Héron agami

Agamia agami - Agami Heron

Systématique
  • Ordre
    :

    Pélécaniformes

  • Famille
    :

    Ardéidés

  • Genre
    :

    Agamia

  • Espèce
    :

    agami

Descripteur

Gmelin, JF, 1789

Biométrie
  • Taille
    : 76 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 580 g
Distribution

Distribution

Description identification

En toutes les saisons, le héron agami a un dessus vert-bouteille, des parties inférieures châtain bordées de blanc sur la gorge et sur le cou. Sur la partie basse du cou, le haut de la poitrine et le dos, il y a un apport de gris pâle ou de gris-ardoise qui est plus ou moins important selon le degré de développement du plumage nuptial. La face et le capuchon sont noirs. Pendant la période de reproduction, en arrière de la tête, on peut apercevoir une longue crête formée de plumes blanc bleuâtre longues comme des rubans. Le bas du dos porte également de longues et larges plumes bleu-ardoise. L'interminable bec a la forme d'une rapière. Il mesure parfois jusqu'à 16 cm, ce qui représente approximativement un cinquième de la longueur du corps. La partie supérieure des pattes est étonnamment courte par rapport à la partie inférieure, donnant l'impression que cet oiseau a des "genoux" haut placés. Le cou paraît très long. Cette impression est sous doute exagérée par la touffe de longue plumes hirsutes grises qui orne la base.
Au Panama, les iris sont brun rougeâtre clair, les lores sont vert jaunâtre. Le bec est bleu pâle avec une pointe et un culmen noirs. Les pattes sont jaunes avec des griffes noires. Ailleurs, les iris sont décrits comme orange. Les lores sont jaune pâle, les bec est surtout jaunâtre avec un culmen sombre. Les pattes sont vert-olive. Une telle différence est due vraisemblablement à des variations saisonnières. Les sexes sont identiques, mais au Panama, les femelles sont inférieures en taille de 10% à leur partenaire. Les immatures ont un dessus brun terne. Ils sont plus noirs sur le capuchon et sur le manteau. Leurs parties inférieures blanchâtres sont striées de noir et de chamois sur le bas de la poitrine.
L'agami ne peut être confondu. Il se différencie immédiatement des autres hérons, par son bec et son cou longs ainsi que par son ventre châtain.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Agami Heron,
  • Garza Agamí,
  • Garca-beija-flor,
  • Speerreiher,
  • agami,
  • Agamireiger,
  • Airone agami,
  • Agamihäger,
  • Sverdhegre,
  • agámia pestrá,
  • volavka agami,
  • Agamihejre,
  • keihäshaikara,
  • martinet agamí,
  • czapla zielonoskrzydła,
  • Агами,
  • アカハラサギ,
  • 栗腹鹭,
  • 栗腹鷺,

Voix chant et cris

Le héron agami ou onoré agami est un oiseau assez silencieux. Pourtant quand il est en groupe, il peut émettre des cliquetis, des ronflements ou des grognements assez semblables à ceux des porcs. Il produit également des "koo-koo-koo" de faible intensité. On peut entendre des "krurr" assez bas.

Habitat

Le héron agami est une espèce presque exclusivement aquatique. Son habitat préféré est constitué par les lisières des mares et des flaques d'eau. On le trouve également le long des berges des petits cours d'eau dans les forêts tropicales denses. Très rare en zone ouverte, il s'aventure néanmoins en bordure des forêts si la végétation est assez épaisse pour le cacher. De manière générale, cet oiseau privilégie surtout les terres basses jusqu'à 300 m, même si dans la cordillère est des Andes, on peut le trouver jusqu'à 2500 m, aux abords de lacs de montagne.

Comportement traits de caractère

Le héron agami est un espèce discrète, assez difficile à observer en raison de son habitat. Pendant la plupart des mois de l'année, il vit en solitaire. Toutefois, en période de reproduction, il devient grégaire, se rassemblant habituellement en assez petits groupes mais se mélangeant avec d'autres espèces. Exceptionnellement, il peut se réunir en très grands groupes : dans la réserve naturelle du marais de Kaw, en Guyane française, plusieurs centaines de couples se réunissent dans ce qui constitue le plus rassemblement de hérons agami.

Bien peu d'observations ont été faites sur les techniques de chasse du héron agami. On sait toutefois qu'il marche lentement dans l'eau peu profonde en bordure d'un lac ou d'un cours d'eau. Il lui arrive également de se jeter sur une proie à partir d'une berge basse. Il chasse aussi à partir d'un perchoir, restant immobile, adoptant une position accroupie et attendant qu'une proie passe à sa portée.Son très long bec peut parfois être utilisé comme un harpon et il ressemble alors à un anhinga. Lorsqu'il est perturbé, presque invariablement il s'envole dans un arbre. Mais avant ou après cet envol, il se livre à des hochements de tête, il étire et entortille son cou qui est généralement bien rentré. Il accompagne ces actions par des mouvements de queue et par des cris bas.

Alimentation mode et régime

Les hérons agami se nourrissent principalement de poissons, en particulier les cichlidés du genre Aequidens. Au Pérou, ils. consomment également des poissons, les characins du genre Triportheus et Astyanax, paraissant les plus nombreux. Ils complètent leur menu avec des amphibiens, des petits lézards et des escargots.

Reproduction nidification

On ne connaît pratiquement rien sur les parades de cet oiseau. Au Vénézuela, la nidification se déroule de juin à septembre pendant les fortes pluies. A Trinidad, elle a lieu approximativement à la même époque si l'on tient compte d'un nid trouvé le 18 juin. Les hérons agami nichent apparemment en petites colonies dans lesquelles figurent également d'autres espèces de hérons et des ibis. Ces dernières regroupent parfois jusqu'à une douzaine d'oiseaux. Le nid est une structure de branches et de brindilles avec une coupe assez profonde. Il est souvent placé dans une mangrove ou dans un arbre situé juste au-dessus de l'eau. Il peut également se trouver dans un buisson ou un arbuste jusqu'à 3 mètres au-dessus du sol. La ponte comprend habituellement 2 à 4 oeufs, de couleur bleu verdâtre. Leur dimension moyenne est de 50 mm sur 35. Les petits sont nidicoles et leur séjour au nid est assez long. Dans l'exemple d'un nid trouvé au Vénézuela, les jeunes portaient un duvet en juillet. Ils commençaient à grimper dans les buissons en août, avaient acquis la totalité de leur plumage en septembre et avaient pris leur envol le 23 septembre.

Distribution

Le héron agami occupe une grande partie de l'Amérique Centrale et de l'Amérique du Sud. Son aire de répartition s'étend de l'est du Mexique jusqu'au nord et à l'est de la Bolivie. Au Brésil, il est également présent en Amazonie sur le cours supérieur des rivières qui descendent du Mato Grosso. En Amérique Centrale, ce héron est vraiment très répandu au Panama. En Amérique du Sud, ses populations sont souvent clairsemées, excepté dans l'ouest du Brésil, le long du Rio Juruà où elles sont présentes pendant tous les mois de l'année.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Cette espèce a souvent été considérée comme rare ou menacée. Son extrême discrétion, sa nature craintive, la difficulté d'accès de son habitat sont sans doute à l'origine de cette erreur. Les concentrations parfois importantes qui ont lieu pendant la reproduction prouvent que cette espèce peut être très commune. Elle est d'ailleurs classée par l'IUCN comme ne posant pas de problème particulier. Le nom "agami" est un mot d'origine guyanaise. Il est également utilisé pour une autre espèce, l'Agami trompette (Psophia crepitans). Apparemment, dans le langage de Cayenne, il désigne un grand oiseau de couleur sombre.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 29/12/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net