Dasyorne roux

Dasyornis broadbenti - Rufous Bristlebird

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Dasyornithidés

  • Genre
    :

    Dasyornis

  • Espèce
    :

    broadbenti

Descripteur

McCoy, 1867

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 77 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les Dasyornes roux sont les plus grands des dasyornidés. Ils ont une longue queue étagée avec une extrémité arrondie, des courtes ailes arrondies et un bec de taille moyenne dont le culmen est légèrement recourbé. Les plumes du capuchon sont parfois dressées et forment une courte crête. Le tout procure une silhouette très caractéristique.
Chez les oiseaux de la race nominale, la calotte et les oreillons sont roux, avec de vagues écailles sur le capuchon, la nuque et l'arrière du cou. Il y a des écailles pâles sur les côtés du cou. Les lores et les anneaux orbitaux sont blanchâtres. Les parties supérieures sont gris-olive avec une vague nuance brun rougeâtre. Le manteau et le dos sont recouverts d'écailles gris-brun à peine visibles. Le croupion et les sus-caudales sont rougeâtres. Les bordures des rémiges et les grandes couvertures forment une tache rousse sur l'aile. Le dessus de la queue brun foncé contraste avec les rectrices qui ont d'étroits liserés bruns.
Le menton, les joues et la gorge ont une teinte blanchâtre et des mouchetures sombres. La poitrine brun sombre est abondamment tacheté de gris. Le centre du ventre est encadré par des flancs brun-olive. La zone anale et les sous-caudales sont brun-rouge. Le dessous des ailes est gris brunâtre.
En ce qui concerne les parties nues, les iris sont rouges, le bec noir, les pattes grises ou rosâtres.
Les sexes sont identiques. Les juvéniles sont plus sombres que les adultes et n'ont pas de rouge sur la tête. La race caryochrous est plus sombre que la race nominale.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Dasyornis broadbenti broadbenti (se South Australia and sw Victoria. se Australia.)
  • Dasyornis broadbenti litoralis (sw Australia)
  • Dasyornis broadbenti caryochrous (Otway Pen.. se Australia.)

Noms étrangers

  • Rufous Bristlebird,
  • Picocerdas rufo,
  • Rotkopf-Lackvogel,
  • vörhenyes sörtésmadár,
  • Rosse Borstelvogel,
  • Beccoriccio rossiccio,
  • Rödbrun borstsmyg,
  • Sørbørstefugl,
  • štetinár hrdzavý,
  • střízlíkovec rezavohlavý,
  • Brunhovedet Børstesanger,
  • isosukasmaluri,
  • becfilós gros,
  • kolcopiórek rudy,
  • Рыжеголовая щетинкоклювка,
  • ズアカヒゲムシクイ,
  • 短翅刺莺,
  • 短翅刺鶯,

Voix chant et cris

Dasyorne roux
adulte

Les Dasyornes roux chantent toute la journée, toute l'année mais plus particulièrement pendant la saison de nidification. Le chant est un "cheep-cheep-chew-chew-ee-e", puissant, mélodieux, avec quelques intonations stridentes et rugueuses. Ces oiseaux effectuent des duos mélodieux, plus souvent que les Dasyornes bruns (Dasyornis brachypterus). Un de ces duos peut être retranscrit de la façon suivante : "bet-tip, bet-tip, bet-tip, seeee-church-er-wee". Les notes d'alarme sont des "twik" ou des "tweek" forts et saccadés. Un "zit" doux sert de cri de contact.

Habitat

Les Dasyornes roux sont principalement des oiseaux des bords de mer, bien qu'en certaines occasions, notamment dans la région des monts Otway, ils soient capables de pénétrer à 40 kilomètres à l'intérieur des terres en suivant le cours des vallées.
Ces passereaux, de taille et de corpulence moyenne, fréquentent principalement les zones de broussailles denses, les landes, les dunes et les falaises côtières, ils ont besoin pour se déplacer plus librement de ce type de végétation pourvue d'arbres rabougris et d'un sous-bois assez dégagé. Ce type d'habitat est composé d'un mélange de plantes comme les acacias, les leucopogons et les oléarias.
Les populations de la race caryochrous vivent dans les forêts d'eucalyptus dont les sous-bois sont bas et denses. Ces boisements sont composés principalement d'un mélange d'arbres à thé (leptospermum), de chênes-femelles (She-oak) et d'anarthries. Toutes ces plantes ont une floraison relativement importante en mai et juin. On les trouve également dans les petits ravins ombragés et tempérés pourvus de faux-hêtres de Cunningham et d'eucalyptus de très haute taille (E. regnans). Ils visitent également les lisières des forêts et les zones plus ouvertes tels que les parkings, les pistes, les jardins et les parcelles de ronces.
La race littoralis qui était réputé pour son habitat dans les collines sableuses est désormais considérée comme éteinte.

Comportement traits de caractère

Les Dasyornes roux recherchent habituellement leur nourriture en solitaire ou en couples dans la végétation dense. Cependant, on peut également les apercevoir à la lisière des fourrés et dans la végétation clairsemée, à condition qu'elle n'ait pas subi de trop importantes transformations. C'est le moins timide de tous les dasyornes, ce qui ne l'empêche pas encore d'être relativement discret.
Les Dasyornes roux se déplacent en marchant et en sautillant lentement à travers la végétation basse. Occasionnellement, ils effectuent des sprints brefs et rapides. Ils picorent à terre et ils inspectent le sol en donnant des petits coups de bec brusques. Ils balaient également le tapis de feuilles d'un ample mouvement d'un côté à l'autre. De temps en temps, ils glanent dans les feuillages.
Autrefois, ces oiseaux recherchaient leur nourriture dans les dunes sableuses et picoraient dans les champs d'algues. Cette action doit sans doute être attribuée à la race éteinte littoralis.

Alimentation mode et régime

Les Dasyornes roux consomment principalement des invertébrés, surtout des insectes. Ils complètent leur menu avec des graines, des fruits et des jeunes pousses vertes. Dans la liste des invertébrés, on trouve des cafards, des larves et des adultes de coléoptères (en particulier des curculionidés), des mouches, des cigales et des hyménoptères.
Les larves de papillons, les orthoptères (sauterelles et criquets), les araignées constituent une part non négligeable de la diète.
Dans la liste des végétaux, on trouve des graines de centaurées et de laiterons (sonchus), des graines de chénopodes, des plantes éricacées comme les exocapros qui donnent des petits fruits rouges. Ils consomment aussi les restes des repas qui sont laissés par les humains dans les parkings.

Reproduction nidification

Les Dasyornes roux sont monogames, ils établissent avec leur partenaire des liens conjugaux qui durent toute leur vie. Ces oiseaux se reproduisent du mois d'août au mois de janvier et ils n'ont qu'un seule couvée pendant la saison. Ils nichent en couples isolés et apparemment ils occupent le même site pendant plusieurs années consécutives. Ces passereaux entretiennent le même territoire pendant toute l'année.
La femelle se charge seule des travaux du nid, la construction de la structure demande 2 ou 3 jours. Le nid est de grande taille, plus grand que celui de ses autres congénères (il y a 2 autres sortes de dasyornes). Il est volumineux, recouvert d'un dôme et il ressemble à une balle de rugby que l'on aurait posé sur le côté. L'entrée latérale est positionnée légèrement vers le haut.
Parfois, il ressemble à une grande plate-forme avec des feuilles de laîche à l'entrée. Il est bâti avec peu de soin, avec de grossières tiges de roseaux, des bâtonnets de bois, des lanières d'écorce, des feuilles sèches et des fibres de racine. Les parois sont garnies avec de fines herbes, de la fourrure, des radicelles et des morceaux de laine. Parfois, des matériaux humains comme des bouts de papier sont placés à l'extérieur du nid, au centre d'une touffe.
Le nid est souvent placé dans un buisson ou une broussaille basse, dans le couvert dense à une faible hauteur au-dessus du sol.

Distribution

Les Dasyornes roux sont endémiques du littoral sud du continent australien, entre Adélaïde et Melbourne (Australie Méridionale et Victoria). La superficie de son aire de distribution est assez réduite, 26 000 kilomètres carrés. On observe cependant 2 sous-espèces, 1 race (D. b. littoralis) ayant disparu.
D. b. broadbenti (McCoy, 1867) - côtes sud-est de l'Australie Méridionale (des environs d'Adélaïde et du Parc National du Coorong), également l'ouest de Victoria (jusqu'à la baie de Portland).
D. b. caryochrous - sud de Victoria, à partir de Peterborough et le long de la côte jusqu'à la péninsule d'Otway.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Selon Birdlife, cet oiseau qui possède un aire de distribution très réduite doit être considéré comme en déclin. D'après la même source, les effectifs globaux peuvent être évalués entre 2 700 et 19 000 individus matures (estimation minimaliste). La race caryochrous comprend 4 000 à 10 000 oiseaux et est classée comme vulnérable en Australie. Le récent agrandissement du parc d'Otway devrait sécuriser l'habitat de cette sous-espèce. La race littoralis a probablement disparu et on ne possède aucun rapport d'aperçu depuis de nombreuses années.
Le bastion de la race nominale se situe dans le Parc National du Coorong. Selon le Handbook, cette population est stable et ses effectifs selon un recensement de 2001 sont estimés à 17 800 oiseaux.
L'éclaircissement des habitats pour le développement de l'agriculture et des zones urbaines sont les causes principales des difficultés que rencontre (provisoirement?) cette espèce. D'autres raisons peuvent être avancées : le surpâturage par les les lagomorphes, l'existence de prédateurs non naturels comme les renards roux et les chats revenus à l'état féral.
Toutefois, on peut estimer, du moins en ce qui concerne la race nominale, que les chances de survie de cet oiseau sont bonnes. Il est donc classé comme de préoccupation moindre. (LC)

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Dasyorne rouxFiche créée le 29/03/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net