Coucou présageur

Scythrops novaehollandiae - Channel-billed Cuckoo

Systématique
  • Ordre
    :

    Cuculiformes

  • Famille
    :

    Cuculidés

  • Genre
    :

    Scythrops

  • Espèce
    :

    novaehollandiae

Descripteur

Latham, 1790

Biométrie
  • Taille
    : 60 cm
  • Envergure
    : 100 cm.
  • Poids
    : 604 g
Distribution

Distribution

Description identification

Pesant en moyenne plus de 600 grammes et possédant une envergure de près d'un mètre en vol, c'est le plus grand oiseau parasite du monde. Chez les adultes, les plumes des parties supérieures sont grises avec des liserés noirs. La tête est grise, la queue est également grise mais avec une bande subterminale noire et une extrémité blanche. Les parties inférieures sont gris clair et les flancs sont barrés. Le bec très développé est souvent décrit comme gris alors qu'en réalité, il est bicolore, avec une large base gris foncé et une pointe claire. La peau nue orbitale est rougeâtre contrastant faiblement avec les iris qui sont rouges. Les pattes sont grises. On peut considérer qu'il y a un léger dimorphisme sexuel dans la taille et dans le plumage, la femelle ayant un bec moins proéminent et plus pâle et possédant un dessous plus barré.
Les juvéniles ont une tête et un cou plus chamoisés. De larges taches chamois sont visibles sur les ailes. Le bec est moins massif et d'une couleur rose sale. La peau nue autour des yeux n'est pas rouge.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Scythrops novaehollandiae novaehollandiae (n and e Australia)
  • Scythrops novaehollandiae fordi (Sulawesi, Banggai and Tukangbesi Is.)
  • Scythrops novaehollandiae schoddei (Bismarck Arch.)

Noms étrangers

  • Channel-billed Cuckoo,
  • Cuco Tucán,
  • Fratzenkuckuck,
  • sólyomkakukk,
  • Reuzenkoekoek,
  • Cuculo scanalato,
  • Jättegök,
  • Fikengjøk,
  • kukučka obrovská,
  • kukačka obrovská,
  • Kæmpegøg,
  • jättikäki,
  • cucut tucà,
  • żłobianka,
  • Исполинская кукушка,
  • Karakalo australia,
  • オオオニカッコウ,
  • 沟嘴鹃,
  • 溝嘴鵑,

Voix chant et cris

Les coucous présageurs ont une voix puissante et rauque composée de "gaak" enroués qui sont émis à de multiples reprises. On peut également souvent entendre des séries de notes nasales ainsi que des sons bouillonnants de trompette.

Habitat

Les coucous présageurs fréquentent les forêts de grands arbres, là où ils sont certains de trouver des espèces hôtes et de pouvoir exercer leur parasitisme. On les trouve également dans les zones boisées ouvertes à condition qu'elles soient pourvues d'arbres de grande taille et plus particulièrement des figuiers qui sont nécessaires à leur alimentation. Parfois ils fréquentent les mangroves qui sont dans les régions intérieures proches des côtes. Ils vivent aussi dans les îles qui ne sont pas très éloignées du littoral. De manière générale, on peut dire que les coucous présageurs sont des oiseaux des plaines subhumides et semi-arides.

Comportement traits de caractère

Les coucous présageurs sont monogames mais les liens conjugaux ne durent généralement que l'espace d'une saison de nidification. L'établissement des relations entre les 2 partenaires et son renforcement passe obligatoirement par l'offrande ritualisée de nourriture qui est accompagnée de cris. Après la copulation, le couple met en place une stratégie commune qui permettra à la femelle de s'introduire dans un nid et d'y déposer ses œufs. Pour cela, le mâle vole de façon provocante au-dessus du nid qu'ils ont choisi en commun et il essaie de provoquer une réaction de défense de la part de sa propriétaire. Dès que celle-ci quitte son nid pour défendre son territoire et poursuivre l'intrus, la femelle se glisse subrepticement dans la coupe provisoirement abandonnée et y dépose sa ponte. Autre variante, le mâle agresse la femelle hôte qui est en train de couver, l'obligeant à décamper et à laisser l'espace libre. L'intruse doit faire vite et doit avoir terminé avant le retour de la titulaire. En déposant ses œufs, de façon parfois précipitée, elle endommage ou elle casse souvent les œufs déjà existants, les rendant impropres à la fécondation.

Les coucous présageurs sont des oiseaux timides et discrets. Ils sont assez difficiles à observer et on les repère surtout grâce à leurs cris. En Australie, ils sont connus pour leur migration saisonnière. Dans le Territoire du Nord, celle-ci commence dès la saison des pluies, si bien que cette espèce est connue par toute une série de noms évocateurs comme "oiseau des tempêtes" (stormbird), "oiseau du déluge" (floodbird) ou plus simplement "oiseau des pluies" (rainbird). Les coucous présageurs quittent l'Australie aux mois de mars et avril et se rendent en Nouvelle-Guinée en empruntant le détroit de Torres. La migration du retour s'effectue surtout en octobre mais les premiers oiseaux nicheurs sont visibles dans le Territoire du Nord dès le mois de septembre. Certaines populations vivent en Nouvelle-Guinée pendant tous les mois de l'année mais il s'agit apparemment de non-nicheurs. Les populations de l'ouest de l'aire (Flores et Sulawesi) sont sédentaires.
Le vol : La silhouette en vol est très caractéristique, en nette forme de croix. Le battement des ailes est régulier et de faible amplitude.

Alimentation mode et régime

Les coucous présageurs ont un menu frugivore. Ils consomment principalement des figues, des graines d'eucalyptus, des baies des plantes de la famille des loranthacées et des mûres qu'ils recueillent sur les ronces. Cependant, ils ne dédaignent pas les insectes, en particulier les phasmes, les coléoptères et les locustes. Les jeunes oisillons qui sont élevés par les cracticidés du genre Strepera sont nourris avec des fruits. Ceux qui sont élevés par des corbeaux du genre Corvus reçoivent en général des morceaux de charogne.

Reproduction nidification

La saison de nidification est variable selon les régions : février-juin dans le nord de Sulawesi, octobre-novembre dans le sud-est de l'Australie, novembre-janvier sur le plateau de Kimberley et octobre-janvier dans le Queensland. L'accouplement est précédé par des offrandes rituelles de nourriture, le mâle présentant généralement de gros insectes à sa partenaire. Le coucou présageur appartient à la catégorie des nicheurs parasites. Pour déposer ses œufs, cet oiseau prend soin de bien choisir ses hôtes qui sont habituellement de grands passereaux dont la taille est égale à celle d'un coucou (c'est à dire qu'ils ont une longueur comprise entre 39 et 61 cm). A Flores, le coucou présageur dépose sa ponte dans un nid de corbeau à gros bec (Corvus macrorhynchos) ou dans celui d'une corneille de Flores (Corvus florensis). A Sulawesi, il choisit le nid d'une corneille à bec fin (Corvus enca). En Australie, en plus des traditionnels corvidés tels que le Corbeau de Torres (Corvus orru), il ajoute un certain nombre d'autres espèces à sa collection d'hôtes : de nombreux oiseaux de la famille des cracticidés tels que le Grand Réveilleur (Strepera graculina) et le Cassican flûteur (Gymnorhina tibicen) ainsi que la Gralline pie qui appartient à la famille des monarchidés.

Les œufs ont une couleur blanc terne avec des taches brunes ou rougeâtres. Ils mesurent environ 40 millimètres sur 30 et ils sont assez semblables à ceux du Grand Réveilleur. La ponte comprend habituellement 1 à 5 œufs, le total dépend principalement du nombre d'œufs déjà déposés par l'oiseau propriétaire du nid. La durée de l'incubation est inconnue. Contrairement à de nombreuses espèces de coucou, les jeunes présageurs n'expulsent pas du nid les oisillons des hôtes, mais ils grandissent plus rapidement qu'eux, sont plus demandeurs en nourriture, ce qui provoque souvent la mort de ces derniers par insuffisance d'aliments. Un ou deux coucous quittent le nid au bout de 17 à 24 jours. Exceptionnellement, de jeunes corbeaux peuvent être également présents à l'envol.

A leur naissance, les jeunes présageurs sont totalement nus et dépendants. Ils ont une peau bronzée et une bouche rouge rosâtre. Ils réclament leur pitance avec des cris plus puissants et plus rauques que les petits des hôtes. Au bout de 3 à 4 semaines, ils sont totalement emplumés et ils escaladent les branches voisines. Après leur départ du nid, ils restent dépendants de leurs parents d'adoption pendant encore quelques semaines.

Distribution

Les coucous présageurs sont originaires de l'Australasie. Leur aire de distribution s'étend de l'extrême-est de l'Indonésie (Flores, Sulawesi Irian Jaya) jusqu'au sud du Queensland et aux Nouvelles-Galles du Sud en passant par la Papouasie-Nouvelle-Guinée. La plupart des ouvrages considèrent que c'est une espèce monotypique, peu d'entre deux la divisent en trois sous-espèces : S.n. novaehollandiae (Australie, Nouvelle-guinée, Moluques) - S.n. fordi (Sulawesi) - S.n. schoddei. (Archipel Bismark).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le coucou présageur n'est pas menacé par les activités humaines. Il est donc classé par l'IUCN comme de préoccupation mineure. En fait, on peut dire que, dans bien des circonstances, il a bénéficié des transformations qui ont été apportées par l'homme. Tout comme le koel australien (Eudynamys cyanocephalus), ses effectifs ont augmenté dans certaines régions en raison de l'accroissement de certaines espèces hôtes. Ces dernières ont profité du développement des jardins à la périphérie des villes. Le coucou présageur est réparti de façon très inégale. Il est très répandu en Nouvelle-Bretagne en hiver. Il est bruyant et bien visible dans la vallée de Dumoga, dans le nord de Sulawesi entre février et juin. Par contre, il est n'est pas très commun en Australie et même plutôt rare dans le Territoire du Nord.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Coucou présageurFiche créée le 02/01/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net