Hocco de Salvin

Mitu salvini - Salvin's Curassow

Systématique
  • Ordre
    :

    Galliformes

  • Famille
    :

    Cracidés

  • Genre
    :

    Mitu

  • Espèce
    :

    salvini

Descripteur

Reinhardt, 1879

Biométrie
  • Taille
    : 89 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Chez ce gallinacé de grande taille, l'abdomen, les sous-caudales ainsi que l'extrémité de la queue sont blancs, formant chez cette dernière une large bande claire très caractéristique. Le reste du plumage est noir, avec un net lustre bleu foncé sur la crête, les épaules, les couvertures alaires, le dessus des rectrices et la partie supérieure de la poitrine. Le tuyau des plumes des ailes, le dos et le reste du dessous sont moins irisés. Le cou et la tête (excepté la huppe) sont recouverts de plumes qui ont un aspect pelucheux, velouté et semblent plus ternes. Les plumes qui recouvrent le corps dans les régions les plus irisées, notamment les épaules, ont une couleur noir d'encre et leurs extrémités ne sont pas brillantes. Les plumes de la huppe sont particulièrement développées, leurs pointes ont des reflets bleus qui deviennent plus visibles à leur extrémité.
Comparé au Hocco tuberculé (Mitu tuberosum), le hocco de Salvin présente un plumage moins irisé, du moins en ce qui concerne les parties inférieures. La mandibule supérieure est longue, nettement recourbé sur le dessus et très aplatie sur les côtés. Le culmen porte un bourrelet moins proéminent, ce qui présage une moins grande spécialisation que le Hocco tuberculé. Le bec et les pattes sont orange.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Salvin's Curassow,
  • Paují Culiblanco,
  • Mitu salvini,
  • Salvinhokko,
  • Salvin-mitu,
  • Salvins Mesbekpauwies,
  • Hocco di Salvin,
  • Salvins hocko,
  • Loretohokko,
  • hoko džungľový,
  • hoko Salvinův,
  • Salvins Hokko,
  • viidakkohokko,
  • hoco de Salvin,
  • czubacz białosterny,
  • Сальвинов кракс,
  • サルビンホウカンチョウ,
  • 白腹盔嘴雉,
  • 沙文氏刀嘴鳳冠雉,

Voix chant et cris

Le hocco de Salvin possède un répertoire vocal très développé. Son cri d'alarme est un "piiou piiou" qui est répété tant que dure la perturbation. Son cri d'attaque ou de dissuasion est un "goorh goorh" qu'il émet tout en ébouriffant ses plumes de crête et en déployant ses ailes. Il peut produire également des "coh coh" assez semblables à ceux d'un poussin qui exprime sa satisfaction. Pendant la saison de nidification le hocco de Salvin lance des mugissements profonds, des "coohgh coooohgh" qu'il produit tout en se penchant sur une branche.

Habitat

Les hoccos de Salvin fréquentent les forêts de "terra firme". Ils évitent généralement les parcelles qui sont envahies par les inondations. On les trouve habituellement dans les peuplements primaires de grands arbres dont le sous-bois est plat ou légèrement accidenté. Les hoccos de Salvin préfèrent les plaines mais, en Colombie, ils peuvent grimper jusqu'à 600 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

On connaît peu de choses sur le comportement des hoccos de Salvin. Leur attitude générale est assez semblable à celle des hoccos de spix ou des hoccos tuberculés avec lesquels ils forment une superespèce. Les hoccos de Salvin sont principalement des oiseaux terrestres. Ils recherchent leur nourriture sur le sol en marchant en solitaire, en couples ou en petits groupes. Au cours de la saison sèche, ils se retirent dans des petits ravins ou des vallons ombragés où les mares et les points d'eau sont encore subsistants.
Les hoccos de Salvin sont monogames. Ils établissent des liens conjugaux permanents avec leur partenaire pendant toute l'année grâce à une attitude très ritualisée. Avant l'accouplement, les mâles effectuent habituellement des parades au cours desquelles ils hérissent les plumes de la tête et du cou, courbent la tête et penchent le corps comme dans une révérence. En même temps, ils poussent des mugissements typiques qui peuvent être entendus de loin. Chez certains oiseaux captifs, des offrandes rituelles de nourriture ont également été observées.

Alimentation mode et régime

Les hoccos de Salvin, tout comme leur congénères, sont principalement végétariens. Ils consomment surtout des fruits tombés et des graines mais leur menu peut considérablement s'élargir en cas de besoin. Des feuilles et des restes d'animaux morts peuvent être également ingurgités. Dans les premières semaines, les oisillons reçoivent en priorité des insectes. De plus en plus de fruits sont introduits dans la diète au fur et à mesure qu'ils grandissent. Comme de nombreux oiseaux frugivores, les oisillons consomment également parfois leurs propres déjections.

Reproduction nidification

Une fois que le lien est établi, le couple entretient un territoire qui dure toute l'année. Chez cet oiseau, l'instinct territorial n'est pas très développé, la zone d'influence est défendue très mollement et peut même chevaucher avec celle d'un proche voisin Les nids de hoccos sont généralement de petite taille. Leur fond est souvent garni de feuilles fraîches et ils sont situés à une hauteur assez modeste sur une branche ou dans une plante grimpante.
La ponte comprend généralement 2 œufs. Parfois, elle n'en contient qu'un seul. Chez les hoccos, la période d'incubation dure de 29 à 32, voire 34 jours. La femelle couve seule, le mâle monte la garde à faible distance et peut accomplir quelques tâches si sa compagne s'absente. Si la couvée est détruite, la femelle peut produire une couvée de remplacement dans les 20 jours qui suivent. Les hoccos sont des oiseaux très productifs et peuvent réaliser 4 nichées ou plus pendant la saison.
Contrairement aux pénélopes, les hoccos ne nourrissent pas les jeunes par régurgitation. Ils leur présentent la nourriture avec le bout du bec. Le mâle peut ravitailler sa partenaire quand elle a la charge des oisillons. Les mâles sont particulièrement vigilants vis-à-vis des petits lorsqu'ils descendent à terre. Ils gardent le contact avec eux grâce à des petits cris. Les cris des mâles et des femelles sont très différents et peuvent être facilement identifiés. Pendant leur plus jeune âge, les petits ne s'éloignent guère de leurs parents mais ils sont capables de voleter jusqu'aux buissons pour y trouver refuge. Seule la femelle réchauffe les petits. Pendant la nuit, elle les abrite souvent sous ses ailes.

Distribution

Comme la plupart des autres cracidés du genre Crax ou du genre Mitu, les hoccos de Salvin sont originaires d'Amérique du Sud. Leur aire de distribution chevauche partiellement trois états : le sud de la Colombie (région semi-montagneuse de la Macarena), la partie orientale de l'Equateur et l'extrême nord-ouest du Pérou. Sur ce territoire relativement réduit l'espèce est considérée comme monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les hoccos de Salvin ne sont pas globalement menacés. Leur répartition est très inégale selon les régions. En Colombie, l'espèce n'est vraiment courante que dans le Parc National de Macarena et dans les endroits éloignés des habitations. Dans la partie amazonienne de l'Equateur, les oiseaux sont présents en petits nombres dans les zones non inondables (environ 4 oiseaux par kilomètre carré). Au Pérou, les hoccos de Salvin sont en déclin à proximité des habitations mais assez répandus dans divers autres endroits, notamment près de rivières. Les hoccos de Salvin sont chassés pour leur chair. La détérioration progressive de leur habitat a également des conséquences non négligeables sur leurs effectifs.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 03/07/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net