Jardinier flamboyant

Sericulus ardens - Flame Bowerbird

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Ptilonorhynchidés

  • Genre
    :

    Sericulus

  • Espèce
    :

    ardens

Descripteur

D'Albertis Salvadori, 1879

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 120 à 140 g
Distribution

Distribution

Description identification

Jardinier flamboyant
♂ adulte

Chez les mâles adultes, le capuchon, la nuque et le manteau forment un bel ensemble écarlate flamboyant avec des reflets blanchâtres. Le menton et la gorge sont jaune foncé. De très longues plumes orange foncé recouvrent le haut du cou, retombant parfois de chaque côté du cou. Le manteau est de plus en plus infiltré de jaune au fur et à mesure que l'on progresse vers le bas du dos. Du coup, le milieu du dos et les sus-caudales sont quasiment jaune éclatant uni.
Les couvertures alaires sont majoritairement jaune brillant. Des petites taches noires sont visibles au niveau du joint carpial. Le dessus de la queue est noir, avec des bordures jaunes sur une partie ou la totalité des rectrices. Éventuellement, la pointe de la queue est teintée de jaune. Les parties inférieures sont entièrement jaune brillant, mais plus claires que les parties supérieures. Le dessous de la queue est plus pâle et les couleurs paraissent plus diluées. Les iris sont jaune éclatant. Le bec est gris clair, les pattes noirâtres.
En taille, la femelle est semblable à son partenaire en dépit de sa queue plus longue. Par contre, l'agencement des couleurs est radicalement différent. Le dessus est brun-olive, un peu plus rouge sur la tête. Le dessous est jaune-orange. Les plumes du menton et du haut de la poitrine sont nuancées de brun-olive, avec des bordures légèrement plus foncées, ce qui forme des écailles au niveau de la zone pectorale.
Les iris sont brun sombre. Les jeunes nouvellement envolés ont du duvet gris argenté sur le capuchon, leur face est nue. Leur dessous est d'un jaune très clair proche du blanc. Peu de temps après, ils acquièrent un plumage proche de celui de la femelle adulte, avec des zones blanches de chaque côté du sternum.
Le Jardinier flamboyant peut être confondu avec le Jardinier du Prince d'Orange (Sericulus aureus), mais il est un peu plus petit en taille, a une queue plus courte. Le masque noir est absent, le bec est plus fin, plus allongé et avec une teinte plus pâle.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Flame Bowerbird,
  • Pergolero flamígero,
  • Flammenlaubenvogel,
  • Aranymadár,
  • Oranje Prieelvogel,
  • Uccello giardiniere ardente,
  • Flamlövsalsfågel,
  • šiatorník ohnivý,
  • Maskeløvhyttefugl,
  • tulihuntulavastaja,
  • arquer flamíger,
  • altannik ognisty,
  • Namdur api,
  • 火红辉亭鸟,
  • 鮮紅別墅鳥,

Voix chant et cris

Le répertoire de cet oiseau est fort peu connu. Il est composé principalement de notes âpres, rudes et sifflées entrecoupées de "shh" ou de "kksh" de faible intensité. Près de son berceau, le mâle produit des sonorités éraillées, des "rrrrrrèèèèèèèèèèèèè" avec le bec largement ouvert. Le cri de signalement est produit à partir de branches mortes et bien en vue, ce sont des gazouillements doux et grinçants, assez différents des notes criardes décrites précédemment.

Habitat

Les Jardiniers flamboyants fréquentent les forêts pluviales de plaines et de collines. Dans les plaines alluviales de la Fly, On les trouve également dans les boisements secondaires et les lambeaux clairsemés dominés par les Niaoulis (Melaleucas) aussi appelés "arbre à peau". Les berceaux sont situés à terre, sur des terrains légèrement en pente ou dans des habitats légèrement éclaircis. Ils aiment se percher parfois à découvert sur des branches mortes ou sur des ramures émergentes.

Comportement traits de caractère

Les parades nuptiales ont récemment été observées dans le nord-est de la Papouasie et elles sont désormais bien connues dans le détail. Dès qu'il a repéré la visite d'une femelle, le mâle s'empresse de recueillir quelques morceaux de bois dans les environs immédiats. Il entame alors une danse au cours de laquelle il essaie, dans un premier temps, de paraître le plus petit possible, puis il tente de devenir plus gros en effectuant des mouvements de pompe avec ses ailes et en faisant usage selon toute probabilité de sacs aériens (Ottoviani) pour aboutir à ce résultat. Au paroxysme de la parade, le corps a doublé de volume par rapport au début.
Le début de la danse est le signal pour la femelle qu'elle est autorisée à inspecter le berceau. Quand la femelle est à l'intérieur, le mâle déploie toute une panoplie de rituels : vocalisations, présentation d'une offrande, exhibition de la cape, contorsion, élévation et abaissement du corps. Selon Otto Plantema, la parade dure entre une demi-heure et une heure. L'accord entre les 2 partenaires est considéré comme conclu lorsque les 2 partenaires se touchent mutuellement le bec dans une sorte de baiser.
Il semble que les jeunes mâles soient précoces dans l'art de parader et qu'ils tentent d'améliorer leurs performances au cours des années, d'autant qu'il leur faut presque cinq ans pour acquérir leur plumage définitif d'adulte. En l'absence du titulaire, les jeunes mâles paradent devant les mâles juvéniles qui se reconnaissant aux plumes jaunes de leur poitrail. Cette manœuvre n'a pas pour but essentiel de transmettre leur expérience et leur technique de danse. Elle sert probablement à établir une certaine hiérarchie. En effet,
il est possible que le berceau soit la propriété commune de plusieurs mâles et qu'il soit utilisé selon la place de chacun dans la hiérarchie. Certains jardiniers voisins visitent également le berceau. Soit ils en prélèvent des éléments, soit ils le détruisent afin d'éliminer un concurrent direct.

Alimentationmode et régime

Le régime alimentaire des Jardiniers flamboyants n'est pas très connu. Il est constitué principalement d'insectes et de fruits. Ces oiseaux recherchent leur nourriture en solitaire, en couples ou en trios. Occasionnellement, ils acceptent la compagnie d'autres espèces d'oiseaux frugivores.

Reproduction nidification

Les Jardiniers flamboyants maintiennent l'entretien de leur berceau pendant à peu près tous les mois de l'année, mais ils s'en occupent plus intensément entre mai et juillet sur le site de le rivière Nomad et d'août à novembre le long de la rivière Strickland. Ce travail prend une grande partie de l'emploi du temps de la journée, au petit matin et en fin d'après-midi. Il dure parfois plus de 2 mois consécutifs avant d'être abandonné.
Les berceaux peuvent être observés dans des endroits variés : sur la pente modérée d'un versant de colline, dans une forêt marécageuse, ou bien dans le sous-bois bien végétalisé d'une forêt en cours de régénération. Éventuellement, ils peuvent être visibles aux abords immédiats d'une petite clairière provoquée par la chute d'un ou de plusieurs arbres.
Les décorations sont souvent très nombreuses, pouvant contenir jusqu'à une dizaine de sortes d'éléments : fruits bleus, violets et bruns, fleurs blanches et violettes, coquilles d'escargot, feuilles brun-jaune à l'intérieur de l'allée et feuilles noires brillantes à l'extérieur.
Contrairement à ceux d'autres espèces de jardiniers, les berceaux des Jardiniers flamboyants présentent une architecture assez rudimentaire. Il s'agit généralement d'une simple allée de danse ou d'une avenue qui est encadrée par 2 parois extérieures confectionnées avec de plus ou moins longues brindilles. En moyenne, les berceaux mesurent 23 cm de long, 16 cm de large et 19 cm de haut.
Les Jardiniers flamboyants sont polygames et ils établissent avec leur partenaire du moment des rapports très brefs. Après l'accouplement, les 2 partenaires vont chacun de leur côté. Les mâles restent au berceau et tentent de séduire de nouvelles partenaires, les femelles trouvent un endroit isolé où elles bâtissent leur nid et déposent la ponte. Dans le milieu naturel, le nid n'est pas décrit et on ignore la durée d'incubation. Chez les oiseaux en captivité, la couvaison dure de 21 à 23 jours, de même que la longueur du séjour au nid. Les poussins sont indépendants au bout d'une cinquantaine de jours

Distribution

Les Jardiniers flamboyants, appelés aussi Jardiniers ardents, sont endémiques de la grande île de Nouvelle-Guinée. Leur aire de distribution, limitée au sud, s'étend de la rivière Mimika jusqu'à celle de la Merauke en Papouasie Occidentale et se poursuit dans les régions du lac Murray, des rivières Fly, Wama et Kikori en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Jardiniers flamboyants ne sont pas globalement menacés. Ils sont même considérés comme localement communs dans l'ouest de leur territoire et dans la région de la rivière Fly. Les indigènes de cette région capturent les peaux dont ils font le commerce sur le marché local de l'île Daru et la côte proche. Ceux-ci les appellent "oiseaux-fantômes" et les considèrent comme des esprits de la forêt. Par coutume et peut-être aussi par esprit lucratif, ils gardent secrets l'emplacement des berceaux. Ainsi, les oiseaux à berceaux ardents bénéficient-ils de cette protection locale.
Ils sont classés comme de préoccupation moindre (LC).

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Jardinier flamboyantFiche créée le 22/04/2016 par
publiée le - modifiée le 2016-04-25 13:52:33 © 1996-2019 Oiseaux.net