Hirondelle bleu et blanc

Notiochelidon cyanoleuca - Blue-and-white Swallow

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Hirundinidés

  • Genre
    :

    Notiochelidon

  • Espèce
    :

    cyanoleuca

Descripteur

Vieillot, 1817

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 9 à 13 g
Distribution

Distribution

Description identification

C'est une petite hirondelle. Le front, le capuchon, les côtés de la tête, le cou, les scapulaires, le manteau, le dos, le croupion et les sus-caudales sont bleu métallique brillant. Les plumes du manteau sont tachées de blanc ou de gris pâle. Les couvertures auriculaires et les lores sont bleu pâle. Les petites et les moyennes couvertures sont noires avec des bordures bleu métallique. Les grandes couvertures ont des bordures moins évidentes. Les parties inférieures sont blanches avec un net lavis gris fumeux sur les côtés de la poitrine et sur les flancs. Les côtés les plus externes de la poitrine sont noir brillant. On peut souvent apercevoir quelques taches sombres le long du centre de la poitrine formant une sorte de collier. Les sous-caudales sont noires avec des bordures bleu métallique. Les plumes du dessous des ailes et des axillaires sont gris fuligineux avec quelques étroites pointes blanches. Les primaires, les secondaires et la queue sont noir grisâtre. La queue est modérément fourchue.
Le bec est noir, les yeux bruns. Les pattes et les pieds sont brun noirâtre. Les sexes sont identiques. Les juvéniles ont un dessus plus gris-brun que bleu. Le capuchon et le dos sont brun fuligineux avec un léger lustre sur le manteau. Les ailes et la queue sont brun noirâtre, le menton et la gorge sont blancs avec une nuance chamois. La poitrine et l'abdomen sont blancs contrastant avec les sous-caudales qui sont brun pâle. Les plumes du croupion ont de très fines pointes pâles. La queue est moins fourchue que chez les adultes.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Notiochelidon cyanoleuca cyanoleuca (Costa Rica through n and c South America)
  • Notiochelidon cyanoleuca peruviana (w Peru)
  • Notiochelidon cyanoleuca patagonica (s South America)

Noms étrangers

  • Blue-and-white Swallow,
  • Golondrina Barranquera,
  • Andorinha-pequena-de-casa,
  • Schwarzsteißschwalbe,
  • kék-fehér fecske,
  • Blauwwitte Zwaluw,
  • Rondine biancoblu,
  • Blåvit svala,
  • Cyansvale,
  • lastovička sídelná,
  • vlaštovka modrobílá,
  • Azursvale,
  • teräspääsky,
  • oreneta blava i blanca,
  • jaskółeczka niebiesko-biała,
  • Патагонская ласточка,
  • アイイロツバメ,
  • 蓝白南美燕,
  • 藍白南燕,

Voix chant et cris

Le chant est un trille faible, monotone et répété à de multiples reprises. D'après Hilty, les oiseaux du Venezuela émettent une série de cris stridents ou de bourdonnements enchevêtrés. Les oiseaux de la race patagonica délivrent un "trip" bref. On peut également entendre un cri d'alarme rude. Comme cri de contact, les couples produisent une sorte de pépiement d'une ou de deux syllabes, en particulier quand ils se passent le relai au nid.

Habitat

Sur l'ensemble de leur territoire, les hirondelles bleues-et-blanches nichent souvent dans les villes et les villages, sur les terres agricoles et à l'intérieur des clairières de forêt. Dans la partie nord de leur aire, ces oiseaux fréquentent les régions montagneuses de la zone tropicale et tempérée jusqu'à 4 000 mètres d'altitude. En Amérique Centrale, on les trouve uniquement dans les zones subtropicales. Plus au sud, les hirondelles bleues-et-blanches occupent les régions basses telles que les pampas argentines. En Terre de Feu, elles peuvent être observées dans les zones non boisées du nord de la région. La race peruviana préfère habituellement les habitats de plaine.

Comportement traits de caractère

Par beau temps, les hirondelles bleues-et-blanches recherchent généralement leur nourriture au-dessus des contrées ouvertes et aux abords des arbres, à une hauteur qui varie de 3 à 15 mètres au-dessus du sol. Mais, par temps nuageux ou humide, elles prospectent plus fréquemment au-dessus des étendues d'eau. La plupart du temps, leur vol est constitué de zigzags dans toutes les directions. Les battements d'ailes nombreux alternent avec des périodes de plané qui durent près de 25% du temps, un peu plus par temps pluvieux. Les hirondelles bleues-et-blanches s'alimentent à faible distance des troupeaux, capturant les insectes qu'ils dérangent. Ils chassent seuls ou en petits groupes lâches.
Là où les populations sont sédentaires, le mâle et la femelle restent ensemble toute l'année. Les couples ont un instinct territorial très prononcé dans la zone de proximité du nid. Ils poursuivent et chassent énergiquement tous ceux qui s'en approchent. Les hirondelles bleues-et-blanches nichent en couples isolés ou en groupes lâches selon la disponibilité des sites de nidification. Après la reproduction, les migrants peuvent former des rassemblements contenant des dizaines ou des centaines d'individus.

Alimentation mode et régime

Dans les Andes du Venezuela, les hirondelles adultes consomment principalement des hyménoptères qui constituent plus de 70% du menu. Les fourmis volantes et les espèces parasites forment une part essentielle, mais les mouches sont aussi très importantes (plus de 37% en dehors de la saison de reproduction). Quelques coléoptères, des hétéroptères qui se nourrissent sur les plantes, des papillons de nuit sont également ingurgités. Les oisillons mangent une grande variété de proies, des mouches (27%), des fourmis ailées (21%), des coléoptères (11%) et aussi des mayflies (15%). Les parents apportent également des termites, des papillons et des hyménoptères. Le menu est beaucoup plus varié que celui des adultes.

Reproduction nidification

Dans les zones tropicales, ces oiseaux nichent à la fin de la saison sèche ou au début de la saison humide. L'activité atteint son paroxysme au moment des précipitations. La saison de nidification intervient donc de janvier à juin-juillet. Dans le sud-est, on a cependant répertorié 3 périodes de pic : septembre-décembre, février-avril et juin jusqu'au début du mois d'août. Dans les parties tempérées de l'Amérique du Sud, les hirondelles bleues-et-blanches se reproduisent habituellement entre octobre et février pendant l'été austral. Cependant au Chili et en Bolivie, les saisons se déroulent respectivement en septembre-décembre et octobre-mars. Deux nichées peuvent être menées à terme. Au Chili, deux couvées sont régulières sauf à haute altitude.
Le nid est un coussin d'herbes sèches et de plumes placé à la fin d'un terrier ou dans une crevasse. Presque toutes les cavités sont considérées comme acceptables : vieux trou dans un arbre, terrier abandonné, crevasse dans une berge, fossé, dune de sable, remblai de route, fissure dans une falaise ou entre les rochers, cavité de mur, de pont, puits, avant-toit de maison, toit de chaume. Les structures artificielles sont fréquemment utilisées hormis chez les oiseaux de la race patagonica qui se servent en priorité des galeries creusées dans les terriers de chinchillas par les geosittes mineuses. Les 2 parents construisent le nid.
La taille de la ponte varie selon les régions, 5 à 6 œufs en Argentine, 3 à 6 œufs au Chili, 2 à 4 œufs au Costa Rica et en Colombie, 2 ou 3 œufs au Venezuela. Les œufs sont blancs, mesurent 17 millimètres sur 12 et pèsent moins d'un gramme et demi. Il y a parfois un jour de délai entre la ponte de chaque œuf. Les deux parents se relaient pour couver pendant une période d'environ 15 jours. Ils ravitaillent les oisillons toutes les vingt minutes. Ceux-ci restent au nid pendant 26 jours. Après l'envol, les petits reviennent pour se reposer au nid où les parents continuent à les nourrir pendant plusieurs jours.

Distribution

Les hirondelles bleues-et blanches sont originaires d'Amérique Centrale et d'Amérique du Sud, du Costa Rica jusqu'à la Terre de Feu. 3 races sont officiellemnt reconnues : la race nominale cyanoleuca vit ans les collines du Costa Rica, l'ouest de Panama, la Colombie, le Venezuela, Trinidad, le Guyana, l'Equateur, le Pérou, la Bolivie, le sud et l'est du Brésil, du Mato Grosso, de l'est du Para, du Piaui et de Pernambuco jusqu'au nord-ouest de l'Argentine (Tucumàn), le Paraguay et l'Uruguay. La race peruviana est restreinte à la côte du Pérou du département de Libertad à celui d'Arequipa. La race patagonica niche des provinces centrales du Chili et du centre de l'Argentine (La Rioja, Cordoba) jusqu'à la Terre de Feu.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le statut est différent selon les régions. La race peruviana est commune sur la côte péruvienne et jusqu'à 2 500 mètres. Elle est même abondante à l'intérieur de Lima. La race patagonica est répandue jusqu'à 4 000 m d'altitude. La race nominale est commune sur le plateau central du Costa Rica et dans les montagnes avoisinantes, elle est aussi courante à Panama, en Colombie, au Venezuela et dans les villes. Par contre, elle est en déclin dans la région de Santa Fé, après l'extinction des chinchillas dont elle utilisait les terriers.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 31/07/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net