Engoulevent du Roraima

Setopagis whitelyi - Roraiman Nightjar

Systématique
  • Ordre
    :

    Caprimulgiformes

  • Famille
    :

    Caprimulgidés

  • Genre
    :

    Setopagis

  • Espèce
    :

    whitelyi

Descripteur

Salvin, 1885

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 30 à 48 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cet engoulevent dont la morphologie est adaptée à la vie montagneuse des tépuis a une petite taille et un plumage relativement sombre. Les deux partenaires sont sexuellement dimorphiques.
Chez les adultes au repos, les parties supérieures sont noirâtres avec des taches cannelles, chamois, blanc grisâtre ou fauves. il n'y a pas de collier sur l'arrière du cou. Les couvertures alaires ont un fond noirâtre avec des mouchetures cannelle, fauve et chamois. Il n'y a pas de motifs décoratifs particuliers sur les épaules. On peut apercevoir une épaisse tache blanche sur chaque côté du bas de la gorge. Les parties inférieures sont brun foncé avec des barres chamois ou blanchâtres qui se transforment en barres chamois barré de noir sur l'abdomen.
En vol, le mâle affiche une fine barre blanche sur les extrémités des 2 ou 3 primaires les plus externes. D'épaisses taches blanches sont visibles sur l'extrémité des 2 ou 3 rectrices les plus extérieures. La femelle a des rayures fauve sur la bordure extérieure des primaires et des petites taches blanches sur la queue.
L'engoulevent noirâtre (C. nigrescens) a de légères ressemblances, avec une tache gutturale plus discrète et une tache alaire moins développée sur les tertiaires. La femelle n'a pas de tache fauve sur les ailes et pas d'ornements clairs sur les ailes.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Roraiman Nightjar,
  • Chotacabras del Roraima,
  • Bacurau-dos-tepuis,
  • Roraimanachtschwalbe,
  • roraima lappantyú,
  • Roraima-nachtzwaluw,
  • Succiacapre del Roraima,
  • Roraimanattskärra,
  • Tepuinattravn,
  • lelek venezuelský,
  • lelek Whitelyův,
  • Venezuelanatravn,
  • roraimankehrääjä,
  • enganyapastors de Roraima,
  • lelkowiec wenezuelski,
  • Венесуэльский козодой,
  • ロライマヨタカ,
  • 委内瑞拉夜鹰,
  • 委內瑞拉夜鷹,

Voix chant et cris

D'après Nigel Cleese, le répertoire est inconnu. D'après le Handbook des oiseaux du Monde, des sons brefs et récents ont été enregistrés par ces oiseaux dans le Guyana au mois de juillet, aux abords de l'aube. Ce sont des "hreeer" qui montent et qui descendent en intensité puis qui sont séparés par des intervalles réguliers de 2 à 3 secondes. A l'unisson autour des nids, les parents et les jeunes émettent des "cheep" courts ainsi que des gazouillements lorsqu'ils préparent des mouvements de fuite.

Habitat

Les engoulevents du Roraima sont confinés sur les versants humides des forêts montagneuses et sur les sommets des tépuis qui ont une surface plate en forme de table. On les aperçoit en général dans les milieux ouverts, y compris dans les clairières d'abattage et dans les trouées qui possèdent des arbres plus ou moins dispersés. Ces oiseaux fréquentent également les zones de buissons qui forment des îlots et les lisières des savanes dans lesquelles on trouve des arbres bien spécifiques tels que les curatelles. Au Venezuela, ces engoulevents vivent à des altitudes qui varient de 1 080 à 1 800 mètres, avec des signalements récents entre 850 et 900 mètres. En Guyane, ils sont signalés exclusivement aux hauteurs de 850 mètres.
Les engoulevents du Roraima portent bien leur nom qui identifie une région du sud-est du Venezuela, (Jaua, Urutaní, Duida et Guiaiquinima), du Guyana et du nord du Brésil. Bien qu'ils ressemblent par bien des caractères aux engoulevents noirâtres (Nyctipolus nigrescens), ils continuent à être traités comme une espèce monotypique.

Comportement traits de caractère

Comme tous les membres de la famille des caprimulgidés, cet oiseau a une activité nocturne et crépusculaire. Les différents secteurs de ses mœurs diurnes (repos dans les branchages) sont donc forcément ignorés. Les habitudes nocturnes ou les actions qui se déroulent lorsque la luminosité est limitée (recherche de nourriture, déplacements, parades) sont peu connues.
Les engoulevents de Roraima (nom d'un état du nord du Brésil) sont réputés comme sédentaires.

Alimentation mode et régime

Les engoulevents du Roraima se nourrissent quasi exclusivement d'insectes. Le menu n'est pas connu dans le détail. D'après le Handbook des oiseaux du Monde, les méthodes de chasse ne sont pas décrites.

Reproduction nidification

Chez cette espèce, la date des pontes est une découverte assez récente et la saison de reproduction est fixée depuis peu pendant une période qui s'étend du mois de mars au mois d'avril à l'intérieur aux alentours du Parc National El Pauji.
Les nids sont posés sur le sol, au milieu de petits cailloux, de brindilles et d'une litière de feuilles. Généralement, il n'est pas très éloigné, à moins d'un mètre d'un buisson à fleurs de la famille de bonnétiacées. La ponte contient un œuf unique, de couleur blanche avec des petits mouchetures brun clair sur toute la surface de la coquille. Pendant l'incubation qui est assurée par les 2 parents, le nid est légèrement déplacé à peu près de 10 centimètres.
Les œufs mesurent 21 mm sur 27 et ils sont incubés à tour de rôle par les 2 géniteurs pendant environ 14 jours. Les poussins sont nidicoles, ils ont un duvet blanc grisâtre avec quelques petits éléments chamois supplémentaires. Leurs déplacements ne dépassent pas 5 mètres de leur lieu de naissance tant qu'ils sont dépendants des parents pour la nourriture. La date d'envol n'est pas précise, mais les juvéniles continuent à être nourris par leurs ascendants. jusqu'à 35 jours après l'éclosion.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, l'engoulevent de Roraima n'est pas véritablement menacé. Toutefois, la surface limitée de son aire et la surface réduite convenable qui couvre son aire de distribution en font un espèce quelque peu vulnérable. Il n'est vraiment pas très commun dans les endroits où il est obligé de s'adapter à des contraintes où son mode de vie n'est pas toujours excellent, comme c'est le cas au Guyana.
Sa voix est une découverte très récente. Maintenant qu'il est repérable par les différentes notes de son répertoire, il sera plus facilement audible, lui qui était très difficilement identifiable à la vue à cause de son mode de vie extrêmement discret.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 26/09/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net