Faisan noble

Lophura ignita - Crested Fireback

Systématique
  • Ordre
    :

    Galliformes

  • Famille
    :

    Phasianidés

  • Genre
    :

    Lophura

  • Espèce
    :

    ignita

Descripteur

Shaw, 1798

Biométrie
  • Taille
    : 56 à 70 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 1600 à 2265 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le faisan noble ressemble beaucoup au Faisan de Vieillot. Quoi de plus normal, puisqu'ils appartiennent tous deux au même genus et à la même espèce. Ils possèdent la même silhouette et une huppe absolument identique, courte et épaisse, en forme de brosse, composée de plumes rigides dont la base est denudée alors que la pointe présente des vexilles en forme de spatule. Les caroncules faciales bleu-cobalt clair sont légèrement différentes du point de vue de la forme : alors qu'elles sont nettement formées de deux lobes chez le Vieillot, celles du faisan noble donnent l'impression d'être composées de 4 lobes, la partie supérieure ressemblant à un trèfle évasé. La plus grande partie du plumage ( tête, poitrine, manteau, couvertures alaires et rectrices externes) présentent la même teinte noire avec des reflets violacés. Le bas du dos et le croupion affichent la même couleur bordeaux. Cependant un certain nombre de caractères évidents permet de différencier les deux espèces : chez le faisan noble, les rectrices centrales sont chamois-canelle ou châtain (blanches chez le Vieillot). Les côtés, les flancs et la partie antérieure du dessous affichent une belle teinte châtain-cuivre, alors que chez le Faisan de Vieillot, ces mêmes parties sont bleu foncé avec des stries blanches. Les jambes sont parfois teintées de brun et les pieds sont cramoisis (chez le Vieillot, jambes rouges, pieds blanchâtres).

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Lophura ignita rufa (Malay Pen., n and c Sumatra)
  • Lophura ignita macartneyi (se Sumatra)
  • Lophura ignita nobilis (n Borneo)
  • Lophura ignita ignita (s Borneo)

Noms étrangers

  • Crested Fireback,
  • Faisán Noble,
  • Faisão-nobre,
  • Haubenfasan,
  • tűzfácán,
  • Gekuifde Vuurrugfazant,
  • Dorso di fuoco crestato,
  • Tofseldrygg,
  • Ridderfasan,
  • bažant ohnivý,
  • bažant ohnivohřbetý,
  • Borneoildryg,
  • kruunufasaani,
  • faisà crestat de Borneo,
  • kiściec ognisty,
  • Огненноспинная лофура,
  • Sempidan biru,
  • コシアカキジ,
  • 凤冠火背鹇,
  • ไก่ฟ้าหน้าเขียว,
  • 鳳冠火背鷴,

Voix chant et cris

Habitat

Bien qu'ils aient deux aires de distribution différentes et non limitrophes, le Faisan de Vieillot et le faisan noble fréquentent des habitats assez similaires. Dans le nord de Bornéo où il vit, le faisan noble fréquente les massifs de bambou et d'autres formes de jungle, près de petits ruisseaux avec d'abondantes vignes et un épais couvert de végétation. Les épaisses forêts de feuillus à proximité des cours d'eau et à des altitudes relativement basses semblent être l'habitat type de ces deux sous-espèces. Quelques différences peuvent cependant intervenir. Alors que dans la péninsule malaise, les faisans de Vieillot ne dépasse pas le seuil des 1000 mètres, on ne connaît pas exactement la limite d'altitude pratiquée par les oiseaux vivant à Kalimantan et dans le nord de Bornéo. Les faisans nobles fréquentent en principe les forêts primaires et on ignore jusqu' à quel point ils peuvent s'adapter aux habitats secondaires et aux forêts récemment modifiées.

Comportement traits de caractère

Le faisan noble est un oiseau très prudent. Comme il vit dans les sous-bois denses des forêts pluviales, il est difficile de l'observer pendant une période suffisamment longue pour que l'on puisse décrire en détail ses principales habitudes. On le trouve la plupart du temps à proximité des rivières ou des petits ruisseaux et sa présence est souvent trahie par des troupes qui communiquent entre elles par cris pendant qu'elles se déplacent sous le couvert. On peut également le repérer grâce au vrombissement produit par le battement des ailes des mâles. En raison du manque de visibilité dans le sous-bois, il est assez difficile de déterminer avec assurance la taille des groupes. Néanmoins, il est possible d'affirmer qu'ils sont assez nombreux. Les rassemblements de 5 à 6 individus sont courants et composés la plupart du temps (pas toujours) d'un seul mâle. Dès qu'ils sont dérangés, ces oiseaux courent rapidement, plutôt en groupe qu'en se dispersant. Toutefois, il prennent l'air dans un vol bruyant et désordonné si le danger est trop pressant. Le vol s'effectue alors sur une courte distance.

Alimentation mode et régime

Le faisan noble a un régime mixte. Il se nourrit apparemment durant toute la journée, grattant la litière de feuilles et picorant les petits animaux ou les végétaux qu'il y trouve. Il donne également des coups de becs dans les fruits mûrs tombés à terre. Le faisan noble sélectionne attentivement les zones de forêts humides où les invertébrés sont abondants.

Reproduction nidification

Le mode de reproduction est inconnu. En captivité, ces oiseaux sont monogames. Dans la nature, cependant, quelques indicateurs permettent de laisser planer le doute. Les faisans nobles n'émettent pas de cris puissants. Le vrombissement d'ailes est sans doute la technique la plus importante et le rituel le plus élaboré que possède le mâle pour se mettre en valeur et marquer son territoire. Comme il est entendu entre mai et juin, à l'époque où les couples se forment, on peut penser qu'il s'agit également d'un rituel important pour séduire les femelles. Pendant la période pré-nuptiale, les mâles entretiennent un noyau central d'un hectare au sein de leur vaste territoire. Cette superficie réduite bien entretenue peut éventuellement servir de territoire d'accouplement.
La saison de nidification se déroule d'avril à juin. Le nid est une construction sommaire constituée de feuilles mortes, d'herbes et de bambous , dissimulée dans le sous-bois dense. La femelle y dépose 4 à 8 oeufs blanc-crème à chamois-crème, de forme relativement circulaire. La période d'incubation dure 24 jours.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 25/09/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net