Buse grise - Buteo plagiatus - Grey Hawk

© www.oiseaux.net



Buse grise

Buse grise

Buteo plagiatus

((Schlegel, 1862))


Ordre : Accipitriformes

Famille : Accipitridés  ;

 

Genre : Buteo

Espèce : plagiatus

Espèce monotypique

Biométrie :

Taille : 46 cm
Envergure : -
Poids : 364 à 655 g

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Synonymes : Høgevåge (da), Grey Hawk (en), Busardo Gris (es), ミナミハイイロノスリ (ja), Grijze Buizerd (nl), myszołowik popielaty (pl), Серый канюк (ru), myšiak popolavý (sk), 灰鵟 (zh)

Identification :
Buse grise Le mâle adulte présente un dos gris cendré ou gris-ardoise foncé. Ce gris s'éclaircit sur la tête où il est recouvert de fines stries noires. Les ailes portent de vagues barres plus claires. Le croupion est pratiquement noir. Les couvertures sus-caudales affichent une couleur blanche immaculée. La queue noire terminée de gris-brun clair porte deux larges bandes blanches, celle qui se situe le plus près de la base étant incomplète. Les primaires et les secondaires sont des terminaisons blanc terne. La couleur uniformément gris clair de la tête vire au blanc sur le menton et sur la gorge. Le cou affiche de fines barres transversales pâles qui sont encore plus distinctes sur la poitrine. Les parties inférieures sont gris cendré avec de régulières et nombreuses barres transversales blanc pur. Le dessous des ailes est blanc, avec quelques rares barres en forme de zigzag sur les axillaires et les grandes couvertures. L'iris est brun foncé. La cire, les rebords de la bouche, les tarses et les pieds sont jaune-cire éclatant. Le bec et les serres sont noir bleuâtre.
Les femelles adultes ressemblent aux mâles, mais leur dessus gris-ardoise est plus sombre. Les barres des ailes sont difficilement observables, le front et la gorge sont à peine blancs. Le croupion est presque entièrement noir alors que la seconde bande caudale est plus incomplète et plus réduite. Le gris cendré prédomine sur la poitrine, les barres grises sont plus grossières en dessous. Les jeunes sub-adultes portent généralement leur plumage particulier pendant un an. Cependant, il arrive que certains individus atteignent la maturité sexuel à l'âge d'un an. Dans ce cas précis, ces oiseaux peuvent revêtir en partie la livrée grise des adultes.
Chez les juvéniles, les sexes sont identiques. Ils présentent un dessus brun sombre mêlé de chamois et de roussâtre. Les joues sont surtout blanchâtres avec quelques plumes contrastées autour de l'oeil et dans la région malaire. Les couvertures sus-caudales sont chamois avec une ponctuation brune. Le dessous est cannelle avec des raies et des taches foncées. La queue est traversée de six ou sept bandes noirâtres, l'avant-dernière étant la plus large. L'iris est brun clair, le bec noir bleuâtre à la base. La cire et les tarses sont jaune verdâtre terne. Les lores sont bleu-cobalt.

Chant : Trois variétés de cris peuvent être entendus : le premier ou cri du paon est un fort cri perçant qui sert sans doute à renforcer les liens du couple ou peut être également un cri de repérage et de localisation. Le second est un 'creeee' puissant et pénétrant, émis en priorité par la femelle mais parfois aussi dans certains cas par le mâle. Il sert à défendre le nid et le territoire. Il dure plusieurs secondes. Le troisième, dont on ignore la fonction exacte, est un cri bas comprenant de courtes notes émises à quelques secondes d'intervalles. Au cours de ce dernier cri, la buse lève la tête et le bec bien droit vers le haut à chaque vocalisation.

Habitat : Sur toute la superficie de son aire, la buse grise fréquente les forêts riveraines, les bosquets épars, les vastes étendues de forêts tropicales à feuilles caduques. Elle évite les forêts denses humides. Dans toutes les régions, elle favorise les zones ouvertes au détriment des forêts épaisses. Dans le sud-ouest des Etats-Unis par exemple, elle occupe les zones boisées parvenues à maturité le long des cours d'eau ou les prairies avoisinantes pourvues de broussailles semi-arides. Au Texas, l'espèce est traditionnellement confinée aux parcelles de peupliers ou aux alignements de saules qui bordent le cours inférieur du Rio Grande. Un telle dépendance des zones boisées est également probable en Arizona. Dans ce dernier état, la plupart des buses grises semblent apprécier une zone de transition formée par la rencontre des terres arides du sud-ouest avec les plaines herbeuses.
La buse grise niche du sud de l'Arizona jusqu'au centre du Mexique (provinces de Nayarit , Jalisco et Tamaulipas). On la trouve aussi au sud que le Honduras et le Costa Rica. Elle est aussi localement présente dans l'extrême sud du Texas. Le populations les plus nordiques sont migratrices. On distingue habituellement deux sous-espèces : Buteo plagiatus maximus et Buteo plagiatus micrus.

Comportements : Au mois d'avril, avant l'accouplement, les buses grises effectuent une danse de parade dans le ciel. Un oiseau plane habituellement à une très grande hauteur et il est rejoint par son partenaire. Tous deux grimpent alors jusqu'à 300-450 mètres, puis plongent rapidement vers le bas, leurs chemins se croisant. Ils grimpent de nouveau et, à une vitesse vertigineuse, ils plongent à la verticale jusqu'à ce qu'ils regagnent le sol. Une telle parade est réitérée au mois de mai. Selon certains observateurs anciens, les couples décrivent aussi des cercles aériens, le mâle suivant de près sa partenaire et les deux oiseaux émettant des cris flûtés.
Les buses chassent de deux façons : la plupart du temps, elles se perchent à l'intérieur du feuillage d'un arbre bien fourni, à l'affût du moindre bruit qui lui révèle la présence d'une victime. La capture s'effectue grâce à un vol rapide descendant au cours duquel il se saisit apparemment sans effort de sa proie. La seconde méthode, utilisée souvent pour attraper les rongeurs, consiste en un vol plané lent à basse altitude. Les terrains de chasse préférés de la buse grise sont les forêts de mesquites, mais les terres agricoles constituent également des endroits très recherchés.

Nidification : Peu de choses ont été écrites sur la reproduction de la buse grise. Cet oiseau bâtit un petit nid pouvant passer inaperçu, dans un arbre d'assez grande taille, à une distance généralement proche du sommet. En Arizona, la saison se déroule du 15 mars à début juillet, avec plus de la moitié des nids pendant la période qui va de la mi-avril à la fin mai. Au Mexique la saison est un peu plus longue et dure du début mars au début juillet. Les nids sont placés à une hauteur qui varie de 6 à 27 mètres, mais la plupart d'entre eux se situent en fait de 10 à 12 mètres. Les mesquites et les chênes sont les plus utilisés. Viennent ensuite les cyprès et les peupliers, mais d'autres espèces peuvent également recevoir des nids de buse grise. La taille de la ponte est assez succinte. Elle ne dépasse pas les trois oeufs, quoique deux oeufs constituent généralement la norme. Ces derniers sont blancs ou bleu pâle avec quelques taches sombres. L'incubation dure 32 jours, le séjour au nid 42 jours, soit une période d'un peu plus de deux mois pour la totalité du cycle de reproduction.

Régime : On a longtemps pensé que le régime de la buse grise était composé d'un large éventail de petits mammifères et d'oiseaux de petite et moyenne taille auxquels venaient s'ajouter quelques reptiles. Des études récentes et approfondies ont démontré que la réalité est quelque peu différente : la majorité des observateurs s'accorde en effet pour reconnaître que les reptiles et en particulier les lézards constitutent plus de 70% de sa consommation. Une première étude basée sur l'observation d'un couple de buses en Arizona montre clairement l'importance des lézards et des petits serpents dans sa diète, sa proie la plus importante étant le Scélopore de Clark, un petit lézard arboricole qui vit dans les forêts de mesquites. Les oiseaux, parmi lesquels quelques tohis des canyons (pipilo fuscus) viennent en seconde position. Quelques oisillons non identifiés et parfois quelques rongeurs viennent compléter le tableau. L'étude de 1998 de Glinsky est encore plus précise en ce qui concerne les proies capturées : les lézards (genres sceloporus, cnemidophorus et urosaurus) et les petits serpents (genre masticophis et thamnophis) représentent 80% du total. Les oiseaux, parmi lesquels on trouve des colins de Gambel, des tourterelles du genre Zenaida et des tyrannidés, forment 11% du total. Les 10% restants environ sont composés de mammifères : souris (peromyscus), rat des bois (neotoma) et lapin à queue touffue ( sylvilagus).

Protection / Menaces : Au milieu des années 80, la population des buses grises était estimée à environ 50 couples, ce qui en fait une des plus rares du continent nord-américain. La plupart d'entre eux vivaient dans d'épais bouquets de peupliers le long de cours d'eau permanents, habitat-type qui a été considérablement dégradé par le développement d'habitations. L'avenir de la buse grise dans le sud-ouest des Etats Unis dépend grandement dans l'avenir de la façon dont sera préservé son habitat.

Sources :

  • IOC World Bird List (v4.3), Gill, F and D Donsker (Eds). 2014.

 

Autres liens :
D'après Buffon : La Buse.
Iucn
Birdlife
Avibase


Fiche créée le 21/07/2007 par Daniel LE-DANTEC


Mis à jour le 30/10/2014 04:37:41 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Print version - 2014/11/24 09:01:35 :