Faucon pèlerin

Falco peregrinus - Peregrine Falcon

Systématique
  • Ordre
    :

    Falconiformes

  • Famille
    :

    Falconidés

  • Genre
    :

    Falco

  • Espèce
    :

    peregrinus

Descripteur

Tunstall, 1771

Biométrie
  • Taille
    : 50 cm
  • Envergure
    : 95 à 115 cm.
  • Poids
    : 750 à 1300 g
Longévité

17 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Falconidés sont une famille de rapaces diurnes de taille petite à moyenne, comportant les caracaras et les faucons. Falco vient du latin "falx" qui désigne la faux. Il fait référence aux ailes falciformes des faucons, longues, étroites et pointues. Les Falconiformes ont été séparés sys... lire la suite

Description identification

Posé, le Faucon pèlerin paraît "compact", plus court et relativement plus large d'épaules que la Buse variable, il est aussi sensiblement moins volumineux. En fait la femelle a la corpulence d'un gros Pigeon ramier, alors que le mâle, 1/3 plus petit (d'où son nom de "tiercelet") a celle d'un Pigeon domestique. Ce terme de "tiercelet" est emprunté à la fauconnerie, il désigne à l'origine le mâle du pèlerin, exclusivement, mais depuis plusieurs décennies il est généralisé au mâle de tous les rapaces.
La tête ronde, assez volumineuse par rapport au corps, paraît relativement plus petite chez la femelle que chez le mâle. Elle est noire chez l'adulte, brun plus ou moins sombre ou roussâtre chez les jeunes de moins de 1 an.
Les joues sont marquées d'une large tache noire en forme de "favoris" appelée moustache. Celle-ci - commune à toutes les variétés de faucons - est particulièrement large chez le pèlerin ; la tête noire et les larges moustaches donnent l'impression que l'oiseau est casqué.
Le bec est courbe, court et pourvu d'une denticulation à la mandibule supérieure qu'on observe chez tous les faucons. Cette sorte de "dent" permettrait aux faucons de tuer plus facilement leur proie en coupant les ligaments des cervicales et la moelle épinière, lorsqu'ils la mordent au niveau du cou après la capture.
Le plumage des deux sexes est sensiblement le même. Cependant, le mâle est souvent plus clair et bleuté que la femelle dont les couleurs tendent vers le gris-anthracite plus ou moins teinté de brun. Chez la femelle, le contraste clair à la base de la queue est moins marqué que chez le tiercelet. Les parties inférieures sont chamois, ponctuées de "larmes" marron chez les jeunes, blanc à blanc roussâtre et barrées transversalement de noir chez les adultes. Le mâle, plus souvent que la femelle, a la gorge blanche uniforme ou peu marquée, alors que celle de la femelle est généralement parsemée de grosses taches noires. À distance, le mâle paraît donc plus contrasté - blanc et gris - sur les parties inférieures, au contraire de la femelle qui paraît de teinte plus uniforme, claire ou roussâtre, mais fréquemment plus roussâtre que le mâle. Le dos est d'un brun plutôt uniforme chez les jeunes, gris chez les adultes. Le juvénile à l'envol a les tectrices supérieures ourlées de chamois.
La cire du bec, le tour de l'œil et les pattes sont jaune-maïs chez les adultes. Chez les jeunes, les deux premiers sont bleutés. Les pattes sont bleutées ou jaune verdâtre, passant au jaune terne au cours des mois qui suivent l'envol.

Indications subspécifiques 16 Sous-espèces

  • Falco peregrinus tundrius (Alaska to Greenland)
  • Falco peregrinus pealei (Aleutians to s Alaska and sw Canada)
  • Falco peregrinus anatum (North America. south of tundra. to n Mexico)
  • Falco peregrinus cassini (w South America. Colombia to Tierra del Fuego. , Falkland Is.)
  • Falco peregrinus peregrinus (n Eurasia. s of tundra.)
  • Falco peregrinus calidus (Lapland to ne Siberia)
  • Falco peregrinus japonensis (ne Siberia to Japan)
  • Falco peregrinus brookei (Mediterranean region to Caucasus and n Iran)
  • Falco peregrinus peregrinator (Pakistan, India and Sri Lanka to s and e China)
  • Falco peregrinus furuitii (Bonin Is.. Japan.)
  • Falco peregrinus madens (Cape Verde Is.)
  • Falco peregrinus minor (Morocco, Mauritania, Africa south of the Sahara)
  • Falco peregrinus radama (Madagascar and the Comoro Is.)
  • Falco peregrinus ernesti (Philippines, Indonesia, New Guinea and Bismarck Arch.)
  • Falco peregrinus macropus (Australia)
  • Falco peregrinus nesiotes (Solomon Is, Vanuatu, New Caledonia, Fiji)

Noms étrangers

  • Peregrine Falcon,
  • Halcón Peregrino,
  • Falcão-peregrino,
  • Wanderfalke,
  • Vándorsólyom,
  • Slechtvalk,
  • Falco pellegrino,
  • Pilgrimsfalk,
  • Vandrefalk,
  • sokol sťahovavý,
  • sokol stěhovavý,
  • Vandrefalk,
  • muuttohaukka,
  • Swerfvalk,
  • falcó pelegrí,
  • Förufálki,
  • sokół wędrowny,
  • lielais piekūns,
  • sokol selec,
  • Сапсан,
  • Alap-alap kawah,
  • ハヤブサ,
  • 游隼,
  • เหยี่ยวเพเรกริน,
  • 遊隼,

Voix chant et cris

Hors période de nidification, le pèlerin est habituellement silencieux, en revanche de mi-février à fin-juin (période de reproduction), et plus particulièrement lors des pariades (février-mars), il est très démonstratif et bruyant. Perchés dans le site de reproduction, le mâle aussi bien que la femelle, émettent des cris longs et traînants qui pourraient constituer le "chant". En vol ou posés sur l'aire ou ses abords, les faucons produisent de nombreuses émissions vocales brèves et "claquantes" (les fameux "Tsick") qui indiquent un haut niveau d'excitation, en particulier à l'approche d'un congénère. S'il est dérangé ou se sent menacé durant la période de reproduction, le pèlerin "alarme" : son cri d'alarme est un cri puissant fait de la répétition de "kré, kré , kré..." éraillés.

Habitat

Le Faucon pèlerin est un oiseau rupestre. Il utilise les falaises aussi bien comme point d'observation élevé pour la chasse que pour nicher. Ses plus fortes densités se trouvent donc dans les régions riches en proies potentielles et où les escarpements rocheux sont nombreux. En France, il est cantonné aux falaises côtières de la Manche, ou le long des fleuves de plaine (vallée de Seine par exemple) et jusque vers 2 000 m d'altitude dans les Alpes. Quand les populations rupestres sont à saturation, le pèlerin investit carrières et constructions humaines élevées, jusque dans les grandes agglomérations ou dans les arbres, pour se reproduire. Il niche même parfois au sol, en particulier dans la toundra arctique.

Comportement traits de caractère

Le Faucon pèlerin est remarquable par ses capacités de vol.

En période nuptiale, les deux partenaires se livrent à des jeux aériens : poursuites, piqués vertigineux, loopings, tout à fait spectaculaires. Lors de piqués verticaux depuis une très grande hauteur, sa vitesse peut dépasser 350 km/h. La femelle, plus lourde, atteint des vitesses encore plus élevées, bien que le tiercelet, du fait de sa petite taille, donne l'impression d'être plus rapide.

En chasse, à la suite d'un vol plané ou d'un vol battu "de placement", qui peut se poursuivre sur plusieurs kilomètres, le faucon referme ses ailes pour l'attaque finale. Ce piqué "ailes fermées" est le plus souvent réalisé selon des angles compris entre 30 et 40-50° sous l'horizontale. Lors de ces attaques, le temps de descente, ailes plus ou moins collées au corps, n'est pas suffisant pour que la vitesse puisse dépasser 150 à 250 km/h. Cependant, il arrive parfois, lors de piqués de chasse verticaux de plus de 1km - très rarement observés - que la vitesse puisse vraisemblablement dépasser les 350 km/h, comme le montrent des mesures faites en soufflerie (Tucker et Cade) ou sur des faucons lâchés depuis un avion (Ken Franklin).
En fin de piqué, la trajectoire est plus ou moins horizontale ou montante, de sorte que la proie est abordée par derrière dans l'angle mort de la queue.
Si la proie n'a pas repéré l'arrivée du faucon, elle est soit liée - c'est à dire prise directement dans les serres - soit buffetée - c'est à dire frappée au passage par les serres tendues en avant, et non pas avec le bréchet comme cela a pu être dit parfois. Dans ce cas le faucon, après une "ressource", pique de nouveau pour récupérer la proie en train de tomber. En tous cas dans les derniers mètres, le faucon se redresse presque perpendiculairement à la trajectoire, serres tendues en avant atteignant le niveau du bec (ce mouvement provoque un bruit de "souffle" très puissant et impressionnant). Si la proie est buffetée, elle est tuée voire disloquée par le choc. Si elle est liée, le contact reste assez violent pour que l'oiseau capturé soit tué ou étourdi sous le choc. Dans tous les cas, après la capture, la proie est mordue au cou pour être tuée. Quand elle est de petite taille, elle peut être plumée et mangée en vol, sinon le faucon la transporte jusqu'à la falaise pour ce faire. Quand le faucon est rassasié et que sa proie n'est pas totalement consommée, les restes sont cachés dans une anfractuosité ou derrière une touffe de végétation dans la falaise.
Le taux de réussite des attaques varie considérablement d'une région et d'une période de l'année à l'autre. Les plus forts taux - environ 1 prise pour 5 à 10 attaques - sont observés lors d'attaques au dessus de plans d'eau où les proies n'ont pas de refuge possible. mais généralement, le taux de capture est plus proche d'une prise pour 15 attaques, en moyenne.

Les couples sont très attachés à leur territoire, mais ce sont surtout les mâles - les tiercelets - qui sont les "propriétaires" du site et qui le défendent contre les intrus. Les femelles quant à elles sont moins attachées au site et peuvent selon les cas changer de site et de partenaire d'une année à l'autre. En revanche du fait de leur forte corpulence, se sont surtout elles qui défendent le site et la nichée contre les intrusions de prédateurs potentiels. Les attaques défensives sont généralement accompagnées de cris d'alarme, alors que les attaques territoriales vis à vis d'un autre pèlerin sont accompagnées de "tsick" sonores et répétés. Qu'elles soient territoriales ou défensives, quand les 2 partenaires sont présents dans le site, ils participent tous deux aux attaques, le tiercelet étant le plus agressif vis-à-vis d'un autre tiercelet et restant plus en retrait quand il s'agit d'une attaque défensive interspécifique.
Le vol : En vol battu, les ailes coudées vers l'arrière (en forme de lame de faux) paraissent pointues. Les battements d'ailes sont rapides - 5 à 6 par seconde - et de faible amplitude quand il s'agit d'un vol de déplacement ordinaire. Ce vol est entrecoupé de courts planés. Au contraire quand il s'agit d'un vol d'attaque, les battements, tout aussi véloces, sont de très grande amplitude et accélérés jusqu'au moment où le faucon replie les ailes pour le piqué terminal.

En vol plané, si le vent est assez portant, les ailes sont coudées vers l'arrière, la queue pratiquement fermée ; l'oiseau présente alors l'allure d'une grande hirondelle, ou selon la comparaison de Paul Géroudet, la forme d'une ancre de marine. En revanche si le vent est moins portant, la queue est totalement déployée en éventail et les ailes pratiquement droites à l'horizontale du dos, l'oiseau a alors l'aspect d'une croix. Chez les femelles, plus lourdes et "denses", le bout de l'aile fait souvent un angle en pointant vers le haut à partir du poignet.

Alimentation mode et régime

Il n'est pas possible de donner un régime bien précis, celui-ci variant considérablement d'une région et d'une période de l'année à l'autre.
Ornithophage, le pèlerin ne chasse pratiquement que des oiseaux capturés en vol. Toutefois il lui arrive, comme beaucoup d'autres faucons, de capturer aussi de gros insectes en vol - hannetons par exemple - ou des chauves-souris et de façon anecdotique des rongeurs.
Le mâle, plus petit, se contente de proies dont la taille varie de celle de la mésange à celle du geai, voir du Pigeon colombin.
La femelle, plus corpulente, capture des proies dont la taille varie de celle du merle à celle du Pigeon ramier, rarement plus gros. La capture de canards, ou même d'oies et de hérons, a été mentionnée, mais ces captures sont tout à fait exceptionnelles et le fait d'oiseaux nordiques - plus corpulents - sur leur parcours migratoire, donc non "tenus" de ramener à la falaise la proie qui est mangée sur place. Ces proies exceptionnelles mises en avant ont souvent donné une fausse idée de la réalité du régime alimentaire du Faucon pèlerin en surestimant ses capacités de chasseur.

Reproduction nidification

En France, le cantonnement des couples débute avec les premiers beaux jours de février (quelquefois mi-janvier), et culmine début mars. Les accouplements commencent environ 2 à 3 semaines avant la ponte. Comme les nocturnes, les faucons ne construisent pas de nid. Ils pondent à même le sol sur une vire, dans un trou, une niche, ou un ancien nid de grands corbeaux ou d'un autre rapace. Le substrat sableux ou terreux qui recouvre le sol est gratté par l'un ou l'autre des deux adultes. Dans une falaise, plusieurs "emplacements" sont grattés, aussi bien par le mâle que la femelle, mais c'est à la femelle que revient, en dernier recours, le choix de pondre dans l'une ou l'autre des "coupes de grattage" qui deviendra "l'aire".

La ponte comporte 3 à 4 œufs, plus rarement 2 ou 5 (jusqu'à 6 exceptionnellement, seulement 2 cas connus). Les œufs, de couleur marron rougeâtre, sont pondus toutes les 48 à 72 heures. Si la ponte est détruite dans les premiers jours de l'incubation, une ponte de remplacement peut débuter 15 jours plus tard (capacité qui a été mise à profit lors du "projet pèlerin", initié en 1974 dans le Jura pour accroître la productivité naturelle de la population de faucons, décimée par la contamination par les organochlorés et les "désairages").
Dans les quelques jours qui précèdent la ponte, le ventre de la femelle est gonflé et l'oiseau ne vole plus guère, elle est nourrie par le tiercelet.

L'incubation dure 30 jours, elle est assurée, grosso-modo, pour 2/3 du temps par la femelle et pour 1/3 par le mâle. Elle débute à la ponte de l'avant dernier œuf (en général le 3ème) de sorte que les poussins éclosent pratiquement tous le même jour à 24 heures près. À l'éclosion, les poussins sont recouverts d'un premier duvet blanc très fin, qui sera remplacé par le deuxième duvet, beaucoup plus dense et épais, à partir du 15ème jour. Au cours de leur première semaine, il n'y a pas de différence de taille entre mâles et femelles.

L'élevage :
Si les conditions météorologiques sont bonnes, la femelle ne quitte pas ses jeunes durant la première semaine. Elle reste sur eux pour les garder au chaud, plus ou moins allongée et de plus en plus redressée au fil des jours. Si tout se passe normalement, le mâle chasse et apporte les proies à l'aire. C'est la femelle qui dépèce et distribue la nourriture, mais le mâle est tout à fait capable d'assurer aussi cette tâche, quand la femelle le laisse faire.
Vers le 15ème jour, les jeunes se couvrent du 2ème duvet, dont ils sont entièrement recouvert le 20ème jour. Ce duvet très dense et épais, permet aux fauconneaux de résister par eux même aux faibles températures. La femelle les laisse alors de plus en plus souvent et longtemps seuls tout en restant à proximité pour les protéger le cas échéant, à la condition que le mâle s'acquitte correctement de sa tâche, l'apport de proies. Si pour une raison quelconque - tiercelet mauvais chasseur, " paresseux ", conditions météorologiques défavorables - la femelle peut quitter le site et aller chasser par elle-même. La nichée laissée sans protection est alors à portée d'autres prédateurs, le Grand Corbeau, entre autres.
On a observé quelquefois qu'une deuxième femelle, généralement une immature, se fasse accepter par le couple nicheur et participe aussi bien à l'incubation qu'au nourrissage des jeunes.

Distribution

Le Faucon pèlerin est cosmopolite. On le trouve dans toutes les parties du monde, exceptées les régions à très faible ou très forte hygrométrie (déserts secs et froids de l'arctique, secs et chauds du Sahara, Gobie et Australie centrale). Dans ces régions à faible hygrométrie, il est remplacé par les faucons "de désert", les hierofalcos (Faucons gerfaut, sacre, lanier, laggar, brun, de prairie). Dans les forêts tropicales humides et la Nouvelle-Zélande, sa niche écologique est occupée par des espèces voisines, mieux adaptées à ces conditions climatiques particulières (Faucon à poitrine orangée en Amazonie, Taita en Afrique Équatoriale ou Faucon de Nouvelle-Zélande).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Dans les années soixante, l'usage massif de pesticides organochlorés en agriculture - DDT, Heptachlore, Lindane, etc... - a entraîné un déclin spectaculaire de l'espèce dans la plupart des régions du globe. En France, le pèlerin ne subsistait plus que dans les régions montagneuses les moins touchées par la pollution chimique - Jura, Alpes, sud du Massif Central, Pyrénées, Corse.
De nos jours, le prélèvement des œufs et des jeunes pour leur utilisation et leur commerce a pratiquement disparu grâce au bannissement des pesticides organochlorés et à la reproduction des rapaces en captivité qui permet de satisfaire à la demande.

Aujourd'hui, la plus grande menace est l'envahissement des sites de nidification traditionnels par des activités touristiques à caractère sportif - escalade, vol libre, etc... Autrefois inaccessibles, les sites les plus remarquables, ceux qui précisément ont permis à l'espèce d'échapper à l'éradication, deviennent le terrain de jeu de citadins en mal de nature ou de sensations fortes.

De plus, l'expansion accélérée des populations de Grand-duc d'Europe constitue un facteur naturel aggravant. Les couples cantonnés, perturbés par la présence du grand nocturne, abandonnent la ponte et disparaissent du site, soit parce qu'ils tentent d'échapper à la prédation, soit parce qu'ils sont tombés sous ses serres.
Cette situation ne serait pas catastrophique - le grand-duc et le pèlerin se côtoient depuis des millénaires - si les pèlerins disposaient encore des sites "refuges" leur permettant d'échapper à la prédation. Malheureusement, ces "refuges historiques" sont aujourd'hui bien souvent "stérilisés" par les activités de plein air mal contrôlées.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 04/02/2012 par René-Jean Monneret © 1996-2017 Oiseaux.net