Myzomèle varié

Certhionyx variegatus - Pied Honeyeater

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Méliphagidés

  • Genre
    :

    Certhionyx

  • Espèce
    :

    variegatus

Descripteur

Lesson, R, 1830

Biométrie
  • Taille
    : 20 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 22 à 34 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez cet oiseau de moyenne taille, le bec est relativement long et recourbé. Chez le mâle, la tête, le cou, les parties supérieures et les côtés de la poitrine affichent une belle teinte noire. Un petit croissant de peau nue bleue orne l'arrière de l'œil. Le croupion et les sus-caudales sont blancs. Lorsque l'aile est fermée, on peut apercevoir une rayure blanche d'inégale longueur qui s'effile entre certaines couvertures et la plupart des rémiges. Le dessus de la queue est noir, avec une base blanche visible sur toutes les rectrices hormis la paire centrale. Le centre de la poitrine et le reste des parties inférieures sont blancs alors que le dessous de l'aile est brun noirâtre et le dessous de la queue noir avec une large base blanche. En vol, le net croupion blanc contraste avec les ailes noires qui présentent une belle tache blanche à l'épaule.
En ce qui concerne les parties nues, les iris sont brun-rouge, les pattes et le bec gris-bleu.
La femelle est bien plus terne que son partenaire : la tête et le cou bruns s'intègrent dans le gris clair du menton et de la gorge. Il y a de vagues stries foncées sur le sommet du capuchon et des mouchetures brunes résiduelles de la petite enfance. Il y a parfois un faible sourcil chamois. Il y a des écailles sur le croupion et le dessus de la queue. L'œil est jaune, le bec est gris avec une légère nuance de bleu, la base de la mandibule inférieure et la commissure de la bouche sont jaunâtres.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Pied Honeyeater,
  • Mielero pío,
  • Elsterhonigfresser,
  • tarka mézevő,
  • Eksterhoningeter,
  • Succiamiele bianconero,
  • Svartvit honungsfågel,
  • Hvitvingehonningeter,
  • medárik stračí,
  • medosavka stračí,
  • Skadehonningæder,
  • harakkamesikko,
  • menjamel garser,
  • srokatnik,
  • Сорочий пегий медосос,
  • ハジロシロクロミツスイ,
  • 白肩黑吸蜜鸟,
  • 斑旋木吸蜜鳥,

Voix chant et cris

Le chant principal est un long sifflement plaintif répété sous la forme suivante : "te-titee-tee-tee" ou "titi-te-te". Il est généralement composé de 4 à 7 notes, délivrées quand il est perché ou lorsqu'il est en vol (plus perçant en vol, plus plaintif quand il est perché). Le Myzomèle varié chante beaucoup quand il arrive sur son territoire, mais il devient silencieux dès que la saison a commencé. La femelle chante à partir d'un perchoir situé dans un arbuste, elle répond ainsi au chant aérien du mâle. Elle ne produit qu'une simple note mélodieuse.

Habitat

Les Myzomèles variés fréquentent principalement les zones arides et semi-arides de petits arbustes, surtout celles qui sont dominées par les érémophiles et le grévillléas et celles qui possèdent un sous-bois clairsemé composé de broussailles d'eucalyptus. On les trouve moins souvent dans les parcelles de mulgas et d'acacias. Occasionnellement, ils visitent les prairies de graminées du genre Spinifex dont les grosses touffes alternent avec les pins australiens (Casuarinas) et les arbustes clairsemés. Ils ne dédaignent pas les chénopodes qui sont des plantes annuelles herbacées mesurant jusqu' à 1 mètre 70 de hauteur. Les Myzomèles variés fréquentent également les plaines intérieures, les dunes de sable, les crêtes et les affleurements rocheux.
En Australie Occidentale, on peut parfois les apercevoir dans les régions proches du littoral.

Comportement traits de caractère

Ces oiseaux recherchent leur nourriture dans les feuillages ainsi que dans les buissons et les arbres fleuris. Parfois, ils sortent du couvert et parfois ils viennent à terre, ils recueillent leur pitance dans les fleurs des arbustes du genre Eremophila ou Eucalyptus, mais également dans des plants du genre Grevillea ou Hakea qui ont des folioles en aiguilles. Ils mangent aussi des fruits dans les touffes de gui. La recherche de nourriture s'effectue en solitaire ou en duo. Il leur arrive de se restaurer en grand nombre, jusqu'à 100 individus dans les Grevilleas lorsque les ressources sont abondantes. Ils partagent alors la compagnie d'autres espèces comme les Myzomèles cravate, les Langrayens de la famille des artamidés et les Méliphages à front blanc. Les Myzomèles variés sont largement nomadiques. Ils procèdent à des irruptions soudaines en bandes composées d'une trentaine d'individus dans le sud-ouest des Nouvelles-Galles. Ces invasions sont très irrégulières et correspondent sans doute à des périodes de grande floraison.

Alimentation mode et régime

Les Myzomèles variés consomment principalement du nectar et des petits arthropodes. Occasionnellement, ils ingurgitent des graines et des fruits. C'est un menu-type pour un méliphage.

Reproduction nidification

Le Myzomèle varié niche habituellement pendant l'hiver et le printemps austral. Il se reproduit également à d'autres périodes. Si les conditions sont favorables, les pontes sont visibles de juillet à novembre, aussi tôt que juin en Australie Occidentale et aussi tard que février dans le Territoire du Nord. Poussins et juvéniles sur le point de s'envoler sont visibles entre fin juillet et octobre.
Les deux partenaires se chargent de collecter les matériaux pour le nid, ce dernier est une coupe peu profonde construite avec des petits bâtonnets, des herbes, des tiges de plantes, des radicelles et des toiles d'araignée. Il est garni avec des matériaux plus doux comme des épis laineux, des fleurs, des plumes et du duvet végétal. Le diamètre extérieur mesure en moyenne 11 cm, la profondeur un peu plus de 5 cm. Il est suspendu par un anneau à la branche horizontale ou à une fourche verticale, à un peu plus de 4 mètres au-dessus du sol.
La ponte contient habituellement 3 œufs qui sont couvés par les deux parents pendant au maximum 14 jours. Les 2 parents s'occupent du nourrissage des jeunes, chaque individu s'impliquant diversement sans que la tâche de chacun soit disproportionnée par rapport à celle de l'autre. La durée de séjour au nid des oisillons est de 13 jours. Si un jeune âgé de 11-12 jours se sent approché et menacé, parvenu à cet âge, il peut quitter le nid sans problème. Les jeunes qui ont pris leur envol continuent à être assistés par les parents mais le rôle des sexes est alors inconnu. Les 2 parents protègent leurs enfants en pratiquant des parades de dissuasion pour éloigner les intrus.

Distribution

Les Myzomèles variés sont endémiques d'Australie. Ils ont une carte de répartition presque exactement inverse à celle du Méliphage à bec grêle, c'est à dire qu'ils résident là où l'autre espèce est absente. Leur aire de distribution couvre donc : l'Australie Occidentale, le Territoire du Nord au sud du district de Kimberley, le sud-ouest du Queensland, l'ouest des Nouvelle-Galles du Sud, le littoral de l'Australie Méridionale et l'ouest de l'état de Victoria. En dépit de la grande superficie de son territoire, le Myzomèle varié est monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le Myzomèle varié n'est pas globalement menacé. Il est assez commun sur l'ensemble de son aire excepté dans les Nouvelles-Galles où il est considéré comme VULNERABLE. En l'absence de véritables menaces, les effectifs sont évalués comme stables. Selon BirdLife, la superficie du territoire dépasse les 5 millions de kilomètres carrés.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 17/02/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net