Grand Tinamou

Tinamus major - Great Tinamou

Systématique
  • Ordre
    :

    Tinamiformes

  • Famille
    :

    Tinamidés

  • Genre
    :

    Tinamus

  • Espèce
    :

    major

Descripteur

Gmelin, JF, 1789

Biométrie
  • Taille
    : 46 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 700 à 1240 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cet oiseau lourd, pesant souvent plus d'un kilogramme, présente un ensemble qui varie du brun-olive foncé au brun clair. Chez les adultes, le capuchon et la courte crête positionnée à l'arrière sont brun-roux foncé. La gorge est blanche, les côtés de la face et le devant du cou sont roux-cannelle avec des petites taches chamoisées, ce qui procure à la tête une évidente teinte claire. Le reste de la tête et du cou affiche une couleur unie. Les parties supérieures sont brunes avec plus ou moins de barres selon les individus. La poitrine est brun grisâtre, le reste du dessous est chamois plus ou moins clair.
Sur les flancs et sur les cuisses, on remarque un apport plus ou moins important de barres sombres. Les sous-caudales sont roux-cannelle avec des mouchetures sombres. Les yeux, d'assez grande dimension, sont brun sombre. Les pattes varient du gris foncé au gris brunâtre sombre.
Les oiseaux de la race zuliensis ont des joues et un cou roux éclatant. Les autres races se distinguent par leur coloration ainsi que par la présence ou l'absence de crête occipitale.
Les juvéniles ont une livrée plus sombre. Les immatures ressemblent à leurs parents mais leur dessus ne porte pas de motifs ornementaux et leur dessous est marqué par quelques taches chamois.

Indications subspécifiques 12 Sous-espèces

  • Tinamus major robustus (se Mexico, Guatemala, Honduras)
  • Tinamus major percautus (s Mexico, n Guatemala, Belize)
  • Tinamus major fuscipennis (n Nicaragua to w Panama)
  • Tinamus major brunneiventris (sc Panama)
  • Tinamus major castaneiceps (sw Costa Rica, w Panama)
  • Tinamus major saturatus (e Panama, nw Colombia)
  • Tinamus major zuliensis (ne Colombia, n Venezuela)
  • Tinamus major latifrons (sw Colombia, w Ecuador)
  • Tinamus major major (e Venezuela to ne Brazil)
  • Tinamus major serratus (nw Brazil)
  • Tinamus major olivascens (Amazonian Brazil)
  • Tinamus major peruvianus (se Colombia to Bolivia and w Brazil)

Noms étrangers

  • Great Tinamou,
  • Tinamú Oliváceo,
  • Inhambu-grande,
  • Großtinamu,
  • nagy tinamu,
  • Grote Tinamoe,
  • Tinamo grosso,
  • Större tinamo,
  • Stortinamu,
  • tinama veľká,
  • tinama větší,
  • Stor Tinamu,
  • isotinami,
  • tinamú olivaci,
  • kusacz duży,
  • Большой тинаму,
  • オオシギダチョウ,
  • 大(共鸟),
  • 大(共鳥),

Voix chant et cris

Grand Tinamou
adulte

Le chant est variable mais toujours puissant, riche et résonnant. Il est composé généralement de 2 sifflements tremblotants dont l'un monte légèrement avant de redescendre. La phrase est répétée de 1 à 6 reprises : "wuu, wuu, wooouuuuuuuoo, wuu, wuuuuuuoooouu". La phrase initiale est toujours moins forte que les suivantes. Plus le chant se poursuit, plus il est puissant et plus il est tremblant. Les Grands tinamous délivrent leurs vocalises plutôt à la tombée de la nuit.
Leurs cris figurent parmi les plus remarquables de la forêt pluviale de plaine. Les Petits tinamous ou Tinamous soui ont tendance à imiter leurs congénères, ce qui entraîne parfois quelques confusions. Néanmoins, les cris de ces derniers sont plus faibles, moins contrastés et portent à moins longue distance.

Habitat

Les Grands tinamous fréquentent les forêts pluviales primaires et secondaires pourvu qu'elles aient une importante densité. On les trouve indifféremment dans les boisements inondables ou dans ceux qui ne sont jamais envahis par les eaux. Ces oiseaux résident dans les zones tropicales ou subtropicales jusqu'à 1 500 mètres d'altitude. Ils préfèrent habituellement les parcelles inviolées de grands arbres. Un sous-bois clairsemé dans lequel on peut facilement se déplacer est généralement requis. Toutefois, dans les parties les plus humides de leur habitat forestier, ces tinamous tolèrent un plancher plus encombré ou un sous-bois plus épais.

Comportement traits de caractère

Cet oiseau extrêmement timide adopte un mode de vie terrestre. Le Grand tinamou est un solitaire qu'on ne rencontre vraiment que très occasionnellement. Il évite qu'on le repère en marchant silencieusement et en s'éloignant un peu à la manière d'un individu qui s'éclipse sur la pointe des pieds. Toutefois, s'il est dérangé, il peut s'envoler en poussant un sifflement ou un grondement ainsi qu'en battant nerveusement des ailes pour s'enfuir. Le Grand tinamou parcourt alors de très brèves distances et atterrit bruyamment dans la végétation à un endroit guère éloigné de son point de départ. Cet oiseau est très prudent dans les régions où il est chassé. Il est par contre extrêmement familier dans les lieux où la cohabitation avec les humains n'est pas conflictuelle. Le Grand tinamou se repose sur une branche ou une plante grimpante située à une hauteur assez modeste au-dessus du sol.

Alimentation mode et régime

Les Grands tinamous sont majoritairement végétariens. Ils consomment des baies, des fruits et des graines qui proviennent d'arbres de la famille des sapotacées, des myrtacées, des annonacées et des lauracées. Ils ingurgitent également des noix et des petits animaux terrestres tels que les vers de terre, les insectes, les araignées mais aussi les petits lézards et les grenouilles. Les Grands tinamous se nourrissent en déambulant sur le plancher des forêts.

Reproduction nidification

Le Grand tinamou niche la plupart du temps en janvier et juillet. Au Surinam, on peut trouver des nids en septembre et la reproduction peut même se dérouler à tous les mois de l'année.
Le nid est un grattage au sol, formant une dépression peu profonde entre les racines maîtresses d'un grand arbre. La ponte comprend entre 2 et 12 œufs (plus habituellement 3 à 6). Ils sont brillants, bleu verdâtre intense, turquoise ou violet, ayant l'aspect de la porcelaine. La durée d'incubation et le soin parental ne sont pas connus.

Distribution

Les Grands tinamous sont originaires de l'Amérique Centrale et du nord-ouest du continent sud-américain. Leur aire de distribution s'étend du sud-est du Mexique jusqu'au nord-est du Brésil en passant la Colombie, le Venezuela, les Guyanes et l'Équateur. Sur ce vaste territoire, 12 sous-espèces sont officiellement reconnues : T. m. robustus (sud-est du Mexique, Guatemala et Honduras) - T. m. percautus (sud-est du Mexique, nord du Guatemala, Belize) - T. m. fuscipennis (du nord du Costa Rica jusqu'à l'ouest du Panama) - T. m. castaneiceps (sud-ouest du Costa Rica, ouest du Panama) - T. m. brunneiventris (sud-centre du Panama) - T. m. saturatus (est du Panama, nord-ouest de la Colombie) - T. m. latifrons (sud-ouest de la Colombie, ouest de l'Équateur) - T. m. zuliensis (nord-est de la Colombie, nord du Venezuela) - T. m. peruvianus (sud-est de la Colombie, est de l'Équateur jusqu'au nord-est de la Bolivie et l'extrême ouest du Brésil) - T. m. serratus (nord-ouest du Brésil) - T. m. major, la race nominale, (Est-Venezuela jusqu'au nord-est du Brésil) - T. m. olivascens (Amazonie).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, l'espèce n'est pas globalement menacée. Elle est même considérée comme commune ou localement commune sur la grande majorité de son aire, là où la forêt est relativement intacte. Cet oiseau est très apprécié pour sa chair, il subit donc une grande pression de la part des chasseurs, aussi bien par les traditionnels autochtones que par les nouveaux occupants. Du coup, il est devenu assez rare à proximité des habitations humaines.
La chasse n'est cependant pas la menace principale. La déforestation et la dégradation de l'habitat constituent en effet un danger encore plus important, surtout en Amazonie. Heureusement, ses mœurs extrêmement furtives, et son habilité à passer inaperçu, lui sont grandement utiles et lui ont permis de survivre dans des zones où la plupart des autres espèces auraient été exterminées.
Les Grands tinamous sont assez rares dans le nord de leur aire, et particulièrement au Mexique.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 04/05/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net