Coucou fugitif

Hierococcyx fugax - Malaysian Hawk-Cuckoo

Systématique
  • Ordre
    :

    Cuculiformes

  • Famille
    :

    Cuculidés

  • Genre
    :

    Hierococcyx

  • Espèce
    :

    fugax

Descripteur

Horsfield, 1821

Biométrie
  • Taille
    : 30 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 83 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les adultes ont des parties supérieures gris-ardoise et des ailes brunâtres. Les filets intérieurs des rémiges sont blanchâtres au niveau des primaires et des secondaires, ce qui forme un petit miroir blanc visible du dessus en vol. La queue présente une alternance de bandes grises et de bandes noires, elle a une large barre subterminale noire ainsi qu'une pointe blanche et rousse. La moustache et la zone supralorale sont blanches. Les parties inférieures affichent une teinte blanchâtre avec des stries rousses et brunes. Le menton est gris, la gorge est blanche, les flancs sont vaguement teintés de roux, contrastant légèrement avec les sous-caudales blanches.
L'anneau orbital, les iris et le bec sont jaunes, ce dernier avec une légère pointe sombre ou verdâtre. Les pieds sont également jaunes. Les subadultes ont un dessus gris sombre barré de roux. Les plumes du capuchon sont noires avec des extrémités chamois. Le dessous est blanchâtre avec des taches brunes bordées de roux. Chez les juvéniles les plumes des parties supérieures ont des liserés chamois. La queue possède une pointe blanche plus large et des taches noires sur le dessous. Les iris sont gris, le bec noir.
Les sous-espèces sont identifiables grâce à de menus détails : la race fugax a un gros bec et des extrémités des ailes arrondies ; la race nisitor présente un bec plus fin et des ailes plus pointues, son dessous blanchâtre est nettement strié de brun-roux pâle ; la race hyperythrus est celle qui possède le corps le plus trapu et les ailes les plus affinées, la poitrine et le ventre roux sont striés de gris.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Malaysian Hawk-Cuckoo,
  • Cuco Huidizo,
  • *Fluchtkuckuck,
  • Hodgson-karvalykakukk,
  • Chinese Sperwerkoekoek,
  • Cuculastore di Malesia,
  • Malajisk hökgök,
  • Gråhakegjøk,
  • kukučka širokokrídla,
  • kukačka malajská,
  • Orienthøgegøg,
  • kiljukäki,
  • cucut fugisser,
  • kukułka kreskowana,
  • bailīgā vanagdzeguze,
  • Широкрылая кукушка,
  • Kangkok melayu,
  • ジュウイチ,
  • 棕腹鹰鹃,
  • นกคัคคูเหยี่ยวพันธุ์มลายู,
  • 馬來鷹鵑,

Voix chant et cris

Bien qu'extrêmement discret du point de vue vocal, le coucou fugitif émet parfois des "gee-whizz, gee-whizz" qui sont répétés jusqu'à une vingtaine de fois. Ces cris rappellent vaguement ceux du Coucou épervier. On peut également entendre des séries de "pee" rapides et stridents qui montent progressivement et qui s'arrêtent brusquement. Le répertoire du coucou fugitif est considéré comme assez différent de celui des autres coucous car il comprend des notes moins puissantes et plus stridentes.

Habitat

Les coucous fugitifs fréquentent les forêts d'arbres à feuilles permanentes ou semi-permanentes, les parcelles en cours de régénération et les ravins humides dont les flancs sont parsemés de conifères. On les trouve également dans les massifs de bambous et dans les plantations. Ces oiseaux vivent à des altitudes qui varient de 600 à 1800 mètres sur le sous-continent indien. Ils grimpent jusqu'à 1000 mètres au Myanmar, jusqu'à 1400 m à Sumatra, à 2300 mètres au Japon et à 2800 mètres dans l'île de Bornéo.

Comportement traits de caractère

Cet oiseau n'est vraiment commun dans aucune partie de son aire de distribution. Vu qu'il est considéré comme très silencieux et discret, il passe assez facilement inaperçu. Il est donc assez difficile de recueillir des informations sur ses activités et sur ses habitudes. Toutes les races n'ont pas le même statut migratoire. La race nominale fugax est sédentaire en Thaïlande, dans la péninsule malaise et les grandes îles de la Sonde. Les races nordiques (nisitor et hyperythrus) abandonnent totalement leurs aires de nidification et hivernent dans le sud où elles rejoignent la race nominale. Pendant la période hivernale à Sumatra, cela devient parfois un véritable casse-tête pour identifier les différentes sous-espèces car les caractères distinctifs ne sont pas toujours très tranchés.

Alimentation mode et régime

Les coucous fugitifs sont surtout insectivores. Ils consomment avant tout des chenilles, des cigales et des coléoptères, mais une faible partie de la diète est également réservée aux fruits et aux baies qu'ils trouvent dans les buissons et les sous-bois.

Reproduction nidification

Le coucou fugitif est un reproducteur parasite. Il exerce principalement son parasitisme sur les espèces de la famille des timaliidés et des muscicapidés. Sur le sous-continent indien ; les nids qu'il choisit en priorité pour y déposer sa ponte sont ceux du brachyptère du Népal (Brachypteryx leucophrys) et ceux du niltava de McGregor. A Bornéo, il pond dans les nids de timalie à gorge noire (Stachyris nigricollis) alors qu'au Japon une de ses cibles favorites est le Rossignol bleu (Erithacus cyane). Les oeufs du coucou fugitif sont de 2 types différents : en Inde, ils varient du brun-olive au vert avec un anneau plus sombre sur la partie la plus large. Au Japon, ils sont bleu pâle. Ainsi, ils se confondent presque parfaitement avec les oeufs des hôtes.

Le poussin expulse généralement les oeufs du véritable propriétaire du nid et, de ce fait, il en devient le seul occupant. Dans des circonstances normales, de ne plus voir qu'une seule bouche ouverte réclamant sa pitance ralentirait considérablement le taux d'approvisionnement des parents adoptifs. Pour contrecarrer ceci, le jeune coucou montre alors les taches colorées en forme de bouche qui sont situés sous son aile, donnant l'illusion qu'il y a plusieurs occupants dans le nid. Ce stratagème semble fonctionner. En tous cas, les parents adoptifs augmentent le rythme de leurs ravitaillements. Cette technique est très différente de celle du jeune Coucou gris (Cuculus canorus) qui augmente la vitesse et la puissance de ses cris de réclamation pour stimuler l'approvisionnement des hôtes.

Distribution

Les coucous fugitifs sont originaires du continent asiatique où ils occupent une vaste superficie. D'ouest en est, leur aire de distribution s'étend de l'Himalaya jusqu'en Corée. Du nord au sud, elle va du Japon juqu'au grandes îles de la Sonde. 3 espèces sont officiellements reconnues : H.f. fugax , la race nominale (Sud-Thaïlande, péninsule malaise, Sumatra, Java, Bornéo, sédentaire) - H.f. nisitor (niche à l'est de l'Himalaya et au Népal jusqu'au Myanmar, en Thaïlande et en Indochine, hiverne plus au sud) -H.f. hyperythrus (niche dans le Sichouan, le nord-est de la Chine, la Mandchourie, la Corée et le sud du Japon, migre en Chine Méridionale, à Sulawesi et à Bornéo). La race nisitor est parfois traitée comme une espèce à part entière sous le nom de coucou de Hogdso.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Cette espèce n'est pas globalement menacée. Toutefois, elle est rare en Chine et au Japon, peu commune en Thaïlande, au Vietnam et à Java. Elle est sans doute assez répandue dans la péninsule malaise et localement commune dans certaines zones montagneuses de Bornéo. A Bali, on ignore tout sur son statut, on ne sait pas exactement si elle est nicheuse ou hivernante.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Coucou fugitifFiche créée le 05/01/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net