Loriot sagittal

Oriolus sagittatus - Olive-backed Oriole

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Oriolidés

  • Genre
    :

    Oriolus

  • Espèce
    :

    sagittatus

Descripteur

Latham, 1801

Biométrie
  • Taille
    : 28 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 93.5 à 104 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle de la race nominale, la tête et les parties supérieures sont vert-olive, le manteau et les scapulaires sont striés de noir. Les sus-caudales affichent une couleur gris-olive avec des taches blanchâtres en plumage frais. Les plumes du dessus des ailes sont gris bleuâtre avec des centres noirâtres ainsi que des bordures et des terminaisons blanches ou crème.
La queue est grise, mais plus pâle sur les vexilles externes des plumes, avec un lavis vert sur le dessus, une teinte plus pâle sur le dessous et des évidentes grosses taches terminales blanches sur les filets intérieurs. Le menton et la gorge sont olive nuancé de gris et sont tapissés d'étroites stries noirâtres. Les parties inférieures sont blanches ou crème avec d'abondantes stries foncées. Les côtés de la poitrine sont enduits d'olive, l'abdomen et les sous-caudales ont uniformément blancs.
Les iris sont rouges ou orange, le bec varie du rouge-orange au rosâtre. Les pattes sont grises ou gris-bleu.
La femelle est plus grise, ses parties supérieures sont plus fortement striées que celles du mâle, y compris le capuchon. L'aile a des liserés cannelle, la queue a une teinte cannelle sur les pointes blanches. Le menton est gris et les côtés de la gorge ont de nombreuses stries. Les immatures ont un capuchon et un dessus gris-olive, un étroit sourcil chamois, des ailes et une queue brun terne. La queue a des pointes blanches moins développées que chez les adultes. La poitrine et le ventre blancs sont fortement striés. Les iris et le bec sont brun sombre, les pattes sont gris foncé.

La race affinis est plus petite que la nominale, elle a un bec plus fin et le mâle a un dessus vert brillant, le dessous est moins abondamment strié. La race grisescens est plus petite que la nominale, le mâle a un dessus plus gris, les taches des rectrices sont moyennes. La race magnirostris est de toutes la plus petite et la plus pâle. Les stries en forme de coin sont nombreuses sur le dessous mais les taches de la queue sont minuscules.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Oriolus sagittatus sagittatus (e Australia)
  • Oriolus sagittatus magnirostris (sc New Guinea)
  • Oriolus sagittatus affinis (nw and nc Australia)
  • Oriolus sagittatus grisescens (Cape York Pen.. ne Australia. and islands of the Torres Strait)

Noms étrangers

  • Olive-backed Oriole,
  • Oropéndola estriada,
  • Streifenpirol,
  • Olijfrugwielewaal,
  • Oriolo dorsoliva,
  • Grönryggad gylling,
  • Tårepirol,
  • vlha olivová,
  • žluva olivovohřbetá,
  • Olivenrygget Pirol,
  • oliivikuhankeittäjä,
  • oriol estriat,
  • wilga oliwkowa,
  • Полосатая иволга,
  • Kepudang tunggir-zaitun,
  • シロハラコウライウグイス,
  • 绿背黄鹂,
  • 橄綠背黃鸝,

Voix chant et cris

Le chant est une série de puissants sifflements variés et mélodieux qu'on peut retranscrire de la façon suivante "orry-orry-ole" ou "or-ee-ee". Le chant en sourdine est plus calme. Les cris sont constitués de notes rudes qui ressemblent à des éternuements "chee-et". Pendant qu'il recherche sa nourriture, cet oiseaux produit un éventail de cris perçants et de bavardages. Le loriot sagittal est un excellent imitateur d'autres espèces.

Habitat

Le loriot sagittal fréquente la plupart des zones boisées semi-ouvertes, néanmoins il a une nette préférence pour les forêts d'eucalyptus et de mélaleucas.
Il ne dédaigne pas pour autant les plantations d'arbres indigènes et les bordures des forêts pluviales. On peut aussi l'apercevoir dans les grands arbres qui longent les rivières et dans les savanes arborées, les parcs et les jardins. Cet oiseau visite aussi parfois les mangroves.

Comportement traits de caractère

Le loriot sagittal recherche sa nourriture en solitiaire ou en couples en dehors de la saison de nidification mais aussi parfois en petits groupes. Il se joint également aux sphécothères et ils forment avec eux des bandes plurispécifiques.
Cet oiseau prospecte dans la canopée mais il lui arrive aussi de descendre à terre. La plupart des matières organiques qui sont collectées sont obtenues en glanant dans les petites branches et dans les feuillages. Ce n'est pourtant pas l'unique méthode. En effet, occasionnellement, des insectes sont attrapés après des séries de poursuites.
Le loriot sagittal s'en prend aux nids des méliphages dont il mange les œufs et les petits oisillons. Sur une grande partie de son aire de distribution, le loriot pratique le nomadisme en réponse à la fluctuation des ressources alimentaires.
En automne, cet oiseau migre vers le nord et on trouve des vagabonds même dans les habitats arides qu'ils n'ont pas l'habitude de fréquenter. Ils retournent vers le sud au printemps. Les plus longs déplacements mesurent plus de 600 kilomètres de distance. Il y a peut-être des mouvements entre le nord de l'Australie et la Nouvelle-Guinée. Certains errants parviennent jusqu'aux petites îles de la Sonde et jusqu'à la Nouvelle-Bretagne.

Alimentation mode et régime

Le loriot sagittal se nourrit de fruits, de baies et de petits arthropodes. Il consomme aussi des graines et du nectar. Les oisillons provenant des nichées de petits passereaux sont capturés rarement.
Dans la catégorie des végétaux, on trouve des mûres, des phytolaques, du poivre du Sichuan, des olives locales, mais aussi des baies du lilas de Perse ou du camphrier ainsi que du gui. Toutefois, les fruits les plus appréciés sont surtout les figues. Les vergers reçoivent la visite de cet oiseau qui y prélève du raisin, des cerises, des pêches, des bananes et des papayes.
Dans la catégorie des arthropodes, on trouve des araignées et des insectes tels que les chrysomélidés, les fourmis, les mantes religieuses et les chenilles de lépidoptères.

Reproduction nidification

Le loriot sagittal niche à tous les mois de l'année mais principalement d'août à janvier. Il y a parfois deux couvées par an. Cet oiseau est territorial et il s'exprime vocalement pendant toute l'année.
La femelle construit seule le nid et elle y met environ deux semaines. C'est une structure en forme de coupe profonde qui est bâtie avec des bandes d'écorce qui sont entremêlées avec des feuilles, des vrilles de plantes grimpantes, des herbes, du duvet végétal du crin et d'autres fibres douces d'origine végétale. L'intérieur est garni avec des herbes plus fines et de l'écorce, décoré avec des toiles d'araignées et de la mousse. Le diamètre extérieur du nid mesure 14 à 19 cm, la hauteur est de 10 à 15 centimètres .
L'édifice est fixé à une fine branche horizontale fourchue par de la toile d'araignée, il est dissimulé dans le feuillage à une hauteur variable. Le loriot sagittal niche souvent à proximité d'une colonie de sphécothères de Vieillot.
La ponte comprend 2 ou 3 œufs qui sont de couleur jaune-crème ou brun-crème avec des taches grisâtres, gris violacé ou olive brunâtre. Ceux-ci mesurent en moyenne 35 mm sur 23, ils sont incubés par la femelle seule pendant 16 à 18 jours.
Les poussins sont nourris par les 2 parents avec des aliments régurgités. Ceux-ci prennent leur envol 15 à 17 jours après l'éclosion. Les jeunes se dispersent dès qu'ils sont devenus indépendants s'il y a 2 nichées. Le mâle s'occupe des oisillons les plus âgés alors que la femelle entame une nouvelle ponte.
Le nid est parfois parasité par le coucou koël (Eudynamys scolopacea).

Distribution

Le loriot sagittal est originaire d'Australie et de Nouvelle-Guinée. 4 sous-espèces sont officiellement reconnues : O. s. magnirostris (sud-centre de la Nouvelle Guinée ) - O. s. affinis (nord-ouest et nord-centre de l 'Australie jusqu'au golfe de Carpentaria) - O. s. grisescens (nord-est de l'Australie, péninsule du cap York, dans le nord du Queensland) - O. s. sagittatus, la race nominale (du nord-est de l'Australie en direction du sud jusqu'à l'état de Victoria et l'Australie Méridionale, migre vers le Nord en hiver).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est commune dans de nombreuses parties de son aire qui est estimée entre 1 et 10 millions de kilomètres carrés.
Le loriot sagittal occupe en principe les parcelles de forêt qui ne sont pas inférieures à 5 hectares mais il lui arrive de visiter des îlots résiduels de moindre taille.
Cet oiseau bénéficie de nombreuses zones protégées, il ne coure donc aucun danger immédiat. Il a parfois une sale réputation car il est considéré comme une peste pour les jardins et les vergers.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Loriot sagittalFiche créée le 07/03/2014 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net