • Eudynamys orientalis minimus (sw New Guinea)
  • Eudynamys orientalis hybrida (Long I.. off ne New Guinea.)
  • Eudynamys orientalis salvadorii (Bismarck Arch.)
  • Eudynamys orientalis alberti (Solomon Is.)
  • Eudynamys orientalis cyanocephalus (n Queensland to s New South Wales)
  • Eudynamys orientalis subcyanocephalus (nw Australia to nw Queensland)

Noms étrangers

  • Pacific Koel,
  • Koel Australiano,
  • Australischer Koel,
  • ausztrál koel,
  • Australische Koül,
  • Koel australiano,
  • Australisk koel,
  • Grånebbkoel,
  • koel tichomorský,
  • Molukkoel,
  • cucut coel de Nova Guinea,
  • kukiel molucki,
  • Тихоокеанский коэль,
  • Tuwur australia,
  • オーストラリアオニカッコウ,
  • 太平洋噪鹃,
  • 澳洲噪鵑,

Voix chant et cris

Les coucous du Pacifique sont connus pour leurs cris puissants et répétitifs qu'ils émettent surtout à l'aube. Les mâles se font reconnaître grâce à des "koo-el" sifflants et monotones, les femelles produisent des "keek-keek-keek-keek" répétés. Les mâles vocalisent parfois pendant toute la journée et poursuivent pendant une partie de la nuit.

Habitat

Les coucous du Pacifique fréquentent des forêts de grands arbres mais ils sont également présents assez assiduement dans les banlieues et le pourtour des villes, car ils apprécient les plantations et les jardins.

Comportement traits de caractère

Les coucous du Pacifique sont des oiseaux extrêmement discrets qu'on a de grosses difficultés à apercevoir et qu'on ne repère habituellement que grâce à leurs vocalisations. Contrairement aux adultes, les jeunes qui ont pris leur envol sont plus facilement repérables car ils réclament très bruyamment leur pitance auprès de leurs parents hôtes.
Les coucous du Pacifique sont migrateurs. D'avril à septembre, ils résident dans le nord, des Célèbes aux Salomons. De septembre à mars il se reproduisent en Australie où leur aire de nidification progresse de plus en plus vers le sud.

Alimentation mode et régime

Les coucous du Pacifique recherchent leur nourriture exclusivement dans la canopée des arbres. Habituellement, les bandes qui sont chargées de collecter les aliments sont également constituées de carpophages et de pigeons frugivores. Leur régime est formé de fruits, en particulier des figues qu'ils cueillent directement sur les branches des arbres.

Reproduction nidification

Les coucous du Pacifique nichent uniquement en Australie, dans le nord et l'est du continent jusqu'à Sydney et même depuis quelques années jusqu'à Adelaïde. En septembre, elles proviennent de l'Indonésie, de la Nouvelles-Guinée, des îles Salomon et même des îles situées plus au nord.
Ces oiseaux sont des nicheurs parasites, c'est à dire qu'ils utilisent le nid d'autres espèces pour y déposer leur ponte. Ces reproducteurs un peu particuliers choisissent de préférence les nids des frugivores tels que les méliphages barbe-rouge ou les différentes sortes de polochions, mais ils ne dédaignent pas pour autant ceux des grallines pies et des sphécothères mangeurs de figues. La femelle dépose un seul œuf dans le nid de l'hôte.
Les différents auteurs ont un commentaire différent sur l'attitude que peut avoir le jeune coucou, vis-à-vis de ses frères et de ses sœurs d'adoption. La plupart d'entre eux pensent qu'une cohabitation s'installe entre les jeunes. Birdlife australia émet l'avis que le jeune coucou tente d'éliminer les jeunes hôtes.
Lorsque le jeune coucou quitte le nid, il se perche bien en évidence sur les branches extérieures d'un arbre, réclamant sans cesse tandis que les parents adoptifs de taille bien inférieure essaient désespérément de trouver des aliments suffisants pour ce grand vorace. Rechercher cette pitance constitue un emploi de plein temps car le jeune double régulièrement de poids dans un délai assez bref.
Les parents retournent au nord dans leurs quartiers d'hiver au mois de mars. Les jeunes attendent un peu avant de les suivre et ne reviennent que l'année suivante en tant que nicheurs.

Distribution

Les coucous du Pacifique sont originaires de la Wallacée, de Sulawesi aux îles Salomon. Ils nichent sur le continent australien. Après une récente restructuration de l'espèce qui est très proche du koel commun (E. scolopaceus) et du coucou à bec noir (E. melanorhynchus)l on reconnaît officiellement 12 sous-espèces :

E. o. melanorhynchus - Sulawesi.
E. o. facialis - Sula Island.
E. o. corvinus - nord des Moluques (Morotai, Halmahera, Ternate, Tidore, Moti, Bacan).
E. o. orientalis - centre des Moluques (Buru, Manipa, Kelang, Tujuh, Seram, Ambon, Watubela).
E. o. picatus - petites îles de la Sonde, de Sumba à Timor, Romang, et Kai Island.
E. o. rufiventer - îles de la Papouasie Occidentale, plaines de Nouvelle-Guinée, archipel des îles Aru.
E. o. minimus - plaines du sud-ouest de Nouvelle-Guinée.
E. o. hybridus - Long Island et petites îles, au large de la Nouvelle-Guinée.
E. o. salvadorii- archipel Bismarck.
E. o. alberti - îles Salomon.
E. o. subcyanocephalus- nord de l'Australie, de l'est à l'ouest du Queensland, migre en Nouvelle-Guinée.
E. o. cyanocephalus - Australie, du nord du Queensland jusqu'aux Nouvelles-Galles du Sud.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après Birdlife Australia, les coucous du Pacifique seraient assez courants sur l'ensemble de leur aire. Cependant, en raison de leur nouvelle instauration comme espèce à part entière, ils ne sont pas encore classés. Seul le coucou australien (race cyanocephalus) est considéré comme de préoccupation moindre (LC).

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 21/01/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net