Goéland austral

Larus pacificus - Pacific Gull

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Laridés

  • Genre
    :

    Larus

  • Espèce
    :

    pacificus

Descripteur

Latham, 1801

Biométrie
  • Taille
    : 65 cm
  • Envergure
    : 137 à 157 cm.
  • Poids
    : 900 à 1180 g
Longévité

15 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, la tête et le dessous du corps blancs contrastent avec le manteau et les couvertures alaires noirâtres. Ces dernières ont un bord de traîne blanc mais n'ont pas les petites fenêtres blanches sur les primaires. La queue est blanche, avec une étroite bande subterminale sombre.
Le bec, profond et lourd (le plus lourd des becs de tous les goélands), est jaune avec une petite tache rouge à l'extrémité. Les narines ont une forme d'ovale plutôt que de pilotis. Les pattes et les pieds ont une teinte jaunâtre. Les iris sont blanchâtres avec un anneau orbital rose ou jaunâtre.
La goéland austral est plus grand que le Goéland dominicain avec lequel il diffère aussi par son manteau plus sombre, son bec plus lourd et sa bande noire sur la queue. Les immatures sont plus pâles sur les parties inférieures et le croupion.
Les juvéniles présentent un ensemble brun foncé et des parties nues noirâtres. Les deux sous-espèces diffèrent peu.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Larus pacificus pacificus (se and Tasmanian coasts)
  • Larus pacificus georgii (w, sw and sc coasts)

Noms étrangers

  • Pacific Gull,
  • Gaviota Tasmania,
  • Gaivota-australiana,
  • Dickschnabelmöwe,
  • bukó sirály,
  • Diksnavelmeeuw,
  • Gabbiano del Pacifico,
  • Grovnäbbad trut,
  • Tykknebbmåke,
  • čajka veľkozobá,
  • racek velkozobý,
  • Tyknæbbet Måge,
  • keisarilokki,
  • gavinot australià,
  • mewa grubodzioba,
  • Большеклювая чайка,
  • ハシブトカモメ,
  • 太平洋鸥,
  • 太平洋鷗,

Voix chant et cris

On connaît peu de choses sur le répertoire vocal du goéland austral : l'un des cris principaux est un "ow-ow" hurlant et puissant, portant à une longue distance et pouvant durer longtemps. On peut également entendre des "cark cark" ou des "auk-auk" plus brefs qui ressemblent à des gloussements ou à des bégaiements. La communication de cet oiseau est assez différente de celle du Goéland dominicain.

Habitat

Le goéland austral est un oiseau du littoral et des côtes marines, il s'aventure rarement à l'intérieur des terres, n'y pénétrant généralement que sur quelques dizaines de kilomètres. Il niche dans les îles élevées situées au large. Dans le sud-est de son aire de distribution, il se reproduit occasionnellement sur les caps et les promontoires.

Comportement traits de caractère

Le goéland austral recherche sa nourriture en marchant le long des plages ou sur les surfaces humides découvertes par les marées. Ils pratiquent également le plongeon dans la mer. Ils laissent tomber les coquillages sur les rochers ou les surfaces dures, espérant les ouvrir par cette technique qui est assez courante chez les oiseaux marins lithophages.
Le goéland austral est sédentaire sur une grande majorité de son aire. Les jeunes procèdent à des mouvements de dispersion qui peuvent atteindre 200 kilomètres. Après la nidification, les populations de Tasmanie volent vers le nord en direction des Nouvelles-Galles, pouvant même atteindre parfois le sud du Queensland.

Alimentation mode et régime

Le goéland austral consomme des poissons, des calmars, des mollusques qu'il trouve à marée basse, des échinodermes et des crabes ainsi que des déchets de poissons. Il apprécie aussi les charognes et les ordures des décharges. Il marque une grande attirance pour les gastéropodes de la famille des turbinidés. En Tasmanie, il se nourrit principalement de chitons et de crabes nageurs de la famille des portunidés. Il ne néglige pas les rebuts et les débris de poissons. Il capture les œufs, les oisillons et parfois même les adultes des océanites frégates (Pelagodroma marina).

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule du mois de septembre au mois de janvier. La plupart des colonies sont ouvertes et de petite taille. Cependant, au Cap Wilson dans le sud de Victoria, 400 couples nichent à quelques mètres les uns des autres, souvent déparés par une faible distance. Le goéland austral, aussi parfois appelé goéland du Pacifique en référence à son nom anglais, construit un nid robuste avec des herbes et des algues. Celui-ci est placé au milieu des rochers, des herbes et des amas de coquilles.
La ponte est habituellement de 3 œufs qui sont couvés de 23 à 26 jours par les 2 parents. Il n'y a pas d'informations supplémentaires pour l'instant.

Distribution

Le goéland austral est endémique du continent australien. Il est absent des côtes nord-ouest, nord et nord-est, même s'il visite les Nouvelles-Galles du Sud et parfois le Queensland après la saison de nidification. On reconnaît officiellement 2 sous-espèces :
L. p. georgii - sud-ouest de l'Australie Occidentale et Australie Méridionale (y compris Kangaroo Island ), visiteur post-reproduction le long de la côte nord-ouest jusqu'à Shark Bay.
L. p. pacificus - sud-est de l'Australie (Victoria) et Tasmanie, visiteur post-reproduction jusqu'aux Nouvelles-Galles du Sud, et rarement au nord jusqu'au Queensland.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, l'existence de cette espèce n'est pas globalement remise en question. Néanmoins, elle est classée comme presque menacée (NT). bien qu'aucun risque sérieux ne soit déterminé pour l'instant.
Le goéland austral n'est abondant dans aucune région. On connaît environ une centaine de colonies mais les effectifs totaux atteignent péniblement les 10 000 couples. La population s'était accrue au début du XXème siècle mais cette croissance a marqué un net coup d'arrêt au cours de ces dernières années. Son aire de distribution rétrécit par l'est et elle diminue un peu plus chaque année, principalement à cause de la concurrence avec le Goéland dominicain (Larus dominicanus).
En Tasmanie, on procède à son élimination sélective pour protéger d'autres espèces d'oiseaux marins.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Goéland australFiche créée le 23/05/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net