Loriquet à tête bleue

Trichoglossus haematodus - Coconut Lorikeet

Systématique
  • Ordre
    :

    Psittaciformes

  • Famille
    :

    Psittaculidés

  • Genre
    :

    Trichoglossus

  • Espèce
    :

    haematodus

Descripteur

Linnaeus, 1771

Biométrie
  • Taille
    : 30 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 100 à 157 g
Longévité

20 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Les loriquets à tête bleue sont des oiseaux très colorés. On trouve presque toutes les couleurs de l'arc-en-ciel dans leur plumage. Les nombreuses sous-espèces varient considérablement entre elles. La race la plus remarquable, T.H. moluccanus, se distingue par sa tête et son abdomen bleu-violet ou bleu sombre. Ses parties supérieures, ses ailes et sa queue sont vert éclatant. La poitrine est jaune-orange, plus ou moins striée de bleu. Le bas-ventre et les sous-caudales sont jaune verdâtre. Le dessous des ailes est orangé avec une large bande médiane jaune et un bord de traîne sombre. Le bec est orange, les pattes sont grises. Les iris affichent une coloration rougeâtre. Les sexes sont identiques. Les juvéniles sont plus ternes que les adultes.
Chez la plupart des autres sous-espèces, le jaune-orange de la poitrine et du dessous des ailes est remplacé par différentes teintes de rouge qui peuvent aller jusqu'à l'écarlate. La tête et la calotte sont plus ou moins sombres, pouvant aller jusqu'au noir brunâtre avec une nuance bleue. La majorité des oiseaux, quelque soit leur race, ont une tache jaune vif à jaune verdâtre plus ou moins développée sur la nuque ou l'arrière du cou.

Indications subspécifiques 8 Sous-espèces

  • Trichoglossus haematodus haematodus (s Moluccas, w Papuan islands, w, nc New Guinea)
  • Trichoglossus haematodus nigrogularis (Kai and Aru Is., s New Guinea)
  • Trichoglossus haematodus caeruleiceps (sc New Guinea)
  • Trichoglossus haematodus micropteryx (ne and se New Guinea)
  • Trichoglossus haematodus massena (Karkar I., Bismarck Arch., Solomon Is. and Vanuatu)
  • Trichoglossus haematodus nesophilus (Ninigo and Hermit Is.. Admiralty Is..)
  • Trichoglossus haematodus flavicans (New Hanover and the Admiralty Is.)
  • Trichoglossus haematodus deplanchii (New Caledonia and Loyalty Is.)

Noms étrangers

  • Coconut Lorikeet,
  • Lori Arcoiris,
  • Lóris-arco-íris,
  • Allfarblori,
  • szivárványlóri,
  • Regenbooglori,
  • Lorichetto arcobaleno,
  • Regnbågslorikit,
  • Regnbuelori,
  • lori farbistý,
  • lori mnohobarvý,
  • Bjerglori,
  • sateenkaariluri,
  • lori dels cocoters,
  • lorysa górska,
  • Многоцветный лорикет,
  • Perkici pelangi,
  • ゴシキセイガイインコ,
  • 彩虹鹦鹉,
  • 摩鹿加虹彩吸蜜鸚鵡,

Voix chant et cris

Loriquet à tête bleue
adulte nuptial

Le loriquet à tête bleue est le plus vocal de tous les perroquets . Il lance des cris aigus, roulés et puissants, répétés à intervalles réguliers lorsqu'il est en vol. Quand il se nourrit, il produit de fréquents bavardages. Au repos, il émet des gazouillements doux.

Habitat

Les loriquets à tête bleue sont des perroquets des plaines et des moyennes montagnes. Ils fréquentent une grande variété d'habitats boisés tels que les mangroves, les landes et les bruyères proches du littoral, les savanes arborées, les galeries d'arbres, les boisements en cours de régénération et les forêts pluviales. Dans tous les cas, ils ont absolument besoin d'endroits où les fleurs sont abondantes. Les loriquets à tête bleue ont également colonisé les habitats façonnés par l'homme : plantations de cocotiers, vergers et jardins à la périphérie des villes. Ils marquent une plus grande préférence pour les lisières et pour les clairières que pour l'intérieur des forêts pluviales denses. Ils tolèrent volontiers les zones de végétation dégradée et les plantations de faible superficie sur les petits atolls.

Comportement traits de caractère

Les loriquets à tête bleue sont des oiseaux sédentaires, ce qui ne les empêche pas d'effectuer de courts déplacements à la recherche d'arbres en floraison. En raison de ces mouvements, les populations donnent l'impression de fluctuer localement. Très grégaires, ils vivent en couples ou en bandes dont les effectifs peuvent varier de quelques oiseaux à plusieurs centaines, selon la disponibilité des ressources alimentaires. Ces oiseaux sont très actifs et bruyants, volant un peu au hasard au-dessus de la cime des arbres, se déplaçant au bonheur de la chance ou escaladant les branches des feuillages pour tenter de trouver des fleurs ou des fruits. Au cours de leur quête de nourriture, les loriquets à tête bleue s'associent volontiers avec d'autres espèces frugivores. Quand ils sont dissimulés par les feuilles, leurs cris de contact perçants trahissent leur présence. Ils adoptent un vol très rapide et direct

Les loriquets à tête bleue sont monogames. Les deux membres du couple ne se séparent jamais et, même au sein de groupes nombreux, ils sont facilement discernables. Pendant les parades nuptiales, les deux partenaires se tiennent côte à côte, se balançant, le cou penché vers l'avant et la pupille de l'œil dilatée. Ils agitent irrégulièrement les ailes pour dévoiler la bande claire qui traverse leurs sous-alaires.

Alimentation mode et régime

Les loriquets à tête bleue ont un bec pointu et une langue particulière munie de papilles qui lui permettent d'extraire le pollen et le nectar des fleurs. Ils consomment également des fruits, des baies, des graines, des bourgeons et des larves d'insectes. En Australie, ils recherchent principalement leurs aliments dans les eucalyptus et les arbres du genre Banksia, en particulier, les banksia côtiers (Banksia integrifolia) et les banksia des rivières (seminuda) qui dépassent souvent 15 mètres de hauteur. On les trouve également sur les terres agricoles car ils sont particulièrement friants de fruits cultivés et de graines laiteuses. Ils pénètrent volontiers dans les jardins pour y chaparder des fruits et ils ne dédaignent pas s'approcher des mangeoires.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule à des moments différents selon les parties de l'aire de distribution. La race moluccanus qui vit dans l'est de l'Australie dépose ses oeufs de juin à janvier, avec une pointe au printemps, entre septembre et décembre. Les deux parents installent leur nid dans une cavité d'arbre, habituellement un eucalyptus. Plusieurs nids, deux ou trois, peuvent résider dans le même arbre mais l'entrée du nid est âprement défendue contre toute intrusion. Dans les îles de l'Admirauté, les loriquets à tête bleue nichent parfois à terre. La femelle dépose sa couvée qui est composée de 2 oeufs sur une couche de copeaux pourrissant qui garnit le fond du nid. Elle incube seule pendant environ 25 jours. Les jeunes oisillons sont nidicoles et ils ne prennent leur envol qu'au bout de 8 longues semaines. Dès qu'ils sont autonomes, ils rejoignent les dortoirs communs et les bandes, laissant le loisir à leurs parents de mener à terme une ou deux nichées supplémentaires.

Distribution

Les loriquets à tête bleue sont endémiques de l'Océanie, à la limite du continent asiatique. On les trouve en Australie, dans l'est de la l'Indonésie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, en Nouvelle-Calédonie, aux îles Salomons et à Vanuatu. En Australie, ils sont surtout présents sur la côte est, du nord du Queensland jusqu'en Australie Méridionale et en Tasmanie. Pas moins de 21 sous-espèces sont officiellement reconnues dont voici quelques-unes : T.H. haematodus (Sud Moluques, îles de la Papouasie Occidentale, nord-ouest de la Nouvelle-Guinée) - T.H. mitchelli (Bali et Lommbok) - T.H. forsteni (Sumbawa) - T.H. weberi (Flores) - T.H. rosenbergi (île de Biak) - T.H. caeruleiceps (sud de la Nouvelle-Guinée) - T.H. massena (île Karkar dans l'archipel des Salomons) - T.H. flavicans (Nouvelle-Hanovre et îles de l'Admirauté) - T.H. moluccanus (est de l'Australie) - T.H. rubritorquis (nord de l'Australie). La dernière sous-espèce est souvent considérée comme une espèce à part entière sous le nom de lori à col rouge.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

C'est un oiseau très commun. Localement, il peut être très abondant. Dans certaines régions, c'est le perroquet le plus courant. Dans les endroits où il peut bénéficier d'arbres en floraison et de fruits, c'est une espèce en pleine expansion. Un bémol toutefois, il jouit d'une très mauvaise réputation car c'est une véritable peste qui endommage les vergers. Dans certains lieux d'Australie, il est chassé pour sa chair et ses plumes sont utilisées plus tard dans les cérémonies rituelles.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 06/03/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net