Merle ardoisé

Turdus nigriceps - Andean Slaty Thrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Turdus

  • Espèce
    :

    nigriceps

Descripteur

Cabanis, 1874

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 47 à 57 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Les sexes sont différents.
Chez le mâle adulte, la zone qui va du front jusqu'à l'arrière du capuchon est noirâtre, se fondant dans le bleu sombre teinté de gris de la nuque et du haut du manteau. Les parties supérieures du manteau jusqu'aux couvertures sus-caudales, les scapulaires et les petites couvertures sont ardoise foncé ou gris bleuâtre, avec une nuance légèrement plus gris pâle sur le bas du dos, le croupion et les sus-caudales. La queue est brun sombre, mais elle apparaît noire à distance. Les grandes et les moyennes couvertures sont également brun sombre, mais avec une teinte bleu-gris. L'alula et les couvertures primaires affichent du brun-noir mais ces dernières ont de larges liserés gris bleuâtre. Les rémiges sont brunâtres avec de très fines bordures pâles ou bleu-gris. Le dessous des ailes est gris pâle cendré.
Les lores sont noirs, l'anneau orbital jaune clair. Les joues, les oreillons et les côtés de la nuque sont comme le capuchon ou un peu plus clairs. La gorge et le menton blancs sont abondamment striés de noir. La poitrine et les flancs sont uniformément gris cendré, virant au blanc sur le centre du ventre et la zone anale. Les plumes des sous-caudales sont semblables mais avec des liserés et des pointes grises. Le bec, les pattes et les pieds sont jaunes.

Chez la femelle, le capuchon et les côtés du cou sont bruns ou brun chaleureux, devenant plus sombre ou nuancés de gris-olive sur le manteau, les couvertures alaires et les scapulaires. La queue est brun-olive. Les grandes et les moyennes couvertures sont brun chaud ou brun-gingembre, contrastant avec l'alula et les couvertures primaires qui sont brun sombre. Les rémiges sont brun sombre avec des liserés pâles ou brun chaud. Les tertiaires sont semblables mais avec des bordures brun-olive. Le dessous des ailes est orange clair ou brun-rouille. Les lores et les joues ont la même couleur que le capuchon, mais ils sont légèrement tachés de chamois. L'anneau orbital est très fin et jaune pâle. Le menton et la gorge affichent une couleur chamois blanchâtre avec de très fines stries foncées. Le côté du menton est bordé par une large moustache brune. Chez certains oiseaux, le bas de la gorge n'est pas strié, ce qui forme une sorte de croissant blanc uni. La poitrine et les flancs varient du brun-gingembre à la couleur cannelle jusqu'au brun plus foncé. Le centre du ventre est blanchâtre ou gris-clair. Les cuisses sont gris terne, les sus-caudales blanches avec de petites taches plus foncées. Le bec est couleur corne ou brun noirâtre avec une base jaunâtre au niveau de la mandibule inférieure. Les pattes varient du chamois jaunâtre au brun-corne.

Les immatures ressemblent aux femelles, bien qu'ils soient un peu plus brun-olive foncé sur la tête et les parties supérieures. Les plumes du capuchon, de la nuque, du manteau, des grandes et des moyennes couvertures ont des terminaisons chamois-orange. Le dessous des ailes est couleur cannelle. Les parties inférieures ont une dominante chamois avec des terminaisons brunes, ce qui provoque des motifs en forme d'écailles. Le centre du ventre est blanc avec des bordures et des motifs plus discrets. Le bec, les pattes et les pieds sont brun foncé.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Andean Slaty Thrush,
  • Zorzal Plomizo,
  • Sabiá-ferreiro,
  • Weißachseldrossel,
  • fehérvállú rigó,
  • Witoksellijster,
  • Tordo ardesia delle Ande,
  • Bergsskiffertrast,
  • Andesskifertrost,
  • drozd lesný,
  • drozd andský,
  • Andes-skiferdrossel,
  • jankuttajarastas,
  • merla fumada,
  • drozd stalowy,
  • Траурный дрозд,
  • ウスズミツグミ,
  • 安第斯灰鸫,
  • 深灰鶇,

Voix chant et cris

2 sortes de cris sont entendus : un "sok" bref et un "kraa" rude qui sert comme cri de contact. Le chant est une série de phrases assez typiques de la famille des turdidés. Elles sont composées de sifflements aigus, musicaux et prolongés qui alternent avec un fouillis de notes métalliques. Elles sont introduites par des "tooee-too-oo". La première phrase est montante, la seconde descendante est suivi par des notes d'égale qualité et par des sifflements qui sont interrompus par de longues pauses. Le chant est très ventriloque. Le merle ardoisé est difficilement repérable quand il chante dans le feuillage épais.

Habitat

Les merles ardoisés fréquentent les forêts humides de montagne, habituellement entre 500 et 2 000 mètres d'altitude. Exceptionnellement, on peut les trouver jusqu'à 2 550 m, dans la province de Cochabamba en Bolivie, et jusqu'à 2 300 mètres dans la Rioja en Argentine où ils sont réputés assez communs. Ces oiseaux peuvent aussi être observés dans les broussailles denses, et plus particulièrement dans les parcelles d'aulnes. Ils visitent également les ravins boisés, surtout ceux qui sont situés à la lisière des forêts, le long des clairières ou à proximité des cours d'eau.

Comportement traits de caractère

Les merles ardoisés vivent généralement en solitaire ou en couples. Ces oiseaux sont timides et extrêmement discrets. Ils restent souvent dissimulés dans les feuillages et ils sont très difficiles à observer, même quand ils chantent ou qu'ils délivrent leurs vocalises. La meilleure occasion de les apercevoir, c'est lorsqu'ils se tiennent à une assez grande hauteur, à quelques 4 mètres au-dessus du sol dans les arbres fruitiers.
Les merles ardoisés sont des migrants partiels. Les populations du sud sont majoritairement sédentaires. Toutefois d'après de rapports récents, certains oiseaux migrent vers le nord à partir de juillet et rejoignent des lieux d'hivernage situés au nord de Cochabamba, en Bolivie. Ils ne reviennent au sud sur leurs lieux de nidification qu'entre octobre et avril. Les oiseaux du Nord-Ouest du Pérou sont peut-être également des migrants austraux, car ils ne sont visibles dans ces régions qu'entre la fin mai et le début septembre.

Alimentation mode et régime

Les merles ardoisés ont un régime mixte. Ils consomment des invertébrés mais principalement des fruits. Dans la catégorie des invertébrés, on trouve des escargots, des coléoptères, des fourmis et des mouches. Dans la catégorie des plantes, on trouve des psychotria qui ont un aire de parenté avec les caféiers, de la cannelle (ajonea saligna) et des figues.

Reproduction nidification

Très peu d'informations sont disponibles sur ce secteur de son activité. Sur la grande majorité de l'aire, la saison de nidification se déroule de novembre à mars ou à avril. Cependant, elle est restreinte à novembre-décembre en Argentine. Les oisillons sont surtout visibles pendant la période qui va de janvier à avril. Le nid, construit avec de la mousse, des brindilles et des plantes grimpantes, est placé jusqu'à 4 mètres au-dessus du sol dans un arbre dont le feuillage est dense et ombragé. La ponte comprend généralement 3 œufs bleus avec des taches brunes

Distribution

Les merles ardoisés sont originaires du continent sud-américain. Leur aire de distribution part de l'extrême sud de l'Equateur et du nord-ouest du Pérou, s'étend sur les versants orientaux des Andes du Pérou et du centre de la Bolivie et se poursuit jusqu'au nord de l'Argentine dans les provinces de la Rioja et de Cordoba. Cette espèce est considérée comme monotypique, c'est à dire qu'elle n'a pas de sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les merles ardoisés sont localement communs ou rares. Dans le nord-ouest du Pérou, ils ont une répartition très clairsemée Dans le sud-ouest, de l'Equateur, cette espèce peut être considérée à risque en raison de la déforestation croissante qui intervient depuis de nombreuses années. Néanmoins, d'après Del Hoyo et le Handbook, elle n'est pas considérée comme globalement en danger.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 20/11/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net