Élanion lettré

Elanus scriptus - Letter-winged Kite

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Elanus

  • Espèce
    :

    scriptus

Descripteur

Gould, 1842

Biométrie
  • Taille
    : 37 cm
  • Envergure
    : 84 à 89 cm.
  • Poids
    : 291 à 427 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce petit rapace a une grosse tête arrondie, des longues ailes plutôt pointues et une queue dentelée avec un bout carré. Il ressemble assez nettement à l'élanion d'Australie, surtout lorsqu'il est perché, ayant le même pattern et la même apparence de mouette. Chez les adultes, les parties supérieures sont majoritairement gris pâle, contrastant avec le noir des couvertures alaires et avec la petite tache noire qui est à l'avant des iris. La queue est légèrement plus gris clair. La couleur grise semble avoir une nuance légèrement plus brune que chez l'élanion d'Australie. Elle monte moins haut sur la nuque, laissant le devant du capuchon et le front blancs. La face, entièrement blanche, ressemble plus à celle d'une chouette, sans doute parce que les taches noires en avant et autour des yeux sont plus développées. Vu du dessous, une large bande noire part des axillaires, traverse les moyennes et les grandes couvertures, rejoint les carpes et les couvertures primaires, formant un "M" ou un "W" aplati. Le reste des parties inférieures est entièrement blanc. Les iris sont rouge-rubis, la cire est couleur corne, les pattes sont crème, moins jaunâtre que chez l'élanion d'Australie.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Letter-winged Kite,
  • Elanio Escrito,
  • Peneireiro-de-asas-cinzentas,
  • Schwarzachselaar,
  • éjjeli kuhi,
  • Letterwouw,
  • Nibbio scritto,
  • Nattglada,
  • Skriftglente,
  • luniak popolavý,
  • luněc černoramenný,
  • Sortbåndet Glente,
  • yöliitohaukka,
  • elani marcat,
  • kaniuk stepowy,
  • Буквокрылый дымчатый коршун,
  • クロオビトビ,
  • 纹翅鸢,
  • 紋翅鳶,

Voix chant et cris

Les élanions lettrés semblent être bruyants en toutes saisons, sans doute en raison de leur comportement grégaire et de la saison de reproduction assez étendue. Pour communiquer, ils émettent une grande variété de sifflements et de sons grinçants qui ressemblent par bien des aspects à ceux des élanions d'Australie. En cas d'alarme, ils délivrent des sifflement clairs. Les deux sexes produisent souvent des "kak-kak-kak" puissants et bavards. Le mâle qui apporte de la nourriture signale son arrivée par des "chirp- chirp-chirp" aigus. La femelle au nid émet des "kar-kar-kar" plus rudes. Ses cris de sollicitation sont des "wee-er, wee-er".

Habitat

Les élanions lettrés fréquentent les allées d'arbres le long des cours d'eau. On les trouve également dans les prairies sèches avec des arbres pourvus de cavités ainsi que dans de nombreuses sortes de contrées semi-arides ouvertes de l'intérieur des terres. Lorsque les ressources viennent à manquer dans les lieux où ils résident habituellement, ils peuvent envahir toutes les régions, atteignant les côtes et les petites îles proches du littoral. Ils peuvent même s'y reproduire, mais ils n'y restent en général pas très longtemps, retournant toujours dans leur aire d'origine. Les élanions lettrés occcupent des habitats situés entre le niveau de la mer et 1000 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Bien qu'ils soient parfois solitaires pendant les phases d'invasion à la limite extérieure de leurs zones, ces oiseaux adoptent généralement un comportement très grégaire. Ils nichent en colonies qui peuvent regrouper 20 couples et parfois même jusqu'à 50. Ils établissent des dortoirs communs qui rassemblent plusieurs dizaines d'individus, même si ces derniers sont un peu moins importants en dehors de la période de reproduction. Près des colonies, les élanions lettrés volent à la manière de papillons, ils planent parfois mais les vols circulaires en altitude ne font apparemment pas partie de leurs rituels ou de leurs parades.

Les élanions lettrés pratiquent le nomadisme en réponse au manque de précipitations et au manque de proies. En cas de disette grave, ils envahissent les régions qui ne correspondent pas forcément à leurs critères d'habitat habituel. En Australie, les dernières grandes irruptions ont eu lieu en 1976-77 et en 1993-95. Une invasion moins importante s'est déroulée en 1980-81.

Alimentation mode et régime

Les élanions lettrés se nourrissent presque exclusivement de petits mammifères, en particulier des rongeurs. Ils consomment également des petits reptiles et des gros insectes si leur nourriture habituelle n'est pas suffisante. Un cas de prédation sur un méliphage a aussi été rapporté. Toutefois, le rat à long poil (Rattus villosissimus) constitue assez largement la proie la plus courante, suivi de près par le rat des plaines (Pseudomys australis). Certaines espèces de souris sont également connues pour représenter une part non négligable de la diète : les souris domestiques (Mus domesticus), les souris des sables (Pseudomys hermannsburgensis) ou les souris de Spinnifex (Notomys alexis).

Les élanions lettrés chassent en pratiquant le vol stationnaire ou en se tenant à l'affût sur un perchoir. Leurs méthodes de chasse sont assez semblables à celles de l'élanion d'Australie. Ils quadrillent également leur territoire en volant très bas, effectuant des battements d'ailes lents et profonds. Ces rapaces sont nocturnes et crépusculaires. Ils commencent à rechercher leurs proies à la tombée de la nuit et cette activité se poursuit assez tard dans la nuit lorsque celle-ci est éclairée par la lune. Toutefois, pendant les périodes d'invasion, sur des territoires où ils n'ont pas leurs repères coutumiers, il peut arriver souvent qu'ils chassent de jour.

Reproduction nidification

Les élanions lettrés nichent en colonies, rarement en solitaire. Les colonies contiennent en général 20 couples et il y a rarement plus d'un seul nid par arbre. La saison de nidification se déroule généralement du mois d'août au mois de janvier. Cependant, lorsque les ressources alimentaires sont abondantes principalement en raison des bonnes précipitations, ces oiseaux peuvent nicher en continuité pendant tous les mois de l'année. Le nid est une plate-forme peu profonde, construite avec des fines brindilles. Il mesure de 28 à 38 centimètres de largeur et de 20 à 30 cm d'épaisseur lorsqu'il est nouveau, mais il peut prendre des dimensions bien supérieures, atteignant 74 cm de largeur et 58 cm de profondeur s'il est utilisé et réaménagé pendant plusieurs années consécutives. Le fond du nid est garni avec des feuilles vertes, de la fourrure animale et parfois avec des excréments de bétail. Les vieux nids, situés entre 2 et 11 mètres au-dessus du sol sont souvent remplis de bouses et de débris. La ponte comprend 4 ou 5 œufs dont la dimension moyenne est de 44 millimètres sur 32. Ils sont de couleur blanc terne avec des taches brun-rouge qui sont habituellement plus importantes sur la partie la plus large de la coquille. La femelle couve seule pendant environ 30 jours. Les jeunes sont nidicoles et ne quittent le nid qu'au bout de 32 jours.

Distribution

Les élanions lettrés sont endémiques de l'Australie. Leurs principales zones de nidification se situe bien à l'intérieur du Territoire du Nord, au Queensland, en Australie Méridionale et dans les Nouvelles-Galles-du-Sud, à partir du plateau de Barkly et des rivières Georgina et Diamantina jusqu'au lac Eyre et à la rivière Darling. Cependant, pendant les périodes de disette, on peut les trouver à peu près partout sur le continent, excepté dans les déserts de l'ouest et très au nord-est dans la péninsule du cap York et le long du golfe de Carpentaria.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les élanions lettrés ont une aire de nidification qui dépasse un million de kilomètres carrés. On n'a pas réussi à quantifier précisément les effectifs globaux, mais la plupart des spécialistes s'accordent pour reconnaître que la population est clairsemée et assez rare. En tous cas, ces oiseaux sont nettement moins répandus que les élanions d'Australie (Elanus axillaris). D'après Christie et Ferguson-Lees, les effectifs avoisinent les 5000 oiseaux, peut-être un peu plus. L'IUCN classe cette espèce comme "presque menacée" (NT -Near Threatened).

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 17/02/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net