Grand Jacamar

Jacamerops aureus - Great Jacamar

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Galbulidés

  • Genre
    :

    Jacamerops

  • Espèce
    :

    aureus

Descripteur

Statius Müller, PL, 1776

Biométrie
  • Taille
    : 30 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 57 à 76 g
Distribution

Distribution

Description identification

De loin, c'est le plus massif de tous les jacamars. Chez le mâle, le menton, les côtés de la face et la totalité des parties supérieures sont vert irisé avec un lustre bleuâtre sur le menton, le front, le capuchon et la queue. Il y a du doré, du violacé ou du cuivre sur le manteau. Les primaires sont noirâtres. La queue est plutôt longue, large et arrondie à son extrémité. La paire centrale de rectrices est bleu verdâtre plus brillamment cuivré. Le bas de la gorge est blanc, le reste des parties inférieures est châtain-roux. Le dessous de la queue affiche une teinte bleu-noir.
Le bec mesure entre 4 centimètres et demi et 5,5 cm. Il est relativement bref, puissant et recourbé, il est entièrement noir. Les iris sont brun foncé ou châtain-brun, la peau orbitale et les lores sont gris. Les pattes sont corne sombre ou gris-vert, les griffes sont noires.
La femelle est semblable à son partenaire, mais elle n'a pas de tache blanche sur le gorge. Les immatures sont identiques à leur mère. Ils ont cependant des couleurs plus ternes, sont moins irisés sur le dessus qui est plus ou moins lustré de cuivre. Les parties inférieures sont plus fades et plus pâles. Les rectrices ont de fins liserés bronze terne.
La race penardi a un dessus plus vert. La race isidori a un dessous plus clair. La race ridgewayi a des parties supérieures plus violacées, une tête plus verdâtre que bleue. Les parties inférieures sont plus foncées et plus ambre-brun que chez la race précédente.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Jacamerops aureus penardi (Costa Rica to w Colombia and nw Ecuador)
  • Jacamerops aureus aureus (e Colombia, Venezuela and the Guianas)
  • Jacamerops aureus ridgwayi (ne and c Brazil)
  • Jacamerops aureus isidori (e Ecuador, e Peru, w Brazil and n Bolivia)

Noms étrangers

  • Great Jacamar,
  • Jacamará Grande,
  • Jacamaraçu, ariramba-grande-da-mata-virgem,
  • Breitmaul-Glanzvogel,
  • aranyjakamár,
  • Grote Glansvogel,
  • Jacamar maggiore,
  • Jättejakamar,
  • Storjakamar,
  • jagavec širokozobý,
  • leskovec velký,
  • Kæmpejacamar,
  • kuningasjakamari,
  • jacamar gros,
  • złotopiór wielki,
  • Большая якамара,
  • オオキリハシ,
  • 大鹟鴷,
  • 大鶲鴷,

Voix chant et cris

Les grands jacamars ne sont pas très vocaux. Le chant territorial n'est entendu qu'à de longs intervalles et est émis à partir de la canopée d'un arbre. C'est un long et lent sifflement de loup qui monte un peu puis qui descend jusqu'à devenir inaudible "weeeeeeeeeewhuuuuu". En cas d'interactivité avec d'autres congénères, on peut entendre un "naaaaaaa" nasal et montant. Un miaulement nasal et plaintif "waaaaaeEEeer", ainsi qu'un trémolo "whe-e-e-u-u-r" qui est souvent suivi d'un claquement de bec, sont utilisés comme cris d'alarme.

Habitat

Les grands jacamars fréquentent les forêts compactes humides et les bordures bien ombragées des zones boisées. On les trouve également le long des cours d'eau et des rivières, dans les boisements qui sont temporairement envahis par les eaux et dans les igapos, c'est à dire les parties de forêts qui restent marécageuses même après le retrait des crues. Ces oiseaux sont nettement moins observables à la lisière des forêts et dans les parcelles composées d'arbres en cours de maturation. Au Brésil, les grands jacamars occupent aussi les forêts-galeries dans les zones de cerrado. Ils vivent habituellement en-dessous de 700 mètres, ce qui ne les empêche pas de grimper localement jusqu'à 1 100 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les grands jacamars sont des oiseaux plus engourdis et plus léthargiques que la plupart des autres membres de la famille des galbulidés, aussi semblent-ils plus discrets et passent-ils plus souvent inaperçus. Ces oiseaux se perchent en couples ou en solitaire sur une branche fine ou sur une vrille horizontale, de l'étage moyen jusqu'à la subcanopée d'un arbre, généralement à une hauteur qui varie de 4 à 10 mètres. Quand ils effectuent une expédition aérienne pour capturer un insecte, ils ont tendance à ne pas revenir à leur perchoir de départ. Toutefois, leur stratégie favorite consiste à glaner des proies dans le feuillage. Une fois saisies, ces dernières sont frappées vigoureusement contre une branche avant d'être avalées. Les grands jacamars joignent très exceptionnellement les rassemblements mixtes d'oiseaux insectivores. Ils sont sédentaires.

Alimentation mode et régime

Les grands jacamars sont insectivores : ils consomment des hyménoptères de la famille des scopidés, des vespidés, des apidés, des ichneumonidés et des formicidés. Ils ingurgitent aussi des hémiptères, des homoptères, des papillons, des libellules et des coléoptères de nombreuses familles comme les buprestidés, les scarabéidés et les cérambydés. Du moins au Costa Rica, ils mangent également des araignées et des petits lézards qu'ils capturent dans les feuillages.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de mars à juin au Costa Rica, d'avril à mai dans l'ouest de la Colombie et en janvier au Brésil sur le Rio Négro. Elle a lieu en octobre au Pérou. Le déroulement de la reproduction est sans doute influencé par la plus ou moins grande quantité de précipitations pendant la saison humide. Le nid est creusé dans une termitière arboricole entre 3 et 15 mètres au-dessus du sol. Parfois, il est placé à l'intérieur d'un tronc d'arbre vermoulu. On ne possède aucune information concernant, la taille de la ponte, la durée de la ponte et la longueur du séjour des jeunes au nid.

Distribution

Les grands jacamars sont originaires du bassin amazonien, du sud de l'Amérique Centrale et de l'extrême nord-ouest du continent sud-américain. 4 sous-espèces sont officiellement reconnues : J. a. penardi (versant caribéen du Costa Rica, sud et ouest de la Colombie, nord-ouest de l'Équateur dans la province d'Esmeraldas) - J. a. aureus, la race nominale (Colombie à l'est des Andes, sud du Venezuela et les 3 Guyanes) - J. a. isidori (est de l'Équateur, est du Pérou, ouest du Brésil à l'est du Rio Purùs et nord de la Bolivie) - J. a. ridgewayi (cours inférieur de l'Amazone et ses affluents en direction du sud jusqu'au Mato Grosso).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Toutefois, elle est considérée comme rare ou peu commune, en grande partie à cause de ses mœurs discrètes, son relatif silence et son habitude paresseuse de se dissimuler dans les feuillages. Elle est plus facilement reconnue dans les endroits où sa voix s'exprime. Les grands jacamars sont rares et apparemment en plein déclin au Costa Rica. Ils sont peu communs ou locaux au Panama, en Colombie et en Équateur. Par contre, ils sont répandus au Guyana et dans l'état du Rondonia au Brésil. Ces oiseaux sont diversement affectés par la déforestation, ils ne marquent de déclin franc que dans le cas d'exploitations intensives. D'après Birdlife, leurs effectifs ne sont pas quantifiés avec précision, leur territoire est vaste (près de 6 millions de kilomètres carrés).

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 19/06/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net