Grimpar des cabosses

Xiphorhynchus guttatus - Buff-throated Woodcreeper

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Furnariidés

  • Genre
    :

    Xiphorhynchus

  • Espèce
    :

    guttatus

Descripteur

(Lichtenstein, MHK, 1820)

Biométrie
  • Taille
    : 30 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 45 à 75 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les Grimpars des cabosses sont des oiseaux au corps massif avec un long bec légèrement recourbé vers le bas.
Chez la race nominale, le côté de la tête est brun foncé, avec de fines stries chamois clair. Le capuchon et la nuque sont brun sombre, chaque plume du front a une pointe noire et une petite tache chamois qui se transforme en grosse goutte sur la calotte. Il y a une épaisse strie sur la nuque. Le dos et les ailes sont brun-olive rougeâtre avec des bordures noires qui se développent jusqu'à la partie médiane du dos. Le bas du dos et le croupion sont roux-cannelle, les rémiges sont d'un roux plus foncé. Il y des extrémités fuligineuses sur les primaires externes. La queue est châtain-roux, la gorge est chamois sans marques excepté sur le menton.
Les parties inférieures sont brun-rougeâtre, plus roussâtres sur les sous-caudales. Il y a des stries chamoisées sur la poitrine et sur les flancs, s'amincissant sur le ventre et disparaissant sur les sous-caudales. Les couvertures sous-alaires varient du roux-cannelle à l'ocre chamoisé.
Les iris et le bec sont brun foncé. Le culmen est pâle, la mandibule inférieure encore plus pâle. Les pattes et les pieds revêtent une teinte bleu clair à gris foncé.
Les Grimpars des cabosses se distinguent des autres grimpars du genre Xylopharhynchus par leur grande taille, leur corps massif et leur bec puissant. Le Grimpar géant est bien plus strié sur le dessus et légèrement plus barré sur le ventre.
La femelle est un peu plus petite que le mâle, les juvéniles ont un bec plus bref et plus noir que les adultes, un ventre plus roux avec avec des liserés plus sombres sur le bas de la gorge. Les différentes races diffèrent surtout par la couleur du bec, la couleur du plumage et l'agencement des ornements.

Indications subspécifiques 8 Sous-espèces

  • Xiphorhynchus guttatus guttatus (Amazonia, e Brazil)
  • Xiphorhynchus guttatus polystictus (e Colombia, Venezuela, the Guianas and extreme n Brazil)
  • Xiphorhynchus guttatus connectens (ne Brazil n of the Amazon)
  • Xiphorhynchus guttatus guttatoides (se Colombia and s Venezuela to e Ecuador, e Peru, n Bolivia and w Brazil)
  • Xiphorhynchus guttatus vicinalis (nc Brazil s of the Amazon)
  • Xiphorhynchus guttatus gracilirostris (Ceará. e Brazil.)
  • Xiphorhynchus guttatus dorbignyanus (n and e Bolivia to c Brazil)
  • Xiphorhynchus guttatus eytoni (ne Brazil s of the Amazon)

Noms étrangers

  • Buff-throated Woodcreeper,
  • Trepatroncos Pegón,
  • Arapaçu-de-garganta-amarela,
  • Tropfenstirnbaumsteiger,
  • cseppfoltos fahágó,
  • Желтогорлый мечеклювый древолаз,
  • 黄喉鴷雀,
  • Geelkeelmuisspecht,
  • Rampicatore golacamoscio,
  • Gulstrupig trädklättrare,
  • Kremstrupetreløper,
  • mieczonos płowy,
  • klzáčik plavohrdlý,
  • klouzálek plavohrdlý,
  • Gulstrubet Trækryber,
  • säämiskäkurkkukipuaja,
  • ,
  • キノドオニキバシリ,

Voix chant et cris

Grimpar des cabosses
adulte

À la période nuptiale, le Grimpar des cabosses est plus expressif que la plupart de ses congénères. Il chante pendant de longues périodes à l'aube et au crépuscule, il est plus discret à la mi-journée.
Le chant est souvent délivré à partir d'un endroit dissimulé à une grande hauteur dans la canopée, pas très loin d'une lisière. C'est une série de sifflements mélancoliques qui dure 3 ou 4 secondes. Ces notes restent stables, montent ou descendent en volume et en tempo, ce qui donne la phrase suivante : "tep, tep, tep teep-twee-tweep-tweep-tweep-teep-teep-tee-tee-toe-toe-toe".
Les couples gardent le contact en appelant par intermittence. Les cris varient également géographiquement et forment habituellement 3 à 6 sifflements puissants "wheeyer, wheep-wheep-wheep-wheep-whip". Une partie de leur répertoire est équivalent à celui du Grimpar cacao (Xylopharhynchus susurrans).

Habitat

Les Grimpars des cabosses fréquentent principalement les forêts humides à larges feuilles permanentes mais leur préférence change assez sensiblement selon les milieux géographiques. Sur la côte orientale du Brésil, ils sont restreints aux forêts de plaine alors que les populations du nord et du sud de l'aire de distribution sont moins dépendantes des lieux humides. Ces dernières occupent les galeries d'arbres à feuillages semi-caduques, les boisements implantés sur les berges sableuses et les zones marécageuses dominées par les palmiers pinot (Euterpe oleracea).
Ces oiseaux arboricoles sont également visibles dans les bouquets isolés au milieu des savanes, dans des zones de Cerrado et dans les mangroves qui ont atteint la maturité.
En Amazonie, ils optent indifféremment pour les parcelles de terre ferme ou pour celles qui sont saisonnièrement envahies par les eaux. Certaines races sont liées fortement aux endroits arides, d'autres, comme la sous-espèce guttatoides de Colombie ou du Sud-Venezuela préfèrent les varzéas et les igapos qui restent marécageuses même après le retrait des eaux.
Dans la plupart de régions, les Grimpars des cabosses vivent du niveau de la mer à 800 mètres d'altitude. En Bolivie, ils grimpent jusqu'à 1 100 m et au Sud-Venezuela jusqu'à 1200 m.

Comportement traits de caractère

Les Grimpars des cabosses recherchent leur nourriture en solitaire, parfois en couples et rarement en trio à la poursuite des essaims de fourmis. Ils se joignent à d'autres espèces qui fréquentent l'étage moyen de la végétation. En Amazonie, cette pratique ou cette stratégie intervient entre 19 et 65% des cas. Les oiseaux dont la compagnie est préférée sont généralement les bataras du genre Thamnomanes ou Pygiptila. Leur tactique consiste à suivre les essaims guerriers mais en tant que "professionnels", ils investissent rarement les fourmilières. Ils inspectent les troncs et les branches jusqu'à une hauteur de 21 mètres et ils capturent leurs victimes en glanant et en picorant dans près de la moitié des cas.
Ils farfouillent dans les amas de feuilles avec leur bec et ils sélectionnent habituellement les végétaux qui sont plus larges que ceux des autres espèces. La compétition avec les concurrents intervient surtout dans la zone proche du sol. Ils sont souvent obligés de subir la supériorité des bulbuls ou des grimpars de plus grande taille. Ils sont agressifs et ils entrent également en conflit avec les Pics à chevron d'or (Melanerpes cruentatus) ou les Pics mordorés (Celeus elegans), de même qu'avec les tanagras et certains furnariidés. Ils ont un menu commun avec les grimpars du genre Xylopharhynchus, si bien qu'une certaine complicité s'établit avec ces espèces qui se restaurent à proximité.

Alimentation mode et régime

Le Grimpar des cabosses a un menu qui est principalement insectivore. En plus des arthropodes, il consomme aussi des petits animaux à squelette. La poche stomacale contient surtout des coléoptères, des fourmis, des sauterelles, des araignées, des scorpions, des punaises, des cigales, des blattes, des mille-pattes et des iules. Éventuellement, le menu est complété avec des petits crabes, des grenouilles, et des lézards. Les proies ont une taille assez modeste et ne dépassent pas en général les 15 millimètres, spécialement en ce qui concerne les oisillons. Toutefois, certains items peuvent mesurer exceptionnellement entre 20 et 60 mm de longueur. Dans les milieux qui ont un épais tapis de feuilles, ils sélectionnent en priorité les sauterelles et les criquets et évitent autant que possible les hannetons et dans une moindre mesure les araignées. Le menu est bien plus varié que celui de nombreux autres grimpars comme les Grimpars cacao (Xylopharhynchus susurrans).

Reproduction nidification

En Guyane Française, les Grimpars des cabosses nichent de mars à juin. Au Guyana, ils pondent en mars, au Suriname en juillet. Les couples sont en condition pour se reproduire de janvier à juillet au Sud-Venezuela, au Nord-Brésil et dans les Guyanes, en février dans le sud de l'Amazone et début octobre dans le nord de la Bolivie qui est le point le plus méridional de l'aire. En Amazonie, les oisillons sont visibles à partir d'octobre jusqu'à la nouvelle année et même jusqu'à février.
Le nid est habituellement placé dans la cavité naturelle d'un arbre mort. Parfois, ce grimpar utilise un ancien trou de pic entre 7 et 8 mètres au-dessus du sol. La ponte contient 1 à 3 œufs de couleur blanche qui mesurent environ 27 mm sur 22. Les juvéniles accompagnent les parents dans leur quête de nourriture et suivent les essaims de fourmis tant qu'ils sont dépendants.

Distribution

Les Grimpars des cabosses vivent dans la partie Nord du continent sud-américain. Leur territoire, qui s'étend sur plus d'un million de kilomètres carrés, s'étale de la rive droite de l'Orénoque et du pied des Andes, jusqu'à la côte atlantique et le centre de la Bolivie. 8 races sont officiellement reconnues.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Grimpars des cabosses ont une taxonomie assez complexe. D'une part, ils formaient autrefois une espèce commune avec les Grimpars cacao, d'autre part, certaines de ses sous-espèces (vicinalis, gracilirostris, guttatoides, dorbignyanus, eytoni) sont désormais classées comme des espèces à part entière, si bien que cet oiseau pluritypique ne possédera plus que 3 races avérées dans un avenir proche.
Les Grimpars des cabosses sont assez communs dans les plaines. Leur densité récente est estimée à 27,5 couples par 100 hectares, un peu moins dans les habitats modifiés (22,5). Dans les terres envahies provisoirement par les inondations, les densités sont estimés entre 9 et 21 couples pour 100 ha. Les Grimpars des cabosses sont néanmoins dépendants d'un habitat pas trop endommagé. Les autorités sont donc soucieuses du maintien et du bon état de conservation de son habitat. Les populations qui bordent l'océan Atlantique sont regardées avec une attention soutenue ou avec beaucoup de prudence.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 21/12/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net