Outarde de Vigors

Eupodotis vigorsii - Karoo Korhaan

Systématique
  • Ordre
    :

    Otidiformes

  • Famille
    :

    Otididés

  • Genre
    :

    Eupodotis

  • Espèce
    :

    vigorsii

Descripteur

Smith, A, 1831

Biométrie
  • Taille
    : 60 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 1350 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle adulte, la tête, le cou et les parties supérieures sont brun grisâtre avec de minuscules vermiculures noires. Les parties inférieures sont plus pâles, virant au blanc rosâtre sur le ventre. Le menton et la gorge sont noirs avec une étroite bordure blanche. On peut également observer une tache noire dans la région de la nuque. La queue porte trois fines barres sombres. L'outarde de Vigors se distingue de l'Outarde de Rüppell par son cou plus brun et par ses motifs faciaux différents. La femelle est plus petite que son partenaire. Elle présente moins de noir sur la gorge et ses couvertures alaires sont plus mouchetées.
La race namaqua qui vit dans le sud de la Namibie affiche un plumage plus pâle et plus rosé.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Eupodotis vigorsii vigorsii (Orange Free State to s Cape Province. South Africa.)
  • Eupodotis vigorsii namaqua (s Namibia, nw Cape Province. South Africa.)

Noms étrangers

  • Karoo Korhaan,
  • Sisón del Karroo,
  • Abetarda do Karoo,
  • Knarrtrappe,
  • feketenyakú túzok,
  • Zwartkintrap,
  • Otarda del karoo,
  • Karootrapp,
  • Karootrappe,
  • drop sivokrký,
  • drop Vigorsův,
  • Brungrå Trappe,
  • mustakurkkutrappi,
  • Vaalkorhaan,
  • sisó de Vigors,
  • dropik szaroszyi,
  • Черногорлая малая дрофа,
  • ノドグロショウノガン,
  • 黑喉鸨,
  • 黑喉鴇,

Voix chant et cris

Pendant la journée, cette espèce est peu communicative, mais à l'aube et à la tombée de la nuit, on peut entendre des duos. Ces cris profonds ressemblent à ceux des grenouilles. Ce sont des "wrok-rak" ou des "wrok-rak-rak" puissants. Le mâle accentue la première syllabe et la femelle lui répond.

Habitat

Les outardes de Vigors marquent une nette préférence pour les régions arides où les sols caillouteux et sableux sont recouverts de broussailles ou de petits buissons rabougris. Ces oiseaux vivent presque exclusivement dans un biotope qui porte le nom local de karoo, espace géographique bien particulier recevant une quantité de précipitations qui ne dépasse pas 250 millimètres par an. Ils sont généralement plus nombreux dans les régions qui sont arrosées en été. Par contre, leur densité est très faible dans les zones qui sont arrosées en hiver. Les outardes de Vigors pénètrent aussi occasionnellement dans des régions de savanes connues sous le nom de velds. Ces dernières sont recouvertes de buissons plus élevés. Dans la province du Cap, le long du littoral, elles ont même colonisé des pâtures et des champs de céréales dans des habitats de type maquis ou fynbos. Mais ce cas est vraiment exceptionnel et représente quasiment le seul exemple au cours duquel cette espèce s'aventure hors de la végétation du type karoo.

Comportement traits de caractère

Les outardes de Vigors vivent habituellement en couples ou en groupes de 3, 4 ou même 5 individus. Les oiseaux solitaires sont extrêmement rares. Ces oiseaux passent très facilement inaperçus en raison de leur plumage cryptique. Pour les repérer, il faut donc se fier à leur voix puissante et à leurs fréquentes vocalisations, encore que leur identification ne soit pas très aisée en raison de la ressemblance de leur voix avec celle de l'Outarde plombée (Eupodotis caerulescens). Visuellement, l'outarde de Vigors est assez régulièrement confondue avec l'Outarde de Rüppell avec laquelle elle cohabite dans le sud de la Namibie. Beaucoup d'attention et de vigilance sont nécessaires pour différencier les deux espèces. L'outarde de Vigors est farouchement territoriale. Dans les régions qui reçoivent 250 mm de précipitations annuelles, les zones d'influence sont assez réduites et mesurent environ 550 m². Les groupes sont assez réduits. Dans les zones où les pluies avoisinent 100 mm par an, les territoires sont plus grands (aux alentours de 3km²) et les groupes sont plus importants.
La plupart des observateurs s'accordent sur le fait que cette espèce est sédentaire. Les outardes de Vigors paraissent plus nombreuses en hiver, du moins en Afrique du Sud. Une explication est trouvée à cette plus grande visibilité : elles sont plus actives à cette période de l'année. A contrario, les outardes de Vigors semblent presque inexistantes en été en raison de leurs mœurs extrêmement discrètes pendant la reproduction. La composition des groupes sociaux (un couple + 1 ou 2 subadultes mâles) incite à penser que les femelles immatures montrent une plus grande tendance à la dispersion.

Alimentation mode et régime

Les outardes de Vigors sont surtout des oiseaux végétariens. A certains moments de l'année, elles consomment principalement les fleurs des asteracées, des brassicacées et des Mesembry-anthémacées, mais les nombreuses plantes éphémères ainsi que les fruits, les feuilles et les bulbes sont également très importants pour leur alimentation. Tout au long de l'année, ces oiseaux complètent leur menu avec des insectes tels que les fourmis moissonneuses, les termites moissonneurs et les charançons. Ils visitent les mares pour se désaltérer.

Reproduction nidification

En Afrique du Sud, la période de reproduction s'étale de juillet à avril, mais la plupart des pontes sont déposées en été, entre octobre et mars. L'outarde de Vigors est monogame et les liens conjugaux sont forts. Le nid est une simple dépression creusée sur le sol nu et souvent caillouteux. La femelle dépose habituellement un œuf, rarement 2. L'œuf est de couleur chamois-olive avec des petites stries brunes. Sa couleur est extrêmement cryptique et il se fond étonnamment bien dans l'environnement. Une fois qu'ils ont acquis leur autonomie, les oisillons restent en compagnie de leurs parents pendant une longue période qui peut durer plusieurs mois. Ils s'intègrent alors au groupe familial et participent à la défense du territoire.

Distribution

Les outardes de Vigors sont endémiques de l'ouest de l'Afrique du Sud et du sud de la Namibie. Dans cet espace géographique pourtant assez réduit, on compte officiellement deux sous-espèces : E.v. vigorsii, la race nominale (Afrique du Sud, dans l'Etat Libre d'Orange et dans le sud de la province du Cap) - E.v. namaqua (sud de la Namibie et nord-ouest de la province du Cap). Il y a peu de temps encore, l'outarde de Vigors constituait une espèce unique avec l'Outarde de Rüppell. Certaines études n'ont pas encore pris en compte cette nouvelle division en 2 espèces à part entière, si bien que tous les livres ne donnent pas la même limite à leur aire de distribution dans le sud de la Namibie où ces 2 outardes cohabitent.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les outardes de Vigors sont des oiseaux très courants en Afrique Australe. Rien qu'en Afrique du Sud, les populations sont estimées à plusieurs centaines de milliers d'individus (Siegfried,1992). Selon de nombreux observateurs, leurs effectifs sont en constant accroissement, principalement en raison des pratiques pastorales qui favorisent la mise en valeur de leur habitat. L'espèce a colonisé de nouveaux habitats, notamment dans les terres agricoles du sud de la province du Cap. Elle ne bénéficie d'aucune mesure spécifique de protection. Seuls quelques centaines d'oiseaux vivent dans les parcs ou les zones protégées.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Outarde de VigorsFiche créée le 20/12/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net