Étourneau de Rothschild

Leucopsar rothschildi - Bali Myna

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Sturnidés

  • Genre
    :

    Leucopsar

  • Espèce
    :

    rothschildi

Descripteur

Stresemann, 1912

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 70 à 115 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez ceT étourneau, le plumage est entièrement blanc. Les plumes qui ornent le front et la mandibule supérieure jusqu'aux narines constituent des vibrisses. Les plumes du capuchon et de la nuque sont très allongées, particulièrement chez les mâles, et forment une longue crête érectile. La queue est également blanche, excepté la partie terminale qui porte une bande noire plus large sur les rectrices centrales que sur les rectrices externes. Les secondaires sont blanches mais les primaires portent une petite tache noire qui est aussi visible quand l'aile est fermée que quand elle est déployée en vol. La peau nue qui entoure l'orbite est cobalt brillant ou bleu-lavande. Le bec puissant a un culmen légèrement incurvé. Il est majoritairement gris ou brun avec une pointe corne ou jaunâtre. Les pattes sont bleu-plomb. Les iris sont gris, bruns ou blanchâtres.

Les immatures sont semblables aux adultes mais ils ont une crête plus brève. Chez les oisillons qui prennent leur envol, cette dernière est tout juste visible, formant une petite protubérance sur le dessus de la tête. Chez les jeunes, les parties supérieures sont nuancées de gris fumé et les ailes affichent une légère teinte cannelle.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Bali Myna,
  • Estornino de Bali,
  • Mainá-de-rothschild,
  • Balistar,
  • Bali-seregély,
  • Bali-spreeuw,
  • Maina di Bali,
  • Balistare,
  • Balistær,
  • škorec biely,
  • majna Rothschildova,
  • Balistær,
  • balinkottarainen,
  • minà de Bali,
  • szpak balijski,
  • Балийский скворец,
  • Curik bali,
  • カンムリシロムク,
  • 长冠八哥,
  • 峇里島長冠八哥,

Voix chant et cris

Le chant comprend une grande variété de notes puissantes et bavardes. Il inclut des gloussements, des braillements, des sifflements ainsi que des notes perçantes. Toutes ces expressions n'ont ni la tonalité musicale ni la répétitivité de celles des autres espèces du genre Acridotheres. Les chants sont émis par les 2 sexes et ils ne sont pas forcément intégrés à l'intérieur d'une parade. Pendant les parades de salutation, un bavardage plus tranquille peut être établi. Les mâles émettent souvent des "kwo kwo, kwo kwo" lorsque la femelle émerge de la cavité où elle niche. Lorsqu'ils sont obligés de s'envoler, les étourneaux de Rothschild lancent des "kreer" assez semblables à ceux des autres sturnidés. Le cri d'alarme est un "tchik tchik tchik" résonnant et trisyllabique.

Habitat

Dans le nord-ouest de Bali, les étourneaux de Rothschild fréquentent surtout les zones boisées ouvertes dont le sous-bois est recouvert d'herbe. On peut les trouver dans les savanes arborées qui possèdent des arbres isolés et des longues herbes. Ils sont également présents dans les parcelles dominées par les arbres à condition que la cime de ceux-ci ne forment pas une canopée continue. Les forêts d'arbres à feuilles permanentes ou à feuilles caduques sont généralement évitées.
Les étourneaux de Rothschild sont endémiques de Bali, en Indonésie. Leur aire de distribution couvre une fine bande de 60 kilomètres carrés le long de la côte nord-ouest de l'île, de la pointe nord en direction de l'est jusqu'à la ville de Bubunan.

Comportement traits de caractère

Les étourneaux de Rothschild sont généralement plus arboricoles que la plupart des autres étourneaux, ce qui ne les empêche pas de se nourrir, se désaltérer et se baigner à terre. D'avril à décembre, ces oiseaux peuvent être très grégaires, formant parfois des groupes qui peuvent atteindre 40 individus. Néanmoins durant cette période, les couples passent beaucoup de temps ensemble. A la nuit tombée, les étourneaux de Rothschild arrive en petits groupes de 2 à 6 oiseaux et établissent des dortoirs communs dans les grands arbres tels que les tamariniers ou les cocotiers ou même dans le sous-bois formé de broussailles. Les étourneaux à ailes noires (Acridotheres melanopterus) leur tiennent parfois compagnie mais les 2 espèces occupent souvent des emplacements différents dans le dortoir et les querelles de voisinage ne sont pas rares. Pendant la journée, ces oiseaux se perchent également en commun avec les étourneaux-pies et les étourneaux à ailes noires.

A la saison de nidification, ils deviennent extrêmement territoriaux et les dortoirs communs ont tendance à disparaître. A ce moment de l'année, les étourneaux de Rothschild manifestent un comportement très agressif. Les oiseaux qui se tiennent proches l'un de l'autre pratiquent le lissage mutuel de plumes. La peau nue orbitale bleue, la gorge, le dos, les côtés du cou et la huppe sont particulièrement visés. Les mâles non appariés pratiquent également le lissage de plumes.

Les couples effectuent des parades de salutation au cours desquelles ils raidissent leur corps et gonflent les plumes de leur ventre et de leurs flancs. La tête est rejetée en arrière si bien que le bec pointe vers le ciel. Le bec est ensuite progressivement ramené jusqu'à l'horizontale et la crête est alors hérissée. La parade de salutation n'implique la plupart du temps que les parties supérieures (tête et poitrine) mais dans les moments les plus intenses, tout le corps est agité de convulsions qui font vibrer la branche sur laquelle l'oiseau est posé. Ces rituels sont effectués 2 ou 10 fois consécutivement et dans cet exercice les mâles sont plus actifs. Toutes ces parades sont relativement silencieuses même si en certaines circonstances on peut entendre de légers grognements. Leur but essentiel est de renforcer les liens conjugaux. Les femelles réclament l'accouplement par un mouvement latéral de la queue comme chez toutes les espèces du genre Acridotheres, Gracula et Sturnus.

Alimentation mode et régime

Les étourneaux de Rothschild se nourrissent de graines, de fruits et de matières organiques, en particulier les insectes mais aussi les vers de terre et les petits reptiles. Les matières végétales sont composées de baies et de fruits de différentes tailles tels que les passiflores, les figues, les mûres et les papayes. Les matières animales comprennent les chenilles, les fourmis, les termites, les libellules et les sauterelles, ceux-ci étant ingurgités plutôt pendant la saison humide.

Reproduction nidification

La reproduction a lieu pendant la saison des pluies. Les étourneaux de Rothschild sont cavernicoles, nichent dans des cavités naturelles d'arbres. Les anciens nids de pics sont également utilisés. Le trou est généralement placé entre 4 et 10 mètres au-dessus du sol. Le fond est garni de fines brindilles. La ponte comprend habituellement 2 ou 3 œufs bleu pâle sans tache ou alors avec de légères marques brunes. Ils mesurent en moyenne 30 millimètres sur 22,5. Généralement, un seul oisillon parvient jusqu'à l'envol

En captivité, ces oiseaux sont capables de pondre plusieurs fois dans l'année. Les pontes de substitution sont nombreuses et il peut y avoir jusqu'à 4 oisillons dans la saison. Ces oiseaux s'adaptent parfaitement aux nichoirs artificiels qu'ils garnissent de matériaux végétaux. Dans le milieu naturel, les 2 parents unissent leurs efforts pour construire le nid : le mâle s'occupe principalement de la structure et la femelle effectue les finitions.

L'incubation dure 12 à 14 jours, elle est assurée surtout par la mère qui couve pendant toute la nuit et une grande partie de la journée. Le nourrissage des jeunes est assuré à part égale par les 2 parents. Les oisillons séjournent au nid pendant 22 à 24 jours. Après l'envol, ils continuent à être alimentés par les adultes, mais lorsqu'ils ont atteint l'âge de 4 à 5 semaines, ils commencent à se nourrir seuls. A 6 ou 7 semaines, les parents stoppent leur assistance. Il y a un déclin de fécondité avec l'âge et les femelles dont l'âge est supérieur à 11 ans, cessent de procréer.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La population est assez difficile à estimer. On n'a jamais établi d'historique de son évolution depuis sa découverte en 1911, mais les effectifs n'ont jamais été nombreux. A l'orée des années 70 et 80, le nombre des oiseaux était évalué environ à 200. En 1982 et 1987, les derniers comptages prévoyaient une population globale respectivement à 47 puis à 28 individus, surtout en raison de la capture illégale. En 1998, seuls 14 oiseaux subsistaient dans le milieu naturel alors que près de 700 oiseaux vivaient en captivité.

L'espèce est classée comme gravement menacée (CE) par Birdlife et l'IUCN.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 21/09/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net