Torquéole à collier - Arborophila torqueola - Hill Partridge

© www.oiseaux.net



Torquéole à collier

Arborophila torqueola

((Valenciennes, 1825))


Ordre : Galliformes

Famille : Phasianidés  ;

 

Genre : Arborophila

Espèce : torqueola

Sous-espèces : 5 [+] [-]
Arborophila torqueola torqueola(w Himalayas to nw Vietnam)
Arborophila torqueola millardi(w Himalayas to w Nepal)
Arborophila torqueola interstincta(s and se Assam. ne India.)
Arborophila torqueola batemani(w and nw Burma, s China)
Arborophila torqueola griseata(nw Vietnam)

Biométrie :

Taille : 30 cm
Envergure : -
Poids : 261 à 430 g

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : koroptev rudohlavá (cs), Himalayaskovhøne (da), Hügelhuhn (de), Hill Partridge (en), Arborófila Común (es), viidakkopyy (fi), Pernice di collina (it), アカガシラミヤマテッケイ (ja), Rustkronehøne (nb), Boskwartel (nl), pstropiór obrożny (pl), Perdiz-montesa-mascarada (pt), Обыкновенная кустарниковая куропатка (ru), kurička himalájska (sk), Brunkronad sånghöna (sv), 环颈山鹧鸪 (zh)

Identification :
Torquéole à collier Chez le mâle adulte, le front, le capuchon, le haut de la nuque et les couvertures auriculaires sont châtain-roux. Un étroit sourcil blanc surmonte l'oeil. Les lores, les moustaches, le trait oculaire et la gorge sont noirs. Des stries noires et blanches forment un collier qui enlace la partie basse du cou et rejoint le trait oculaire à la hauteur des couvertures auriculaires. La région malaire ainsi qu'une tache pectorale située juste au-dessous du cou sont blanches, contrastant avec la couleur noire de la gorge. La poitrine, les flancs et le haut du ventre sont gris-bleu. Les plumes des flancs ont une tache centrale blanche et une large bordure châtain. La partie centrale de l'abdomen est blanche. Les plumes de la zone anale sont chamois-brun avec des centres noirs. Le manteau, le dos, le croupion et les couvertures sus-caudales sont gris brunâtre. Les scapulaires sont identiques mais avec une large bordure châtain. Les rémiges sont grisâtres à brun doré. Les tertiaires et les couvertures sont marquées principalement de noir à l'intérieur et de roux à l'extérieur.
Les femelles présentent une coloration et des motifs totalement différents sur la tête et sur la gorge. Le capuchon et les couvertures auriculaires sont bruns à brun-olive avec des stries noires. Le menton, le sourcil et la gorge affichent une couleur chamois roussâtre striée de noir, devenant roux uni sur la partie supérieure de la poitrine. La poitrine et les flancs sont gris brunâtre avec des mouchetures et des stries blanches.
Les deux sexes ont un bec brun terne ou noirâtre, plus foncé chez les mâles. Les iris sont brun ou châtain-brun. La peau nue orbitale varie du rose défraîchi à la couleur cramoisie, étant plus éclatante chez les mâles nuptiaux.

Chant : On l'entend plus souvent en soirée et tôt le matin. Son cri territorial est un 'woooooop' puissant et lugubre qui s'entend au moins à un kilomètre. Il ressemble à un profond appel d'air provenant de la poitrine. Il dure plus d'une seconde et est répété toutes les trois secondes. Les cris émis à partir de perchoirs exposés sont repris par les oiseaux des territoires adjacents. Les couples se lancent assez souvent dans des duos. La femelle commence par une série véhémente et continue de 'kwikwikwikwikwik' auxquels se joint rapidement le mâle par une série de sifflements qui montent en crescendo.

Habitat : Les torquéoles à collier fréquentent les forêts de montagne, principalement de 1800 mètres à 3000 mètres, mais on peut les trouver aussi bas que 600 mètres et à des altitudes aussi élevées que 4000 mètres. Elles préfèrent en général les forêts de chênes, avec un mélange de lauriers et de rhododendrons. Elles s'installent prioritairement dans les sous bois denses et les ravins accidentés pourvus de petits arbres rabougris.
La torquéole à collier est endémique de l'Asie. Son aire de répartition s'étend au pied de l'Himalaya, de l'Himachal Pradesh à l'extrême nord du Myanmar, en passant par le Népal, le Sikkim, le Bhoutan et l'Arunchal Pradesh. On le trouve également en Chine, au sud-ouest du Sichouan et au nord-ouest du Yunnan, ainsi que marginalement au Vietnam. Quatre sous-espèces sous reconnues : A.T. millardi (ouest de l'Himalaya) - A.T.torqueola, la race type (Népal, Bhoutan, Arunchal Pradesh et sud-est du Tibet) - A.T. batemani (nord-est de l'Inde, nord Myanmar, Chine) - A.T. griseata (Vietnam).

Comportements : Les torquéoles à collier se déplacent habituellement en bandes de 5 à 10 individus qui se nourrissent dans la litière de feuilles qui tapissent le sous-bois des forêts denses. On les trouve plus particulièrement sur les pentes qui jouxtent les ravins ou à proximité des cours d'eau. Lorsqu'elles sont surprises, elles ont tendance à courir, mais parfois elles s'envolent avec bruit vrombissant d'ailes après une courte course. Elle se déplacent alors avec une grande précision et une grande manoeuvrabilité entre les troncs des arbres pour aller se percher sur une branche à la manière des grives du genre zoothera, ou se poser de nouveau au sol. Une fois qu'elles ont été effarouchées, elles sont très difficiles à localiser car elles déguerpissent souvent sous le couvert. Les torquéoles à collier se reposent dans les arbres, se blotissant les unes contre les autres à la manière de certains cratéropes de la famille des timaliidés.

Nidification : L'espèce est apparemment monogame. Le nid, construit par le mâle, est un grattage au sol partiellement garni ou bien rembourré de feuilles. Il est placé dans un massif de bambous à anneaux situé dans le sous-bois d'un forêt, ou dans la cavité récurée d'une berge. Il est pourvu habituellement d'un dôme en herbe légèrement ajouré. La ponte comprend 3 à 5 oeufs blancs sans taches. Les pontes exceptionnelles peuvent atteindre 9 oeufs. L'incubation dure environ 24 jours. La période de reproduction se déroule d'avril à juin ou à juillet en Inde, légèrement plus tard dans les régions où les altitudes sont plus élevées. Elle a lieu de février à mai en Chine.

Régime : Les torquéoles à collier possèdent un régime mixte. Elles consomment des graines, des racines et des baies, mais également des insectes et leurs larves ainsi que des petits escargots.

Sources :

  • IOC World Bird List (v3.5), Gill, F and D Donsker (Eds). 2012.

 

Autres liens :
Iucn
Birdlife
Xeno_Canto
Avibase
Hbw Alive


Fiche créée le 14/04/2007 par Daniel Le-Dantec


Mis à jour le 20/03/2014 04:33:17 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Print version - 2014/04/25 06:58:37 :