Épervier à cuisses rousses

Accipiter erythronemius - Rufous-thighed Hawk

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Accipiter

  • Espèce
    :

    erythronemius

Descripteur

Kaup, 1850

Biométrie
  • Taille
    : 32 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

L'epervier à cuisses rousses a un plumage assez semblable à celui de la forme normale de l'épervier à gorge rayée (Accipiter ventralis) avec lequel il a des forts liens de parenté. Ses parties supérieures sont uniformément noir ardoisé à brun-gris mais les barres du dessous sont moins nettes quand elles sont présentes. Les cuisses et la moitié des flancs sont couleur rouille, ce qui est un caractère discriminant essentiel. La queue présente une alternance de barres noires et grises d'égale largeur.
La femelle est tout à fait semblable à son partenaire mais elle est nettement plus grande que son compagnon. Les immatures ont des ailes et un dos bruns. Les parties inférieures sont blanches avec des stries brunâtres.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Rufous-thighed Hawk,
  • Gavilán Muslirrufo,
  • Gavião-miúdo,
  • Rotschenkelsperber,
  • vöröscombú karvaly,
  • Rooddijsperwer,
  • Sparviere zamperossicce,
  • Rostbent hök,
  • Rustlegghauk,
  • jastrab štíhly,
  • jestřáb rudorousý,
  • Rødlåret Spurvehøg,
  • esparver del Chaco,
  • krogulec brazylijski,
  • モモアカアシボソハイタカ,
  • 红腿鹰,
  • 褐腿鷹,

Voix chant et cris

En dehors de la saison de nidification, ces éperviers sont plutôt silencieux. Les différentes vocalisations sont assez semblables à celles de l'épervier à gorge rayée (A. ventralis) Les cris comprennent une série de notes glapissantes "kewkewkewkewkew..." ou un série plus fine de petits couinements "kee-kee-kee-kee-kee...". Parfois, on peut aussi entendre une suite de sifflements montants "whee...whee...whee...whee...".

Habitat

Les éperviers à cuisses rousses fréquentent principalement les forêts de plaine, encore que dans le sud de la Bolivie et dans la province de Jujuy en Argentine, il leur arrive d'occuper des habitats situés à des hauteurs plus élevées. Ces oiseaux s'installent indiféremment dans des parcelles arides ou dans des zones humides, que ce soit dans des forêts morcelées ou à l'intérieur de zones boisées qui ont une canopée continue. On peut également les trouver dans des plantations d'arbres exotiques ou dans des zones suburbaines, à proximité des immeubles et des habitations.

Comportement traits de caractère

Les éperviers à cuisses rousses se dissimulent généralement dans les feuillages. Cependant, il n'est pas rare qu'ils volent bien ostensiblement d'une parcelle de forêt à une autre. Ces oiseaux planent souvent en suivant une trajectoire circulaire. Leur vol est ponctué parfois de faibles battements d'ailes. Ils sont généralement solitaires.
Les éperviers à cuisses rousses sont majoritairement sédentaires mais il y a sans doute des mouvements locaux et partiels dans l'extrême sud de l'aire (en Argentine) pendant l'hiver austral.

Alimentation mode et régime

Les éperviers à cuisses rousses se nourrisssent presque exclusivement d'oiseaux de petite et de moyenne taille. Dans une étude relativement récente et datant de l'année 2008, Seipke et Cabanne ont déterminé qu'il n'y avait pas moins de 49 espèces capturées grâce à l'observation directe des proies ramenées au nid. Toutes sans exception étaient des oiseaux. Ces éperviers chassent à l'affût à partir d'un perchoir bien dissimulé dans la forêt secondaire ou dans les arbres fruitiers. Leur stratégie favorite consiste à poursuivre brièvement les oiseaux dans les airs en profitant autant que possible de l'effet de surprise. Les proies les plus convoitées sont les colibris, les synallaxes, les vachers à ailes baies. Au Brésil et en Argentine, les tourterelles, les tyrans, les troglodytes, les merles, les sicales bouton d'or, les vachers luisants et les tangaras sayaca font également partie des victimes. Quelques insectes viennent compléter le menu.

Reproduction nidification

Le nid est une petite plate-forme composée principalement de morceaux de bois, il est situé à une grande hauteur dans les arbres. On le trouve habituellement dans des monocultures d'araucarias ou dans des peuplements de conifères importés. En Argentine et au Brésil, la saison de nidification se déroule du mois de juin jusqu'au mois de mars.
La ponte comprend 2 ou 3 œufs de couleur blanche avec d'évidentes taches brunes et noires. Les femelles couvent seules et elles s'occupent également du nourrissage et du soin des petits. Le mâle chasse pour la nichée et ravitaille sa compagne quand elle est couve ou que les petits sont encore au nid. La durée de l'incubation et la longueur du séjour au nid sont inconnues pour l'instant. Les oisillons totalement emplumés et ayant acquis leur autonomie de vol restent à proximité de leur lieu de naissance pendant environ 5 à 6 semaines.

Distribution

Les éperviers à cuisses rousses sont originaires de l'Amérique du Sud. Leur aire de distribution couvre le sud du Brésil à partir du Mato Grosso et de l'état de Bahia, le sud-est de la Bolivie (provinces de Tarija et Santa Cruz), le Chaco du Paraguay, l'Uruguay et le nord de l'Argentine (provinces de la Rioja et Cordoba). L'espèce est monotypique, mais il y a peu de temps encore, c'était une sous-espèce de l'épervier brun (Accipiter striatus).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook et Global Raptor, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est relativement commune dans toutes les régions excepté les endroits où l'agriculture intensive amène les hommes à détruire la forêt pour libérer des zones cultivables. Dans l'ensemble , c'est une espèce très adaptable qui souffre moins que les autres rapaces d'Amérique du sud de la dégradation de son habitat. Selon Birdllife, l'épervier à cuisses rousses est classé comme de préoccupation mineure (LC).

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 24/04/2014 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net