Jacamar à gorge blanche

Brachygalba albogularis - White-throated Jacamar

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Galbulidés

  • Genre
    :

    Brachygalba

  • Espèce
    :

    albogularis

Descripteur

von Spix, 1824

Biométrie
  • Taille
    : 16 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle, la gorge, le sourcil et les côtés de la tête sont nettement blancs. Les parties supérieures sont brun sombre ou noir terne avec des reflets bleu verdâtre. Les primaires et les rectrices sont noires. La queue est brève et a une extrémité carrée. La poitrine et le ventre sont noirs ou brun foncé avec un lustre bleu verdâtre. On peut apercevoir une longue tache châtain sur le centre de l'abdomen. Les couvertures sous-caudales affichent une teinte noirâtre.
Le bec mesure entre 4 et 5 centimètres, il est long, effilé et de couleur jaune pâle. Les iris sont bleu clair, la peau nue faciale est jaune. Les pattes et les pieds sont noirs. La femelle est semblable à son partenaire, mais la tache châtain sur le ventre est sans doute plus développée. Les immatures ne sont pas décrits.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • White-throated Jacamar,
  • Jacamará Gorgiblanco,
  • Agulha-de-garganta-branca,
  • Weißkehl-Glanzvogel,
  • Witkeelglansvogel,
  • Jacamar golabianca,
  • Vitstrupig jakamar,
  • Hvitmaskejakamar,
  • jagavec bielohrdlý,
  • leskovec bělohrdlý,
  • Hvidstrubet Jacamar,
  • valkokurkkujakamari,
  • jacamar carablanc,
  • złotopiór białogardły,
  • Белогорлая брахигальба,
  • ノドジロキリハシ,
  • 白喉鹟鴷,
  • 白喉鶲鴷,

Voix chant et cris

Le cri est un "psueet" ou un "kuweei" plaintif avec une inflexion montante. Il est répété à de nombreuses reprises. Le reste du répertoire, et notamment le chant, n'est pas connu.

Habitat

Les jacamars à gorge blanche fréquentent les lisières des forêts primaires de plaine. Ils apprécient généralement les zones de végétation continue qui bordent les rivières et en particulier les jeunes parcelles de cécropias. On les trouve souvent dans les petites îlettes qui parsèment les cours d'eau. Ils ne dédaignent par les zones de zabolo qui est un type d'habitat constitué par des plantes pionnières et dominé par les cannes flèches (gynérium) qui atteignent une hauteur de 8 à 10 mètres.

Comportement traits de caractère

Les jacamars à gorge blanche se perchent calmement sur les branches exposées qui sont situées au niveau de la canopée et qui sont souvent ombragées par de grandes feuilles. Ce poste d'observation, placé entre 1 et 17 mètres au-dessus du sol, sert presque toujours de base pour leurs expéditions et leurs sorties aériennes afin de capturer des insectes volants. Les vols de chasse sont extrêmement brefs et mesurent habituellement entre 2 et 30 mètres de distance.
Les jacamars à gorge blanche sont considérés comme sédentaires.

Alimentation mode et régime

Les jacamars à gorge blanche sont insectivores. Le détail du régime n'est pas connu mais les lépidoptères (papillons du genre Eurema ou Eunica) et les hyménoptères (guêpes) forment vraisemblablement l'essentiel du repas.

Reproduction nidification

Il n'y aucune information spécifique sur la nidification de cette espèce. Le nid est un tunnel qui est établi probablement dans une termitière ou à l'intérieur d'une berge de rivière, comme la plupart des autres membres de la famille.

Distribution

Les jacamars à gorge blanche sont originaires du nord-ouest de l'Amérique du Sud. Leur aire de distribution couvre l'est du Pérou (Loreto, Madre de dios et probablement Cajamarca), l'ouest du Brésil (Rio Solimões, Rio Javari et le cours supérieur du Rio Purus) ainsi que le nord de la Bolivie (Pando, La Paz). L'espèce est considérée comme monotypique. Elle a des liens de parenté très étroits avec les autres oiseaux du genre Brachygalba.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. On la trouve uniquement dans quelques localités éparses. Elle est considérée comme rare et son territoire semble très fragmenté en raison de ses exigences très spécialisées en matière d'habitat. Aucune menace véritable ne porte pour l'instant atteinte à cet oiseau, toutefois il est sans doute sensible à la dégradation de ses sites préférés situés le long des cours d'eau. Comme peu d'aspects de son écologie sont vraiment accessibles, de nombreuses enquêtes et un travail important sur le terrain sont vraiment nécessaires.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 29/06/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net