Drongo de Mayotte

Dicrurus waldenii - Mayotte Drongo

Drongo de Mayotte
adulte
Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Dicruridés

  • Genre
    :

    Dicrurus

  • Espèce
    :

    waldenii

Descripteur

Schlegel, 1865

Biométrie
  • Taille
    : 38 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Le Drongo de Mayotte est le plus grand drongo des Comores, il est endémique de Mayotte. Son corps est entièrement noir-charbon aux reflets bleu-vert profond. Seul son iris rouge-brique ressort. La queue très longue (175 à 206 mm) et fourchue (58 à 90 mm) le caractérise. L'extrémité distale des rectrices est fortement courbée vers l'extérieur. Le bec fort de couleur noire, comme les pattes, est en arc et muni de vibrisses bien visibles. Les deux sexes sont identiques bien que la femelle soit légèrement plus petite. Les juvéniles sont plutôt ternes, de couleur brun-noir. La queue est plus courte et moins fourchue. Les parties inférieures sont plus pâles.
On le nomme Marimudu en Shimaorais, en Lairuvi et en Shibushi, dialectes encore utilisés sur l'île de Mayotte.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Mayotte Drongo,
  • Drongo de la Mayotte,
  • Mayottedrongo,
  • Mayotte-i drongó,
  • Mayotte-drongo,
  • Drongo di Mayotte,
  • Mayottedrongo,
  • Mayottedrongo,
  • drongo lužný,
  • drongo mayottský,
  • Mayottedrongo,
  • mayottendrongo,
  • drongo de l'illa Mayotte,
  • dziwogon komorski,
  • Майоттский дронго,
  • マヨットオウチュウ,
  • 马约特卷尾,
  • 馬約特島卷尾,

Voix chant et cris

Le Drongo de Mayotte possède un répertoire varié. Lorsqu'il chasse les insectes il émet des légers "plitt plitt". En période de reproduction, les couples effectuent des duos remarquables avec des sons devenant gutturaux "squaa-aa-Kuchuk" et des cris stridents, "tyok" très aigus. Le mâle appelle par un "chu-chi", la femelle répond par "chu", le mâle termine par "chit". Le Drongo de Mayotte imite facilement d'autres espèces d'oiseaux.

Habitat

Le Drongo de Mayotte vit principalement dans les forêts naturelles de l'île ainsi que dans les forêts secondaires humides de plus de 200 mètres d'altitude et allant jusqu'à 350 mètres. On le trouve aussi, en nombre plus faible, dans les zones forestières mésophiles au nord et à l'ouest de l'île et dans les plantations d'Ylang Ylang, les vergers et les clairières. Il peut également être vu dans les zones dégradées par l'homme pour l'agriculture, sur d'anciennes parcelles cultivées puis désertées. Dans les mangroves, le Drongo de Mayotte occupe l'arrière de cette zone. En revanche, il est absent des forêts du Sud qui sont bien plus sèches.

Comportement traits de caractère

Le Drongo de Mayotte vit en couple, c'est un oiseau très territorial. La superficie moyenne de son territoire est de 2 à 3 hectares dans une forêt mixte humide et naturelle et de 9 à 10 hectares dans les zones semi-boisées avoisinant les champs agricoles. En période de reproduction, il chasse tout autre drongo présent sur son territoire mais aussi toute autre présence : roussettes de Mayotte, makis, Martins tristes et même toute présence humaine. Afin de marquer leur territoire, le mâle et la femelle se lancent dans de longues sérénades dansantes répétées tout au long de la nidification. Ils se balancent de haut en bas en ondulant leur corps et en écartant leur longue queue fourchue qui laisse apparaître les 8 rectrices. Les différents chants de cette danse résonnent au plus profond de la forêt. Ces comportements renforcent également les liens du couple qui restera fidèle toute la vie.
Le Drongo de Mayotte est prioritairement un chasseur d'insectes qu'il repère depuis une branche d'affût et qu'il capture en vol au milieu de la végétation sur une hauteur de 2 à 12 mètres. Il utilise pour cela diverses techniques de vol comme celles des Muscicapidae : il glisse vers le bas, plane, puis slalome entre la végétation. Le reste du temps, il cherche sa nourriture sur les troncs, les branches, sous les feuilles et sur le sol. Il frappe sa proie fortement sur une branche pour lui ôter les élytres.
Le vol : Le Drongo de Mayotte a un vol acrobatique lors de recherches de nourritures, dans le cas contraire il effectue des vols sans cohérence en se faufilant au milieu des grands arbres.

Alimentation mode et régime

Le Drongo de Mayotte se nourrit essentiellement de gros insectes : araignées, guêpes, papillons, chenilles, criquets, sauterelles, mouches, moustiques et coléoptères. Les cigales représentent près de la moitié des proies et sont largement privilégiées lors de la nidification.

Reproduction nidification

La nidification coïncide avec la saison des pluies. Le Drongo de Mayotte niche en solitaire. Le nid est construit sur une branche morte horizontale ou au bout d'une fourche mais toujours au milieu de grands arbres. La hauteur varie entre 5 et 18 mètres pour une moyenne de 12 mètres. Le nid, construit par les deux adultes parfois en moins d'une semaine, est composé de brindilles plus ou moins grosses et de vieilles lianes entrelacées. La femelle pond 1 à 3 œufs crème rosé, tachetés de roux principalement au sommet de son extrémité. La ponte a lieu à partir d'octobre et s'étend jusqu'en décembre. En cas d'échec sur la première nichée, le couple construit un nid sur un autre emplacement pour une nichée de remplacement. L'incubation dure 19 à 21 jours par les deux parents. Les jeunes restent dans le nid entre 17 et 22 jours. Les parents continuent de nourrir les petits plusieurs semaines après qu'ils aient quitté le nid et restent avec eux jusqu'au début de la prochaine nidification. L'envol s'effectue en novembre-décembre pour la première nichée, en février pour les nichées de remplacement.

Distribution

Le Drongo de Mayotte est endémique de cette île. Il semble plus proche des espèces asiatiques que de l'espèce vivant à Madagascar ou encore de l'espèce d'Anjouan, île voisine. On le rencontre sur Grande Terre, il reste absent de Petite Terre ainsi que sur tous les îlots.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le peu d'informations du passé plaçait le Drongo de Mayotte dans un état de conservation critique. La déforestation par brûlis destinée aux activités agro-pastorales constituent l'essentiel des menaces. Mayotte a perdu 25% de ses forêts entre 1949 et 2002. Le Drongo de Mayotte s'est relativement bien adapté à ces changements d'habitats.
L'immigration clandestine se réfugiant dans les champs et forêts, et la démographie qui explose ces dernières années, pèsent encore un peu plus sur cet oiseau patrimonial de Mayotte.
La prédation des nids et l'abandon des couvées, déjà bien présents, sont amplifiés par l'introduction de nouveaux prédateurs sur l'île.
Cette espèce doit continuer à être surveillée et à être utilisée comme espèce phare dans les programmes environnementaux destinés à sensibiliser la population à la nécessité de préserver les forêts. Des études plus détaillées sur l'espèce seraient souhaitables mais aucun plan d'étude n'est prévu pour le moment.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 05/07/2015 par Nathalie Santa Maria © 1996-2017 Oiseaux.net