Jacamar à tête pâle

Brachygalba goeringi - Pale-headed Jacamar

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Galbulidés

  • Genre
    :

    Brachygalba

  • Espèce
    :

    goeringi

Descripteur

Sclater, PL Salvin, 1869

Biométrie
  • Taille
    : 18 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 16 à 18 g
Distribution

Distribution

Description identification

Jacamar à tête pâle
adulte

Chez le mâle, le capuchon et le haut du manteau sont brun cendré. Le reste des parties supérieures, la queue et les ailes sont brun sombre avec des reflets verdâtres, devenant noir bleuâtre en plumage usé. Le sourcil clair est plus brun roussâtre à l'arrière. La gorge est chamois blanchâtre, tranchant fortement avec la large bande pectorale qui est brun cendré. Les flancs sont brun sombre, il y a une large tache châtain sur le haut du ventre. Le reste du dessous est blanc.
Le bec, long, fin, mesurant environ 5 centimètres, est entièrement noir. Les iris sont brun rougeâtre, les pieds noirs.
La femelle ressemble à son partenaire mais la tache châtain sur le ventre est peut-être plus développée. Les immatures ont un bec plus bref, un capuchon gris et une nuque brun grisâtre. La gorge, le sourcil et les côtés de la tête sont plus blancs. On peut apercevoir une tache foncée sur les joues et les couvertures auriculaires. Le dessus est plus brillant avec un lustre vert plus prononcé et des liserés ferrugineux sur l'ensemble des plumes. Les plumes de la bande pectorale et des flancs affichent des terminaisons blanches ou chamois.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Pale-headed Jacamar,
  • Jacamará Acollarado,
  • Fahlnacken-Glanzvogel,
  • fehérfejű jakamár,
  • Grijskopglansvogel,
  • Jacamar testachiara,
  • Ljushuvad jakamar,
  • Blekhodejakamar,
  • jagavec bledohlavý,
  • leskovec světlehlavý,
  • Gråhovedet Jacamar,
  • punavyöjakamari,
  • jacamar de cap pàl·lid,
  • złotopiór przepasany,
  • Бледноголовая брахигальба,
  • シロガシラキリハシ,
  • 苍头鹟鴷,
  • 淡頭鶲鴷,

Voix chant et cris

Jacamar à tête pâle
adulte

Le cri est un "weet" aigu et fin, délivré en note simple ou en série. Le chant, émis à partie d'un perchoir élevé, est une longue suite de notes qui s'accélèrent et finissent par un trille "weet weet weet t'weet t'weet t'weet ti'ti'ti't't't' ". Le mâle et la femelle adultes peuvent chanter simultanément, en tournant la tête rapidement d'un côté à l'autre et en faisant vibrer leur queue de haut en bas. Les juvéniles sont généralement silencieux, ce qui ne les empêche pas parfois d'émettre des cris similaires mais de plus faible puissance.

Habitat

Les jacamars à tête pâle fréquentent les lisières des forêts à feuilles caduques. On les trouve également dans les zones boisées secondaires et dans les forêts-galeries, en particulier dans les llanos qui sont de vastes plaines herbeuses. Ces oiseaux apprécient aussi les boisements clairsemés et ouverts, les fourrés, les clairières et les savanes plus arides, ils peuvent grimper jusqu'à 1 000 mètres d'altitude mais ils vivent habituellement beaucoup plus bas.
Les jacamars à tête pâle sont originaires du nord-ouest du continent sud-américain. Leur aire de distribution couvre le nord-est de la Colombie (provinces d'Arauca et de Casamare) et le nord-ouest du Venezuela (provinces d'Aragua, de Guirico, de Barinas et d'Apure). Ils ont une parenté assez étroite avec les autres membres du genre Brachygalba. L'espèce est considérée comme monotypique, c'est à dire qu'elle n'est pas divisée en races ou en sous-espèces.

Comportement traits de caractère

Les jacamars à tête pâle se perchent presque toujours sur des hautes branches nues à partir desquelles ils ont une bonne visibilité. Ils agitent constamment leur tête de façon nerveuse, ce qui constitue leur manière la plus courante de surveiller les insectes qui passent. Quand ils ont repéré une proie, ils jaillissent promptement, effectuent de plongeons acrobatiques et reviennent souvent à leur perchoir initial pour consommer leur victime. Ces oiseaux vivent la plupart du temps en couple ou en groupes familiaux qui peuvent compter jusqu'à 6 individus ou guère plus. Parfois, ces oiseaux se regroupent et s'alignent sur la même branche pour chanter. Ils montrent une certaine préférence pour les arbres de la famille des légumineuses.

Alimentation mode et régime

Les jacamars à tête pâle consomment principalement des papillons et des libellules. Les jeunes au nid sont nourris d'odonates dont la longueur varie de 4 à 5 centimètres et dont les ailes ont été arrachées. Le reste du menu comporte surtout des lépidoptères de moyenne taille appartenant à la catégorie des hespéridés dont les ailes sont maintenues intactes. Occasionnellement, des petits diptères et sans doute des homoptères sont aussi ingérés. Dans la catégorie des papillons, les héliconninés sont résolument évités à cause de leur caractère répugnant et de leur mauvais goût. Les morphinés sont délaissés à cause de leur grande taille.

Reproduction nidification

Les jacamars à tête pâle se reproduisent en avril-mai au Venezuela. Le nid est creusé dans une berge en argile, 90 centimètres au-dessus du sol. La galerie mesure environ 80 centimètres et aboutit dans une chambre de ponte. Le ponte comprend généralement 4 œufs. Après l'envol, les adultes et les oisillons se reposent ensemble dans le nid pendant plusieurs semaines. La durée d'incubation et la longueur du séjour des jeunes au nid après l'éclosion ne sont pas connues.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est même considérée comme commune sur l'ensemble de son aire de distribution, même si dans le nord-est de la Colombie, elle n'est que locale. Aucun véritable danger n'est répertorié en dépit du fait que, dans certaines régions, une partie de l'habitat est perdu à cause de la déforestation.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Jacamar à tête pâleFiche créée le 23/06/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net