Grive schistacée - Geokichla schistacea - Slaty-backed Thrush

© www.oiseaux.net



Grive schistacée

Geokichla schistacea

(Meyer, AB, 1884)


Ordre : Passériformes

Famille : Turdidés  ;

 

Genre : Geokichla

Espèce : schistacea

Espèce monotypique

Biométrie :

Taille : 17 cm
Envergure : -
Poids : -

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : drozd bělouchý (cs), Tanimbardrossel (da), Weißohrdrossel (de), Slaty-backed Thrush (en), Zorzal Pizarroso (es), liuskekirjorastas (fi), fehérfülű földirigó (hu), Tordo dorsoardesia (it), ホオジロジツグミ (ja), Skiferryggtrost (nb), Tenimberlijster (nl), drozdaczek białouchy (pl), Белоухий земляной дрозд (ru), drozd bielosluchý (sk), Tanimbartrast (sv), 青背地鸫 (zh)

Identification :
Grive schistacée Les sexes sont pratiquement semblables. Chez l'adulte mâle, le front et le capuchon sont noirs, virant au gris sur l'arrière de la tête et la nuque. Le manteau, les scapulaires et le dos jusqu'au croupion et aux couvertures sus-caudales, sont gris foncé. La queue brun noirâtre est nuancée de gris sur les rectrices centrales et la base de toutes les rectrices externes. Les coins de la queue sont blancs. Les petites couvertures noires ont une pointe grise. Les moyennes et les grandes couvertures sont largement terminées de blanc, formant une double barre alaire. L'alule et les primaires sont noirs. Les rémiges brun noirâtre sont plus ou moins liserées de gris au niveau des primaires et des secondaires internes et de l'extrémité des tertiaires. Grive schistacée Le dessous des ailes est blanc-argent avec des bases noires au niveau des grandes couvertures.
La tête porte un large sourcil blanc qui part de la base du bec et dépasse les couvertures auriculaires. La zone qui va des lores jusqu'aux joues est noire, contrastant avec les oreillons blancs. Le menton, la gorge, les côtés du cou et la totalité de la poitrine forment une vaste ensemble noir de jais. Le reste des parties inférieures est blanc ou blanc-crème, avec de larges taches noires à mi-ventre qui deviennent encore plus importantes sur les côtés et sur les flancs. Les flancs sont lavés de gris. Le bec est noir, l'iris brun noirâtre terne ou brun-café. Les pattes et les pieds sont couleur chair pâle ou jaunâtre.
La femelle adulte présente moins de noir sur le capuchon. Les taches noires sur les parties inférieures sont également moins développées. On ne possède pas de description des juvéniles.

Chant : Son cri habituel est un 'tsee' ténu et haut perché. Son cri d'alarme est un 'zheet' assez similaire composé de notes rauques et grattantes. Le chant est une série assez mélodieuse de 7 à 8 notes sifflées, répétées à intervalles réguliers. La première note est plus longue, plus étirée et plus montante que le reste. On peut également entendre une série musicale de courtes phrases sifflées qui montent et qui descendent : 'duuuu-weet....tu....yoo'. Les grives schistacées chantent à terre, ou de l'étage moyen des grands arbres, mais on peut rarement les observer dans cet exercice.

Habitat : Les grives schistacées fréquentent les forêts primaires de plaine et les forêts secondaires, marquant une nette préférence pour les zones boisées denses de feuillues situées le long des cours d'eau. Leur implantation semble menacée par la destruction de leur habitat due principalement à l'abattage industriel et commercial. Elles semblent cependant s'adapter à ces contraintes et ont été récemment observées dans des forêts perturbées au voisinage de zones cultivées. Ces petites grives au plumage attractif sont endémiques des îles Tanimbar, qui se situent au sud des Molluques, dans la mer de Banda, à mi chemin entre Darwin, en Australie, et la presqu'île de Vogelkop, en Nouvelle-Guinée. Ce sont des oiseaux sédentaires.

Comportements : Comme la plupart des grives terrestres du genre Zoothera, c'est un oiseau timide, qui aime bien se dissimuler à divers étages de la végétation, du sol et des sous-bois jusqu'à mi-étage de la canopée. Il peut, de ce fait, passer facilement inaperçu. Le meilleur moment pour l'observer se situe sans doute pendant la saison humide lorsqu'il se met à chanter. On connaît peu de choses sur ses moeurs et ses habitudes. Il vit en solitaire ou en couples, parfois également en petits groupes familiaux. C'est au cours de la saison des pluies qu'il est le plus actif et le plus visible. Durant cette période, il consacre la plus grande partie de son temps à la recherche de nourriture sur le plancher des forêts ou dans le bas-niveau des sous-bois. Cependant, il n'est pas aussi terrestre que les autres grives de la région et, notamment quand il est chassé du sol par une alarme quelconque, on le retrouve fort volontiers à une hauteur respectable dans les feuillages et dans la subcanopée des grands arbres.

Nidification : Compte tenu du caractère très furtif de cette espèce, on ne possède aucun renseignement sur ses moeurs reproductives. Rappelons toutefois que les autres grives du genre Zoothera nichent dans les arbres, à une hauteur comprise entre 2 et 4 mètres et qu'elles déposent dans un nid en forme de coupe une ponte qui varie de 2 à 4 oeufs.

Protection / Menaces : D'après certains observateurs, cette grive serait commune à localement commune dans les îles Yamdena et Larat, à Tanimbar, Indonésie. Cependant, considérant l'exiguité de son territoire et les perturbations qu'il subit (voir distribution), on craint que ce statut ne soit quelque peu usurpé. Principalement pour ces deux raisons, l'espèce est classée, depuis 2004, comme presque menacée.

Sources :

  • IOC World Bird List (v3.5), Gill, F and D Donsker (Eds). 2012.

 

Autres liens :
D'après Buffon : La Grive
Iucn
Birdlife
Xeno_Canto
Avibase
Hbw Alive


Fiche créée le 16/06/2007 par Daniel LE-DANTEC


Mis à jour le 20/08/2014 04:34:20 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Print version - 2014/10/25 06:13:21 :