Jacamar vert

Galbula galbula - Green-tailed Jacamar

Systématique
  • Ordre
    :

    Piciformes

  • Famille
    :

    Galbulidés

  • Genre
    :

    Galbula

  • Espèce
    :

    galbula

Descripteur

Linnaeus, 1766

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 18 à 29 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle, les parties supérieures et la bande pectorale sont vert cuivré métallique et brillant. La couleur est habituellement plus bleuâtre sur le capuchon et les côtés de la tête. Les primaires sont noir terne. La queue, relativement courte et très arrondie à son extrémité, affiche une couleur vert bleuâtre métallique.
Le menton est noirâtre, la gorge blanche avec parfois quelques petites mouchetures vertes. Le bas des parties inférieures et les couvertures sous-alaires sont châtain-roux. Le dessous de la queue est sombre avec une nuance bleuâtre. Le bec, très long (il mesure parfois plus de 5 cm) est entièrement noir et est d'une grande finesse. Les iris sont brun sombre. La peau nue orbitale est gris noirâtre. Les pieds sont jaune brunâtre et les griffes sont noires.
La femelle est semblable à son partenaire, mais la gorge et le menton sont chamois alors que les parties inférieures sont légèrement plus ternes et plus pâles. Les immatures ne sont pas décrits. Il n'y a pas de variations géographiques.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Green-tailed Jacamar,
  • Jacamará Coliverde,
  • Ariramba-da-cauda-verde,
  • Grünschwanz-Glanzvogel,
  • Groenstaartglansvogel,
  • Jacamar codaverde,
  • Grönstjärtad jakamar,
  • Grønnhalejakamar,
  • jagavec zelený,
  • leskovec zelený,
  • Grønhalet Jacamar,
  • viherpyrstöjakamari,
  • jacamar cuaverd,
  • złotopiór zielony,
  • Зелёная якамара,
  • ミドリオキリハシ,
  • 绿尾鹟鴷,
  • 綠尾鶲鴷,

Voix chant et cris

Le chant est assez semblable à celui des autres espèces du genre Galbula et notamment à celui du Jacamar à queue rousse. C'est une longue série de notes aiguës et fines qui vont en s'accélérant : "pee, pee, pee-pee-pee-pe-pe'pe'pe'p'p'p'e'e'e'e'e'e'e'e". Il a un ton plaintif et se termine par un trille. On peut également entendre une série de "peer...peer...peer" qui accélèrent ou n'accélèrent pas et qui ne se terminent pas par un trille. Cette dernière expression ressemble par bien des égards au chant du Jacamar à longue queue (Galbula dea).

Habitat

Les jacamars verts fréquentent les lisières et non pas l'intérieur des forêts humides, qu'elles soient envahies ou non par les crues saisonnières des rivières. On les trouve également dans les forêts-galeries, les boisements secondaires, les mangroves, les marécages buissonneux et les plantations de café. On peut plus souvent les observer dans les milieux ouverts tels que les savanes et les massifs d'arbustes le long des cours d'eau et des rivières ainsi que sur les crêtes qui sont modérément boisées. Ces oiseaux vivent du niveau de la mer jusqu'à 700 mètres d'altitude. Ils se perchent à l'étage moyen et inférieur de la végétation. Ils occupent le même type d"habitat que le Jacamar à queue rousse si bien qu'ils sont en sévère concurrence et en conflit avec eux dans les zones où ils cohabitent. Cependant, dans certaines régions, ces 2 espèces sont séparées par l'habitat : par exemple, au sud du Venezuela, les jacamars verts fréquentent les collines boisées alors que les jacamars à queue rousse occupent les llanos arides voisins.

Comportement traits de caractère

Tout comme les jacamars à queue rousse, les jacamars verts se perchent entre 1 et 8 mètres au-dessus du sol. Ils se tiennent souvent en solitaire ou en couples sur les branches exposées d'où ils jaillissent pour attraper des insectes. Ils sont probablement plus actifs que les jacamars à longue queue (Galbula dea), avec plus de 40 sorties par heure. Leurs expéditions sont émaillés de plongeons acrobatiques avant qu'ils ne reviennent à leur perchoir initial. Le regard alerte et le bec pointé vers l'avant, ils effectuent de nombreux mouvements de tête quand ils sont postés sur leur branche, bien en évidence.

Alimentation mode et régime

Les jacamars verts mangent en priorité des hyménoptères (surtout des ichneumonidés), ils consomment aussi des lépidoptères, des hémiptères, des diptères, des coléoptères parmi lesquels des chrysomèles et des lamellicornes. Ils apprécient aussi les odonates, en particulier les demoiselles et les libelulles qu'ils trouvent dans les milieux humides.

Reproduction nidification

Au Venezuela, le jacamar vert niche de février à mars Ailleurs, les dates sont les suivantes : mai-juin et août au Surinam, avril et septembre au Brésil. Le tunnel est creusé dans une berge basse ou dans une termitière arboricole. Au Surinam, 3 individus, 2 mâles et une femelle ont été aperçus creusant la cavité dans une termitière arboricole, à 3 mètres au-dessus du sol. Il n'y a aucune information sur la taille de la ponte ni sur la durée d'incubation. La date à laquelle les oisillons s'envolent du nid est inconnue.

Distribution

Les jacamars verts sont originaires du nord-centre de l'Amérique du Sud. D'est en ouest, l'aire de distribution couvre l'est de la Colombie, le sud et l'est du Venezuela (au sud de l'Orénoque), les Guyanes et le nord du Brésil (jusqu'au Rio Tapajos et au Rio Madeira). L'espèce est considérée comme monotypique, c'est à dire qu'elle n'est pas divisée en sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est plutôt commune, au moins dans les parties de son territoire qui sont proches du littoral et dans les vallées riveraines du sud du Venezuela (Rio Orenoque, Rio Caura et Rio Paragua). C'est le jacamar le plus commun sur les côtes du Surinam. Il est présent dans de nombreuses zones protégées.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Jacamar vertFiche créée le 20/06/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net