Ninoxe des Moluques

Ninox squamipila - Hantu Boobook

Systématique
  • Ordre
    :

    Strigiformes

  • Famille
    :

    Strigidés

  • Genre
    :

    Ninox

  • Espèce
    :

    squamipila

Descripteur

Bonaparte, 1850

Biométrie
  • Taille
    : 39 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 140 à 210 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce rapace de taille moyenne présente une silhouette très caractéristique avec sa tête ronde dépourvue d'aigrettes et sa queue relativement brève pour une espèce qui appartient à la catégorie des chouettes-épervières. Chez les adultes, le disque facial est brun-roux, excepté le le pourtour des yeux et la base du bec qui sont plutôt blanchâtres. Les yeux sont surmontés par un fin sourcil clair. Les parties supérieures affichent une teinte brun rougeâtre avec une nuance plus foncée sur le capuchon, la nuque et les couvertures auriculaires. La bordure extérieure des scapulaires est tapissée de taches blanches. Les couvertures alaires sont recouvertes de taches chamois. Les rémiges brun-roux portent habituellement 4 rangées de taches roussâtres. La queue est brun-roux avec des barres roux clair. La gorge est pourvue d'une petite bavette blanche qui ne s'aperçoit véritablement que lorsque l'oiseau lève la tête pour chanter. Le haut de la poitrine, d'un roux éclatant, est strié de sombre. Le reste des parties inférieures est plus pâle, avec de nombreuses barres brun-roux sombre régulièrement espacées. Les tarses roux sont abondamment emplumés jusqu'aux pieds.

Les iris sont brun sombre à brun-roux. Ils peuvent être également jaunâtres. Chez certaines races, la couleur des yeux peut être dépendante de l'âge, étant brune chez les juvéniles et jaune chez les adultes. La cire est jaune, le bec gris pâle. Les pieds sont brun jaunâtre. Chez les différentes races, les parties supérieures varient par leurs différentes nuances de brun et aussi parfois par le léger contraste qui existe entre la couleur du capuchon et celle du manteau. La race de Tanimbar est plus claire que les autres avec une large bande pectorale uniformément ocre-roux.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Ninox squamipila hantu (Buru I.. s Moluccas.)
  • Ninox squamipila squamipila (Seram I.. s Moluccas.)

Noms étrangers

  • Hantu Boobook,
  • Nínox Moluqueño,
  • Molukkenkauz,
  • molukkui héjabagoly,
  • Molukse Valuil,
  • Gufastore delle Molucche,
  • Moluckspökuggla,
  • Molukkfalkugle,
  • sovka seramská,
  • sovka molucká,
  • Indonesisk Høgeugle,
  • molukkienhaukkapöllö,
  • nínox de l'illa Seram,
  • sowica molucka,
  • Молуккская иглоногая сова,
  • Pungguk maluku,
  • モルッカアオバズク,
  • 栗鹰鸮,
  • 栗鷹鴞,

Voix chant et cris

Le chant du mâle est une suite de croassements ou de double-notes assez semblables à celles d'une grenouille ; "kwaor-kwaor kwaor-kwaor" ou éventuellement "kwua-kwua kwua-kwua". Le chant de la femelle est un peu plus aigu. A Buru, les individus de la race hantu se distinguent de leurs autres congénères en lançant des "ko-ka käkäkäkä" sur un mode agressif. D'autres cris ont également été répertoriés, ce qui incite à penser que ce taxon peut être éclaté en plusieurs espèces à part entière

Habitat

Les ninoxes des Moluques fréquentent principalement les forêts primaires inviolées pourvues de grands arbres aux feuillages épais. Néanmoins on les trouve également dans les zones boisées qui subissent un abattage raisonnable et sélectif, à la lisière des forêts dans les plaines et les régions de collines. Pendant la journée, elles ont besoin de perchoirs abrités et de feuillages fournis pour se reposer. Sur Halmahera et Bacan, les ninoxes des Moluques vivent du niveau de la mer jusqu'à 1200 mètres. A Seram, elles peuvent grimper jusqu'à 1400 m et à Buru jusqu'à 1750 mètres.

Comportement traits de caractère

Les ninoxes des Moluques sont entendues principalement au crépuscule et pendant la nuit. Pendant la période diurne, elles sont très discrètes et il est extrêmement rare de pouvoir les observer. A ce moment de la journée, elles semblent se dissimuler dans les fourrés épais ou à l'étage moyen de grands arbres possédant un feuillage dense juste au dessous de la canopée. Les ninoxes des Moluques vivent en solitaire ou en couples. On ne possède pas d'information supplémentaire.

Alimentation mode et régime

Les ninoxes des Moluques ont un régime principalement insectivore. Les sauterelles constituent une part importante de la diète. Les proies sont capturées à partir de perchoirs situés à l'étage intermédiaire des arbres. Des branches exposées ou des souches peuvent également servir de base pour la chasse.

Reproduction nidification

A ce jour, on n'a découvert aucun nid et la reproduction est quasiment inconnue. Les ninoxes des Moluques ont des liens de parenté assez forts avec les ninoxes bariolées (Ninox variegata), les ninoxes brunes (Ninox theomacha) ou les ninoxes de l'Admirauté, (Ninox meeki), malheureusement on manque totalement d'informations sur ces espèces. La Ninoxe de Christmas (Ninox natalis), bien qu'un peu plus éloignée peut toutefois servir de comparaison. Cette dernière niche dans les cavités d'arbres, elle est territoriale pendant toute l'année. Sa ponte comprend deux oeufs blancs couvés par la femelle seule. Tous ces critères s'appliquent aussi vraisemblablement à la ninoxe des Moluques.

Distribution

Comme leur nom l'indique bien, ces chouettes sont endémiques de l'archipel des Moluques, à mi-distance entre Sulawesi et la pointe occidentale de la Nouvelle-Guinée. Comme chez la plupart des espèces insulaires, les sous-espèces sont assez nombreuses en dépit de l'aire de distribution assez réduite. On a répertorié officiellement 4 races : N.s. squamipila (Seram) - N.s. hypogramma (Halmahera, Ternate et Bacan) - N.s. hantu (Buru) - N.S. forbesi (archipel des Tanimbar). La dernière est parfois considérée comme une espèce à part entière.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

En dépit de son aire de distribution assez modeste, l'espèce n'est pas globalement menacée. Elle est commune partout dans l'île de Buru. Dans la mesure où elle se nourrit presque exclusivement d'insectes, elle est sans doute sensible aux pesticides.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 08/06/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net