Oriole à dos orange

Icterus croconotus - Orange-backed Troupial

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Ictéridés

  • Genre
    :

    Icterus

  • Espèce
    :

    croconotus

Descripteur

Wagler, 1829

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 48 g
Distribution

Distribution

Description identification

Bien qu'elle soit légèrement plus petite, la femelle est identique à son partenaire. Chez les adultes, le bec est noir, excepté la base de la mandibule inférieure qui est grise. Les yeux sont jaunes ou orange, avec une petite zone bleue de peau nue en dessous et en arrière de l'iris. Le front, les lores, les couvertures auriculaires, la gorge et le haut de la poitrine forment un ensemble noir. Les plumes de la gorge sont légèrement pointées et celles qui bordent le capuchon dessinent une ligne noire très irrégulière. Le capuchon, la nuque et les côtés du cou sont orange éclatant. Le bas du dos et le croupion sont jaune-orange plus pâle bien que le croupion puisse être aussi brillant que le manteau. Les parties inférieures sous le noir de la poitrine présentent une belle couleur orange qui s'affadit quelque peu sur le bas-ventre. Les scapulaires noires contrastent avec le dos orange. Les ailes sont majoritairement noires mais affichent quelques petites taches blanches et orange. Les petites et les moyennes couvertures sont jaune-orange alors que les grandes couvertures sont noires. La queue entièrement noire est nettement graduée.
Les immatures sont assez semblables aux adultes mais gardent des primaires, des secondaires et une queue brunâtre comme héritage de leur livrée juvénile. Les juvéniles ont un plumage plus terne que leurs parents. Les parties orange du plumage ne sont bas brillantes et les parties noires sont remplacées par une teinte brunâtre. L'iris est sombre.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Icterus croconotus croconotus (w Amazonia)
  • Icterus croconotus strictifrons (e Bolivia and Paraguay to sc Brazil and n Argentina)

Noms étrangers

  • Orange-backed Troupial,
  • Turpial matico,
  • João-pinto,
  • Safrantrupial,
  • Amazone-troepiaal,
  • Trupiale dorsoarancio,
  • Saffranstrupial,
  • Oransjeryggtrupial,
  • trupiál šafranový,
  • Safrantrupial,
  • turpial de dors carbassa,
  • kacyk szafranowy,
  • 橙背拟鹂,
  • 橙背擬黃鸝,

Voix chant et cris

Oriole à dos orange
adulte

Le chant est une série de sifflements monotones qui sont répétés à de multiples reprises. Il est découpé en segments de 3 notes "tiou tiou ti? tiou tiou ti?" et il est parfois retranscrit par nos amis anglophones sous la forme suivante "its tues-DAY, its tues-DAY". Les deux première notes sont descendantes, la dernière est un peu plus haute. Ce chant à 3 notes semble être l'expression de base et il est pratiquement identique dans toutes les parties de l'aire de distribution. Parfois, il est émis sous une forme bisyllabique "tiou twii, tiou twii". En Guyane, on peut entendre un sifflement riche et doux "wu-hu-chu wu-hu-chee-oo-oo". Les couples chantent souvent en concert et leurs voix sont tellement bien synchronisées qu'il est souvent difficile de déterminer si les notes sont émises par un seul ou par 2 oiseaux. Les cris sont inconnus.

Habitat

Les orioles à dos orange fréquentent la lisière des forêts tropicales de plaine, en particulier les berges des rivières ou les rives de lacs amazoniens. De manière générale on peut dire que ces oiseaux sont attirés par les espaces ouverts et, comme les habitats sont considérablement dégradés, il n'est pas rare de les trouver au bord des routes ou le long des trouées qui ont été artificiellement produites par les humains. Néanmoins, les orioles à dos orange évitent les endroits où la forêt est absente. Dans le sud de l'aire de distribution, les oiseaux de la race strictifrons peuvent être observés dans des habitats plus arides et plus clairsemés. Au Mato Grosso, au Paraguay et dans l'extrême nord de l'Argentine, on peut également les trouver dans des habitats humides du type Chaco ou Cerrado, cette dernière étant une savane arbustive typique de l'Amérique du Sud.

Comportement traits de caractère

Les orioles à dos orange vivent généralement en solitaire ou en couples. Ils recherchent leur nourriture relativement haut dans les arbres, pas très loin de la canopée. Leurs sites de nourrissage sont souvent situés à proximité des rivières ou des lacs. Bien qu'ils soient parfois assez vocaux et communicatifs, les orioles à dos orange sont d'ordinaire très discrets et ils peuvent passer inaperçus de la part d'un observateur qui n'est pas chevronné. Parfois, les couples chantent en duo à partir de la branche haute d'un arbre et lorsqu'ils s'expriment ainsi, les plumes de leur capuchon sont souvent dressées, donnant à leur tête une forme plus arrondie.

Comme la plupart des oiseaux vivant sous des latitudes tropicales, ces oiseaux sont considérés comme sédentaires. Aucune migration ou déplacements saisonniers n'ont fait l'objet de rapports.

Alimentation mode et régime

Les orioles à dos orange ont un régime majoritairement végétarien. Ils consomment une grande variété de fruits et recueillent du nectar sur une multitude de fleurs. Toutefois, ils marquent une plus grande attention pour les fleurs de petits arbustes appelés ébène en Guyane ou Lapacho au Paraguay (genre Tabebuia). Ils ingurgitent également des insectes et quand ils chassent ce genre de proies, ils inspectent plus couramment les feuilles mortes que les feuilles vertes.

Reproduction nidification

A notre connaissance, l'oriole à dos orange ne construit pas son propre nid. Au lieu de cela, il réutilise un ancien nid d'une autre espèce et il le transforme ou il lui apporte les modifications nécessaires pourqu'il soit adapté à son mode de nidification. La plupart du temps, il choisit un nid de cassique à cul jaune. Plusieurs couples d'orioles peuvent décider de s'installer à l'intérieur d'une colonie de cassiques, cependant chaque couple choisit habituellement un groupe de nids différent. Dans l'est de l'Equateur et le nord de la Bolivie, la saison de reproduction s'étend du mois de septembre au mois de novembre, période de l'année où les cassiques ont fini de nicher. Par contre, dans l'est du Pérou, les orioles à dos orange nichent en même temps que les cassiques à cul jaune, c'est à dire entre juillet et février. Dans ce dernier cas, ils piratent et ils usurpent le nid des cassiques en harassant les femelles. Et même bien souvent, les couples d'orioles s'en prennent physiquement à leurs voisins : ils attaquent les femelles, tuent les oisillons à cou de bec et les éjectent du nid dont ils s'emparent sans vergogne. Les orioles à dos orange chassent plusieurs femelles si bien que plusieurs nids se trouvent désormais disponibles dans une section de la colonie. Cette stratégie est utilisée comme protection contre les éventuels prédateurs, car le nid qui contient la ponte est à présent entouré par un certain nombre de nids vides. Les prédateurs qui cherchent des œufs ou des petits oisillons abandonnent généralement leur quête après qu'ils aient échoué dans seulement quelques nids. Les orioles à dos orange de la race strictifrons nichent à la mi-novembre au Brésil. Les vachers luisants tentent de parasiter les nids d'orioles à dos orange, mais à presque tous les coups, leur tactique est déjouée et on voit très rarement des jeunes vachers à l'envol.

Distribution

Les orioles à dos orange sont originaires du continent sud-américain. Leur aire de distribution s'étend du sud-ouest de la Colombie (Putumayo, amazonas) et de l'est de l'Equateur jusqu'au sud du Guyana en passant au Brésil par les provinces du Roraima et du Para. Au sud, elle se développe au nord-est du Pérou, à l'ouest de la Bolivie, au Brésil dans les provinces du Mato Grosso et du Goias, au Paraguay et dans l'extrême nord de l'Argentine (Salta, Formosa et Nord-Chaco). Les orioles à dos orange sont divisés en 2 sous-espèces : I.c. croconotus (nord de l'aire de distribution jusqu'au sud-est du Pérou) - I.c. strictifrons (sud de l'aire de distribution, de la Bolivie et du Mato Grosso jusqu'à l'Argentine).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les orioles à dos orange sont rares ou localement communs dans les plaines en-dessous de 550 mètres d'altitude. Ils possèdent une très vaste aire de distribution proche de 3 300 000 kilomètres carrés. Leurs effectifs globaux ne sont pas connus et on ignore quelle est la tendance de la population. Néanmoins, Birdlife et l'IUCN classe cette espèce comme ne posant pas de problèmes majeurs.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/03/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net