Outarde de Ludwig

Neotis ludwigii - Ludwig's Bustard

Systématique
  • Ordre
    :

    Otidiformes

  • Famille
    :

    Otididés

  • Genre
    :

    Neotis

  • Espèce
    :

    ludwigii

Descripteur

Rüppell, 1837

Biométrie
  • Taille
    : 85 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 2200 à 6000 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez cette outarde originaire de Namibie, les parties supérieures sont brunes avec de fines vermiculures chamois. La queue est identique mais elle porte en plus de larges bandes noires. Les ailes affichent une tache blanche qui est habituellement invisible lorsque ces dernières ne sont pas déployées. La tête, l'avant du cou et la poitrine sont bruns à brun foncé. L'arrière du cou est blanc. La base de l'arrière du cou, à la jointure avec le manteau est orange terne. Le ventre et le reste des parties inférieures jusqu'aux couvertures sous-caudales sont entièrement blancs. Le bec est brun, les jambes jaunâtres.
La femelle est plus petite que son partenaire. Sa tête et son cou sont plus pâles et plus mouchetés. Les juvéniles ne sont pas décrits.
L'outarde de Ludwig peut être confondue avec l'Outarde de Denham bien que cette dernière présente un avant du cou et une tête gris pâle. En principe, l'Outarde de Denham affiche une tache blanche sur l'aile qui est plus développée, encore que l'apport de blanc chez les deux espèces soit assez variable. Chez l'outarde de Ludwig, la femelle est nettement plus petite.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Ludwig's Bustard,
  • Avutarda de Namibia,
  • Abetarda de Ludwig,
  • Ludwigtrappe,
  • Ludwig-túzok,
  • Ludwigs Trap,
  • Otarda di Ludwig,
  • Namibtrapp,
  • Brunhodetrappe,
  • drop tmavohlavý,
  • drop Ludwigův,
  • Sorthalset Trappe,
  • kapintrappi,
  • Ludwigse Pou,
  • pioc de Ludwig,
  • drop czarnogłowy,
  • Южноафриканская дрофа,
  • ナンアチュウノガン,
  • 黑头鸨,
  • 白頸非洲鴇,

Voix chant et cris

Pendant la période de reproduction et plus particulièrement pendant les parades, les mâles émettent des cris puissants, profonds et explosifs ; des "woodoomp" qui durent entre 15 et 30 secondes.

Habitat

Les outardes de Ludwig fréquentent toutes sortes d'habitats arides et ouverts. On les trouve principalement dans les étendues planes recouvertes d'herbes ou de buissons épineux épars, que ce soit dans les régions basses ou sur les plateaux. Elles visitent aussi les prairies les plus sèches, spécialement celles qui sont situées le long des cours d'eau. En Afrique du Sud, dans la province ouest du Cap, elles s'installent même le long du littoral dans des habitats de type maquis ou fynbos. De manière générale, les outardes de Ludwig peuvent être observées dans des zones plus arides que les outardes de Denham.

Comportement traits de caractère

Les outardes de Ludwig vivent en solitaires ou en petits groupes mais occasionnellement elles se rassemblent en groupes qui peuvent atteindre près de 80 individus. Cette espèce de grande taille est assez facile à observer surtout lorsque les mâles émettent leurs appels ou réalisent leurs parades. Toutefois, elle est assez régulièrement confondue avec l'Outarde de Denham, bien que celle-ci ait une aire de distribution assez différente (cohabitation seulement en hiver dans la province du Cap).
Comme ces oiseaux sont dépendants des précipitations pour leur alimentation, les outardes de Ludwig sont des migrants saisonniers. Du mois de novembre au mois d'avril, elles résident dans les régions intérieures et nordiques qui reçoivent leurs quotas de pluies en été. A partir du mois de mai et jusqu'en octobre, ils migrent en direction du sud-ouest vers les régions littorales et méridionales qui reçoivent leurs pluies en hiver.

Alimentation mode et régime

Les outardes de Ludwig se nourrissent d'invertébrés, de petits vertébrés et de matières végétales. Pendant les périodes de pluies, les déplacements locaux à la recherche de larves d'orthoptères sont assez nombreux même si la consommation de végétaux et de baies reste relativement importante. Après les précipitations, ces oiseaux se regroupent en assez grandes bandes (plus de 50 individus) à l'intérieur de zones agricoles ou dans le milieu végétal naturel.

Reproduction nidification

Les outardes de Ludwig se reproduisent pendant le plupart des mois de l'année. En Afrique du Sud, la saison des nids s'étend du mois d'août au mois de décembre alors qu'en Namibie, elle a lieu plutôt en mars. Le nid est une petite dépression grattée sur le sol, souvent au milieu de pierres. Il est placé généralement sur la crête d'une colline peu élevée ou sur un de ses versants peu pentus. La ponte comprend habituellement deux oeufs, de couleur olive pâle avec de vagues taches brun clair ou gris-ardoise. Les oisillons ont un duvet roussâtre avec des stries noirâtres. On ne possède pas de renseignements supplémentaires.

Distribution

Les outardes de Ludwig sont originaires de l'Afrique Australe. On les trouve en Afrique du Sud dans les provinces du Cap et dans l'ouest de la Namibie, principalement le long du littoral jusqu'à l'extrême sud de l'Angola. Cet oiseau est monotypique et ne possède pas de sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce n'est pas globalement menacée. Ses effectifs totaux sont estimés entre 56 000 et 81 000 oiseaux. Dans certaines régions, à proximité de fermes, ces oiseaux sont tués par des collets destinés à attraper des mammifères. Les lignes à haute-tension ou les pylônes électriques provoquent également des collisions qui sont fatales. Hormis ces 2 dangers récurrents, l'outarde de Ludwig ne subit aucune menace importante.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 19/12/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net