Garrulaxe à plastron

Garrulax pectoralis - Greater Necklaced Laughingthrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Léiothrichidés

  • Genre
    :

    Garrulax

  • Espèce
    :

    pectoralis

Descripteur

Gould, 1836

Biométrie
  • Taille
    : 35 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 139 à 149 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, les parties supérieures sont brun-olive avec un collier nuchal roux et un très long sourcil blanc qui se prolonge jusqu'au collier. Les épaules sont brun noirâtre au niveau des couvertures primaires. La bordure extérieure de l'aile est blanchâtre. La queue est étagée. Les rectrices, excepté la paire centrale, sont noires avec une large pointe blanche, ce qui forme une bande terminale bien visible en vol. Les couvertures auriculaires sont, soit striées de noir et de blanc, soit entièrement noires, soit blanc uni. Elles sont bordées au-dessus et en arrière par une zone de couleur noire. Le dessous est souligné par la strie blanche du menton. La gorge est chamoisée, bordée en-dessous par un large collier blanc. Le centre du ventre est blanc, encadré par des flancs de couleur ocre. Les 2 sexes sont identiques.
L'iris est rougeâtre ou brun-orange. La zone de peau nue qui entoure l'œil est jaune-chrome. En ce qui concerne le bec, la mandibule supérieure est brun noirâtre tandis que la mandibule inférieure est grise à la base, brun au milieu et blanchâtre à la pointe. Les pattes et les pieds sont gris-ardoise.
Les juvéniles sont plus pâles que les adultes. Les couvertures primaires sont noires avec des liserés clairs. Pour acquérir leur plumage adulte, les jeunes subissent une mue complète.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Garrulax pectoralis pectoralis (c, e Himalayas to e Bangladesh and c Myanmar)
  • Garrulax pectoralis subfusus (se Myanmar, n and w Thailand and nw Laos)
  • Garrulax pectoralis robini (s China, ne Laos, n Vietnam)
  • Garrulax pectoralis picticollis (e China)
  • Garrulax pectoralis semitorquatus (Hainan I.. off se China.)

Noms étrangers

  • Greater Necklaced Laughingthrush,
  • Charlatán acollarado grande,
  • Brustbandhäherling,
  • nyakláncos álszajkó,
  • Borstbandlijstergaai,
  • Garrulo sghignazzante dal collare maggiore,
  • Större halsbandsfnittertrast,
  • Kjedelattertrost,
  • timáliovec pásoprsý,
  • sojkovec větší,
  • Stor Halsbåndsskadedrossel,
  • korutimali,
  • xerraire de collar gros,
  • sójkowiec obrożny,
  • Галстучная кустарница,
  • クビワガビチョウ,
  • 黑领噪鹛,
  • นกกะรางสร้อยคอใหญ่,
  • 黑領噪鶥,

Voix chant et cris

Les garrulaxes à plastron sont des oiseaux très bruyants. Ils entretiennent une conversation continuelle et querelleuse constituée de cris aigus et nasaux : "week week week". On peut également entendre des cris étranges proches de ceux de la voix humaine auxquels s'ajoutent souvent de nombreux sifflements brefs. De nombreux individus chantent en commun, formant un concert assez confus et lugubre. Les cris des garrulaxes à plastron sont assez difficilement différentiables de ceux du garrulaxe à collier (Garrulax monileger).

Habitat

Les garrulaxes à plastron fréquentent les forêts denses, les parcelles en cours de régénération et les jungles de bambous. Tous ces habitats sont souvent adjacents à des terres agricoles. Au Népal, ces oiseaux préfèrent les forêts secondaires, les broussailles, les forêts de pins et de conifères qui ont un sous-bois fourni. Les garrulaxes à plastron vivent des bordures de plaine jusqu'à 1200 mètres. Localement, ils peuvent grimper jusqu'à 1700m.

Comportement traits de caractère

Les garrulaxes à plastron sont très grégaires. Ils se déplacent en troupes d'environ 19 à 25 individus dans lesquelles on peut également repérer des garrulaxes à collier et d'autres espèces de timaliidés. Pour traverser un espace dégagé, chaque membre de la troupe plane l'un derrière l'autre dans un mouvement continu et ininterrompu. Ces oiseaux ne traversent en paquet groupé que lorsqu'ils fuient une menace ou qu'ils sont effrayés. Le vol est assez maladroit et ressemble à celui d'un geai, il paraît plus puissant que celui de la plupart des autres espèces de garrulaxes.
Les garrulaxes à plastron se nourrissent principalement à terre, procédant par longs sautillements. Lorsqu'ils se sentent en danger, ils se précipitent dans les buissons ou grimpent dans les arbres, sautant de branches en branches puis s'éloignant en planant comme décrit précédemment. Leur habileté à disparaître en cas de danger est absolument remarquable. Ces oiseaux paradent à tous moments, que ce soit au printemps ou à d'autres mois de l'année. Pendant ces rituels, ils sautillent sur le sol, agitent et déploient leurs ailes, effectuent des révérences et des acrobaties dignes d'un contorsionniste de cirque tout en émettant des cris puissants. .

Alimentation mode et régime

D'après Ali et Ripley, les garrulaxes à plastron se nourrissent principalement d'insectes. Il ne précisent pas, mais ces oiseaux complètent vraisemblablement leur menu avec des matières végétales.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de mars à août, avec un pic dans l'activité aux mois d'avril, mai et juin. Le nid est une structure en forme de soucoupe peu profonde mais large et massive. Il est fabriqué principalement avec des feuilles de bambou, d'autres feuilles mortes, des racines, des morceaux de mousse et des fougères qui sont assemblés de façon lâche et brouillonne par des tiges et des plantes en vrille. L'intérieur est garni grossièrement avec des brins d'herbe et des radicelles. Le nid est placé dans un buisson ou un petit arbre, à une hauteur qui varie de quelques centimètres jusqu'à 6 mètres au-dessus du sol.
La ponte comprend 3 à 5 œufs qui mesurent en moyenne 31 millimètres sur 23. Ils sont de couleur bleu foncé. L'oiseau qui couve se perche généralement à proximité mais il est très expert dans l'art de s'esquiver discrètement quand il s'absente. Il se dissimule si habilement qu'il est pratiquement impossible de découvrir sa cachette ou même de déceler le moindre indice de sa présence. Les nids des garrulaxes à plastron sont régulièrement parasités par deux espèces de coucous : le coucou à collier (Clamator coromandus) et le coucou-épervier (Cuculus sparverioides).

Distribution

Les garrulaxes à plastron vivent sur le sous-continent indien où on reconnaît officiellement deux races : G.p. pectoralis, la race nominale, réside exclusivement au Népal, et G.p. melanotis, plus sombre et plus richement colorée que la précédente, réside dans les états de l'extrême est de l'Inde (Darjeeling, Sikkim, Assam, Manipur, Nagaland, NEFA) ainsi qu'au Bhoutan et au Bangladesh. En dehors du sous-continent indien, d'autres sous-espèces vivent en Birmanie, au Vietnam et en Chine jusqu'à Hainan et au Anhwei : G.p. subfusus (sud-est de la Birmanie, ouest et sud-ouest de la Thaïlande) - G.p. robini (extrême est de la Birmanie, sud de la Chine, nord et est du Laos, Tonkin et Annam) - G.p. picticollis (centre-est, est et sud-est de la Chine, dans les provinces de Gansu, Shaanxi, Hubei, Guizhou et jusqu'au Guangdong ) - G.p. semitorquatus (île de Hainan).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Au Népal, cet oiseau est considéré comme commun. Compte-tenu de ses mœurs très furtives, il est probable que ses effectifs soient très largement sous-évalués. L'espèce n'est donc pas en danger et, à notre connaissance, aucune mesure particulière n'est prise pour sa protection.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Garrulaxe à plastronFiche créée le 18/08/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net