Jacamar brun

Brachygalba lugubris - Brown Jacamar

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Galbulidés

  • Genre
    :

    Brachygalba

  • Espèce
    :

    lugubris

Descripteur

Swainson, 1838

Biométrie
  • Taille
    : 18 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 17 à 23 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les parties supérieures, y compris le capuchon, sont brun fuligineux. Le bas du dos est plus sombre avec un lustre noir verdâtre. On peut apercevoir un vague sourcil clair. Les ailes et la queue sont noirâtres avec de légers reflets bleus qui sont absents sur les primaires. Le menton et la gorge sont blanchâtres, la poitrine et les flancs brun roussâtre tranchent nettement avec le bas de la poitrine et le ventre qui sont blancs ou occasionnellement chamoisés. Les couvertures sous-caudales sont brun roussâtre comme les flancs.
Le bec est long, fin, rectiligne et généralement de couleur noire. Les iris sont brun sombre, l'anneau orbital brun noirâtre. Les pieds sont également noirs mais la base des tarses est quelquefois jaunâtre. Les sexes sont identiques, les immatures ne sont pas décrits.
Les différentes races se distinguent de la nominale par la teinte et l'intensité des couleurs sur les parties supérieures et sur la poitrine. Les races du sud ont souvent du jaune à la base du bec, des yeux plus clairs et un anneau orbital jaunâtre. La race fulviventris à des parties supérieures et une poitrine plus sombre ainsi qu'un ventre chamois. La race obscuriceps a un capuchon brun foncé, un dessus et une poitrine sombres, un dessous chamoisé ou brun roussâtre. Chez la race caquetae les plumes du capuchon ont des terminaisons chamois-ocre pâle, un manteau et une poitrine plus roussâtre qui contrastent avec le bas du dos et les sous-caudales plus sombres. La race phaeonota est plus uniformément foncée, moins roussâtre, ce que met le blanc sale du ventre en valeur. La race naumburgi a un dessus plus foncé, des ailes noires et des reflets verdâtres sur la queue. La race melanosterna est semblable à la précédente, mais la mandibule inférieure est parfois jaune et les iris sont bleu pâle.

Indications subspécifiques 7 Sous-espèces

  • Brachygalba lugubris fulviventris (e Colombia)
  • Brachygalba lugubris caquetae (se Colombia to e Peru)
  • Brachygalba lugubris lugubris (e and s Venezuela, the Guianas and ne Brazil)
  • Brachygalba lugubris obscuriceps (s Venezuela and nw Brazil)
  • Brachygalba lugubris naumburgae (Maranhão and Piauí. ne Brazil.)
  • Brachygalba lugubris phaeonota (wc Brazil)
  • Brachygalba lugubris melanosterna (e Bolivia, c and sw Brazil)

Noms étrangers

  • Brown Jacamar,
  • Jacamará Pardo,
  • Ariramba-preta,
  • Braunkehl-Glanzvogel,
  • Bruinkeelglansvogel,
  • Jacamar bruno,
  • Brun jakamar,
  • Brunjakamar,
  • jagavec hnedý,
  • leskovec hnědý,
  • Brun Jacamar,
  • ruskojakamari,
  • jacamar bru,
  • złotopiór żałobny,
  • Бурогорлая брахигальба,
  • チャイロキリハシ,
  • 褐鹟鴷,
  • 褐鶲鴷,

Voix chant et cris

Le chant est une série de notes hautes et pleines d'entrain qui accélèrent progressivement : "plee, plee, plee-plee-plee, 'ple'ple 'pe'pe 'e'e'e". Il rappelle beaucoup celui du Jacamar à tête pâle. Le cri le plus marquant est un "peerEEt" qui monte assez rudement. D'après le Handbook, on peut aussi entendre un sifflement rude "hilew" qui est différent des cris habituels des galbulidés.

Habitat

Les jacamars bruns fréquentent la canopée, les lisières et les clairières formées de petits arbustes dans les forêts primaires ou secondaires et les galeries qu'elles soient envahies ou non par les crues saisonnières des cours d'eau. On les trouve rarement dans les forêts de nuages et de façon occasionnelle dans les savanes boisées ouvertes. Ces oiseaux préfèrent généralement les berges des rivières qui sont pourvues d'arbres clairsemés et de petits arbustes. Ils vivent habituellement dans les plaines jusqu'à 900 mètres d'altitude. Au Venezuela, ils peuvent grimper jusqu'à 1 500 mètres.

Comportement traits de caractère

Généralement, les jacamars bruns vivent en couples ou en rassemblements lâches qui sont peut-être des groupes familiaux. Ces bandes, qui comprennent habituellement 6 ou 7 individus et parfois plus, se tiennent perchés à des hauteurs variables, de l'étage inférieur de la végétation jusqu'à des aspérités situées au-dessus de la canopée.
Ces oiseaux adoptent une posture rigide et regardent avec attention sur les côtés en effectuant de rapides mouvements de tête. Après ce préambule, les jacamars bruns se lancent dans les grands espaces en effectuant des loopings pour capturer des insectes, souvent au-dessus des étendues d'eau. Ils réalisent des expéditions plus lointaines que les jacamars à tête pâle qui sont pourtant des proches parents. Ces galbulidés ne sont pas timides, ils se perchent sur des branches bien exposées à partir desquelles on peut facilement les observer.

Alimentation mode et régime

Le régime est presque exclusivement insectivore : il comprend des hyménoptères d'environ 12 millimètres le long (des abeilles, des guêpes et des chrysididés), des coléoptères de plus petite taille comme les staphylinidae qui se caractérisent par leur courtes élytres et les curculionidés (charançons, rhynchites). Les homoptères (cigales), les diptères (taons) et le lépidoptères (papillons) font également partie du menu.

Reproduction nidification

Une famille composée de 3 jeunes a pu être observée à la fin du mois de mars en Colombie. Dans ce même pays, les couples sont encore en bonne condition pour se reproduire à la fin du mois de mai. Il n'y a pas d'autre information disponible. Les jacamars bruns nichent probablement dans des termitières arboricoles ou dans des terriers qui ont été creusés dans les berges friables d'une rivière.

Distribution

Les jacamars bruns sont originaires du nord du continent sud-américain. Le territoire est très morcelé et le populations sont éparpillées du sud du Venezuela jusqu'au nord de la Bolivie et à la province de Sao Paulo dans le sud-centre du Brésil. 7 sous-epèces sont officiellement reconnues : B. l. fulviventris (est des Andes dans le centre de la Colombie) - B. l. obscuriceps (sud du Venezuela et nord-ouest du Brésil) - B. l. lugubris, la race nominale (est et sud du Venezuela, les Guyanes et le nord-est du Brésil) - B. l. caquetae (Sud-Colombie, Est-Equateur et nord du Pérou) - B. l. phaeonota (ouest Brésil, dans l'état de Tonatins) - B. l. naumburgi (nord-est du Brésil, états du Piaui et de Maranhao) - B. l. melanosterna (est de la Bolivie, sud et centre du Brésil dans les états du Parà, de Rondonia, de Mato Grosso, de Goias, de Minas Gerais et à l'ouest de Sao Paulo). Les races du sud, c'est à dire naumburgi et melanosterna sont parfois regroupées et peuvent faire l'objet d'un éventuel reclassement comme espèces à part entière.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est même plutôt commune localement sur une grande partie de son aire de distribution comprenant le Surinam, la Guyane Française et l'ouest du Brésil (le Rondonia). Auparavant, elle était considérée comme abondante dans le sud du Brésil, du moins à certaines saisons. Elle est rare en Équateur, peu commune dans le nord du Pérou. Les jacamars bruns sont présents dans de nombreuses réserves et zones protégées. Le fait qu'ils soient sensibles à la destruction de leur habitat ne les rend pas intolérants à une exploitation modérée et sélective des forêts. La race phaeonota reste un peu une énigme et de plus amples informations sont nécessaires pour faciliter sa conservation.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 21/06/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net