Oriole des campos

Icterus jamacaii - Campo Troupial

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Ictéridés

  • Genre
    :

    Icterus

  • Espèce
    :

    jamacaii

Descripteur

Gmelin, JF, 1788

Biométrie
  • Taille
    : 26 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

L'oriole des Campos possède un bec moyennement épais avec un culmen droit et une forme pointue. La queue est arrondie et modérément échelonnée. Le bec noir est taché de gris à la base de la mandibule inférieure. Les yeux sont jaune-orange mais la tache bleu-gris de peau nue qui recouvre habituellement le pourtour des iris chez la plupart des orioles est absente chez la présente espèce. Le capuchon, la gorge et la poitrine sont noirs ; le capuchon est très développé et va jusqu'à la nuque et la zone pectorale. Les plumes de la gorge et de la poitrine sont quelque peu pointues, ce qui donne un aspect déguenillé à la bordure inférieure du capuchon.
Sur les parties supérieures, le bas du cou, le dos, le croupion et les sus-caudales orange contrastent fortement avec le noir du manteau et des scapulaires. Les ailes sont noires, excepté les petites et les moyennes couvertures orange qui forment des sortes d'épaulettes. Les grandes couvertures sont entièrement noires. Il ya une tache blanche en forme de coin sur les secondaires. Une infime partie des grandes couvertures est parfois liserée de blanc, ce qui augmente la surface de blanc en avant de l'aile. Néanmoins, l'orange des épaulettes et le blanc de l'aile sont séparés par une bande oblique noire.
Les parties inférieures sont entièrement orange du bas de la poitrine jusqu'aux sous-caudales. La teinte orange est plus pâle sur la zone anale et plus brillante sur la poitrine. La queue est totalement noire et ne possède aucun motif décoratif. Les pattes et les pieds sont gris sombre.
Les immatures sont comme les adultes, mais ils ont des primaires et des secondaires brunâtres et contrastées. La tache blanche de l'aile est semblable à celle des adultes. Toutefois, les moyennes couvertures sont souvent plus pâles que les petites couvertures. Les grandes couvertures noires contrastent avec le brun des primaires et des secondaires. La queue conserve des plumes brunâtres qui datent de l'âge juvénile, ces dernières contrastent avec les plumes plus nouvelles.
Les juvéniles ressemblent aux adultes, mais l'ensemble des plumes noires sont remplacées par du brun noirâtre terne. De même, les plumes orange du dessous sont plus fades et tirent sur le jaune. Les iris sont sombres.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Campo Troupial,
  • Matico,
  • Corrupião,
  • Orangetrupial,
  • tűztrupiál,
  • Oranjevleugeltroepiaal,
  • Trupiale del campo,
  • Campotrupial,
  • Campostrupial,
  • trupiál pomarančový,
  • Campotrupial,
  • turpial de Brasil,
  • kacyk modrooki,
  • カンポムクドリモドキ,
  • 坎普拟黄鹂,
  • 草原鸝,

Voix chant et cris

Le chant est doux et il est composé de simples phrases sifflées. Dans sa structure générale, il est semblable à celui de l'ensemble des autres orioles, mais il dure plus longtemps que le chant de l'Oriole à dos orange (Icterus croconotus). Par bien des aspects, il ressemble également à celui du trogolodyte à long bec avec lequel il cohabite. Les oiseaux en captivité sont capables d'imiter le répertoire d'autres espèces.

Habitat

Les orioles des Campos fréquentent plutôt les habitats arides. Ils vivent dans les savanes sèches et les zones boisées composées d'arbres à feuilles caduques. Au Brésil, ils apprécient également les régions semi-ouvertes de caatinga qui est une forêt épineuse se composant essentiellement de cactus et de petits arbres épineux qui ne subsistent que de manière saisonnière. Les orioles des Campos aiment particulièrement les étendues de broussailles avec de grands cactus. De plus, ils fréquentent les clairières aménagées pour l'agriculture. On peut aussi les observer le long des lisières des forêts.

Comportement traits de caractère

Les orioles des Campos ne sont pas timides, on peut souvent les voir bien en vue sur des perchoirs élevés qui leur servent de points d'observation. Ces oiseaux vivent principalement en solitaire ou en couples, mais après la saison de nidification, les groupes familiaux constituent la norme la plus courante. Les deux adultes chantent et les vocalisations sont très fréquentes pendant la période de reproduction. Pendant qu'ils s'expriment, les orioles des Campos adoptent une posture corporelle assez étrange qu'on peut considérer comme une forme de parade : la queue est dressée, le cou est tendu, le bec est pointé vers le bas. Les plumes déguenillées de la gorge sont également hérissées. Ces oiseaux ont un vol bruyant, produisant avec leurs ailes une sorte de froufroutement assez semblable à celui des grands caciques ou des oropendolas. Ils sont sédentaires.

Alimentation mode et régime

On ne possède aucun détail sur le menu des orioles des Campos. De manière générale, ces oiseaux sont frugivores. Leur régime est complété avec du nectar et des petits arthropodes.

Reproduction nidification

L'oriole des Campos est monogame, les couples établissent de liens conjugaux de longue durée. Comme les autres orioles, l'oriole des Campos aime bien pirater le nid des autre espèces. Il ne bâtit pas sa propre structure, il préfère s'emparer d'un vieux nid abandonné ou usurper un nid en activité à ses légitimes propriétaires.
Généralement, il choisit un nid en forme de dôme construit avec des morceaux de bois. Les furnariidés, et plus particulièrement les anumbis fagoteurs (Anumbius annumbi) et les cacholotes roux (Pseudoseisura cristata) constituent ses principales victimes. Les nids de Tyran quiquivi (Pitangus sulphuratus) et ceux de fourniers roux sont également appréciés.
Les orioles des Campos se reproduisent en février. Ces oiseaux sont eux-même parfois victimes du parasitime du vacher luisant.

Distribution

Les orioles des Campos sont endémiques du Brésil. Leur aire de distribution va du Maranhaõ, du Piaui et du Cearã au nord jusqu'à la province de Bahia et le Minas Gerais au sud. Ils vivent généralement dans les plaines au-dessous de 500 mètres d'altitude. On les trouve aussi au Rio Grande do Sul, au Paraiba, à Pernambuco, Alagoas, Sergipe et Esperito Santo. Ils vivent dans l'est du Goias, mais dans l'ouest de cet état, ils sont remplacés par les orioles à dos orange (Icterus croconotus). Les orioles des Campos sont considérés comme monotypiques.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Compte-tenu de sa vaste aire de distribution (2 millions de kilomètres carrés), cette espèce est classée comme de préoccupation mineure. Dans les régions de caatinga, elle est victime des chasseurs. Malgré se nombreux appels, aucune mesure particulière n'a été prise pour règlementer cette activité. En dépit de celà, d'après Birdlife, la population globale est considérée comme stable.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Oriole des camposFiche créée le 13/10/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net