Jacamar oreillard

Galbalcyrhynchus leucotis - White-eared Jacamar

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Galbulidés

  • Genre
    :

    Galbalcyrhynchus

  • Espèce
    :

    leucotis

Descripteur

Des Murs, 1845

Biométrie
  • Taille
    : 21 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 44 à 50 g
Distribution

Distribution

Description identification

En vol, ce petit jacamar trapu ressemble souvent à un martin-pêcheur à cause de ses larges ailes et de sa queue relativement brève. Son plumage est entièrement châtain rougeâtre. Le front, le capuchon et les ailes et la queue ont des reflets bronzés ou noir verdâtre. Les couvertures auriculaires sont recouvertes d'évidentes taches blanches. Le bec, d'une longueur de 5 centimètres et demi, affiche une couleur rosâtre pâle avec une pointe sombre. Parfois, en fonction des conditions de luminosité, il peut paraître blanchâtre. Les iris sont rouge écarlate, la peau orbitale et lorale est rouge rosâtre. Les pieds, d'assez grande taille, sont rouges nuancés de rose.
La femelle ne diffère pas de son partenaire. Les immatures sont habituellement plus clairs que les adultes. De plus, ils ont quelques stries sombres sur l'abdomen et leur bec est plus court.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • White-eared Jacamar,
  • Jacamará Orejiblanco,
  • Ariramba- vermelha, Sovela-de-bocheclia-branca,
  • Kurzschwanz-Glanzvogel,
  • fehérfülű jakamár,
  • Kortstaartglansvogel,
  • Jacamar guancebianche,
  • Vitörad jakamar,
  • Hvitørejakamar,
  • jagavec bielosluchý,
  • leskovec krátkoocasý,
  • Hvidøret Jacamar,
  • lyhytpyrstöjakamari,
  • jacamar d'orelles blanques,
  • złotopiór białouchy,
  • Короткохвостая якамара,
  • ミミジロキリハシ,
  • 白耳鹟鴷,
  • 白耳鶲鴷,

Voix chant et cris

Le chant de ce jacamar est probablement un trille prolongé ressemblant à celui d'un grimpar de la famille des dendrocolaptidés. On peut aussi entendre parfois des "kyew" ou des "cue" puissants qui sont occasionnellement émis en séries. Les cris sont produits par des oiseaux solitaires ou par de petits groupes en concert.

Habitat

Les jacamars oreillards fréquentent les forêts primaires humides de plaines, qu'elles soient envahies par les crues saisonnières ou non. On les trouve aussi dans les parcelles en cours de régénération, à la lisière des arbres ou près des clairières et en bordure des cours d'eau ou des rivières. Ces oiseaux vivent principalement du niveau de la mer jusqu'à 500 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les jacamars oreillards recherchent leur nourriture à l'étage moyen et supérieur des arbres. A proximité des lisières, ils prospectent à des hauteurs plus modestes. Ces oiseaux se perchent sur des branches exposées, en solitaire, en couples ou en petits groupes pouvant compter jusqu'à 8 individus. Ils jaillissent de leur perchoir pour capturer les insectes volants puis ils reviennent généralement à leur emplacement initial. Les jacamars oreillards sont considérés comme sédentaires .

Alimentation mode et régime

Les jacamars oreillards sont insectivores. Ils se nourrissent principalement d'hyménoptères et de lépidoptères. Le détail du menu n'est pas connu. Toutefois, la robustesse et la solidité du bec suggèrent qu'ils capturent des proies plus grandes et plus dures que les autres espèces de jacamars.

Reproduction nidification

En Colombie, les jacamars oreillards sont en état de se reproduire au mois de juin. Des nids sont visibles dans le nord-est du Pérou au mois de juillet. Dans ce dernier pays, les nids sont creusés dans des termitières arboricoles, à 3 mètres au-dessus du sol. Ces oiseaux nichent en couple et apparemment toutes les tâches domestiques sont accomplies par les 2 parents réunis. On ne possède aucune information sur la taille de la ponte, la durée d'incubation, la longueur du séjour au nid et les autres mœurs reproductives.

Distribution

Les jacamars oreillards vivent dans le nord-ouest de l'Amérique du Sud, directement aux abords de l'équateur. Leur aire de distribution est situé à l'est des Andes, dans le sud de la Colombie, en Équateur, dans le sud-est du Pérou et dans l'ouest du Brésil le long du Rio Solimões. Cette espèce est considérée comme monotypique, c'est à dire qu'elle n'est pas divisée en races ou sous-espèces. Elle a des liens de parenté assez étroits avec le Jacamar roux (Galbarhynhus purusianus) mais ne s'hybride pas avec lui, bien que vivant parfois dans les mêmes lieux.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est généralement commune et évidente sur l'ensemble de son aire de répartition. Elle est particulièrement abondante dans certaines régions de l'Équateur. Malgré la détérioration permanente de leur habitat, les jacamars oreillards ne subissent pas de dangers notables. Leur bonne adaptation aux habitats clairsemés des lisières et des clairières est pour eux un bon gage de sécurité et d'avenir. Ces oiseaux sont bien implantés dans les réserves et les zones protégées en Colombie et en Équateur.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Jacamar oreillardFiche créée le 25/06/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net